Parlements: La Covid-19 a accéléré leur modernisation

Par Catherine Fiankan-Bokonga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Parlements: La Covid-19 a accéléré leur modernisation

Parlement

Pour faire suite à la Conférence mondiale de l’Union Inter parlementaire du mois de juin 2021, la nouvelle édition du Rapport mondial sur le parlement numérique révèle le rôle de catalyseur joué par la pandémie de Covid-19. Un grand nombre de parlements se modernisent en adoptant les nouvelles technologies qui permettent de se rapprocher des citoyens qu’ils représentent.

LIRE AUSSI:  Modernisation du Trésor public: Trois réformes pour soulager les populations

Publié par le Centre de l’Union Inter parlementaire (Uip) pour l’innovation au parlement, le nouveau rapport présente le résultat d’une enquête menée entre 2018 et 2020 auprès de 116 chambres parlementaires dans 91 pays et de groupes de discussion ayant rassemblé 49 parlements. Ce document fait suite à la Conférence mondiale 2021 de l’Uip sur l’e-parlement, tenue virtuellement durant 3 jours au mois de juin. Plus de 650 parlementaires et membres du personnel parlementaire du monde entier se sont connectés pour échanger leurs bonnes pratiques et débattre des enseignements tirés de la pandémie. Ce format a rencontré un grand succès auprès des participants, qui ont été 95 % à le considérer comme une réussite, 57 % comme une grande réussite et plus de 90 % à estimer qu’ils aimeraient poursuivre la discussion dans le cadre de conférences futures.
Le Secrétaire général de l’Uip, Martin Chungong, a déclaré : « La pandémie a fait vaciller les idéaux et les pratiques démocratiques, qui ont de nouveau donné la preuve de leur extraordinaire résilience. Les parlements ont dû s’adapter à une situation évoluant rapidement, ne serait-ce que pour continuer à fonctionner. La nouvelle édition du Rapport mondial de l’Uip sur l’e-parlement, qui détaille l’expérience vécue par l’ensemble des parlements ces dernières années, contient non seulement des dizaines d’études de cas illustrant la façon dont les parlements se sont adaptés, mais aussi comment ils se sont transformés pour être mieux en mesure de servir les citoyens.

LIRE AUSSI:  58e anniversaire de l’indépendance: Les off du défilé paramilitaire et militaire

Qu’est-ce qu’un parlement numérique ?

La définition d’un e-parlement a beaucoup évolué depuis le premier rapport de l’Uip, en 2008. Aujourd’hui cela n’inclut pas seulement la technologie mais aussi la gouvernance, la transformation et l’efficacité. Ces éléments incarnent les valeurs de la collaboration, de l’inclusion, de la participation et de l’ouverture au peuple.

Covid-19 : un catalyseur

Plus d’une année après le début de la pandémie, le document met en évidence la radicale transformation culturelle par laquelle sont passés les parlements, contraints d’innover et de trouver des solutions nouvelles pour continuer à fonctionner.
Les parlements du Brésil, de l’Espagne et du Chili ont, par exemple, été parmi les premiers à adopter les outils numériques dès le début de la pandémie pour organiser des réunions à distance. Le dernier Rapport mondial sur le parlement numérique révèle que 10 % des parlements font appel à l’Intelligence Artificielle (Ia) sous une forme ou une autre.
Fin 2020, 65 % des parlements consultés avaient organisé des réunions de commission en ligne ou hybrides et, 33 % une plénière en ligne ou hybride. Les règlements et procédures parlementaires ont dû être amendés pour permettre le télétravail, l’adoption de formules de travail plus souples, ainsi que le vote à distance. Entre 2018 et 2020, le recours aux visioconférences a connu une hausse spectaculaire de 72 %.

LIRE AUSSI:  Ouverture de la 2e session ordinaire de 2015 au Parlement :Houngbédji appelle à une élection présidentielle apaisée en 2016

Renforcement du lien avec les citoyens

Les outils numériques sont désormais mieux acceptés par les parlements car ils leur permettent de se rapprocher des citoyens. Le travail à distance se révèle aussi propice à la participation du public. Entre 2018 et 2020, 81 % des parlements ont été concernés par cette hausse. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui utilisés par 76 % des parlements et 56 % des parlementaires. L’utilisation par les parlementaires d’applications de messagerie instantanée pour dialoguer avec les électeurs continue également à se développer, passant de 14 % en 2016 à 39 % en 2020.
Lorsqu’il a été demandé aux parlementaires quels étaient les deux objectifs majeurs qu’ils poursuivaient en recourant à des outils numériques, ils ont cité la volonté d’informer les électeurs des questions politiques et des lois à l’étude (70 %) et le souhait que le peuple participe plus directement au processus politique (69 %).

Encouragement à la modernisation

Le rapport de l’Uip contient également un certain nombre de recommandations visant à inciter les parlements à poursuivre la modernisation de leurs activités de base. Parmi ces recommandations figurent la nécessité d’amender en permanence la réglementation afin de réussir à fonctionner avec fluidité et d’assurer la continuité de la participation des parlementaires et du public, tout particulièrement dans les commissions, la consolidation de formules de travail souples pour le personnel et les parlementaires, ainsi que la promotion de la collaboration interparlementaire dans le but d’accélérer l’innovation et de développer le soutien mutuel entre les parlements.

LIRE AUSSI:  Modernisation du Trésor public: Trois réformes pour soulager les populations

par Catherine Fiankan-Bokonga, Correspondante accréditée auprès de l’Office des Nations Unies à Genève (Suisse).