Parquet général de Cotonou: Des tonnes de stupéfiants détruites

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Parquet général de Cotonou: Des tonnes de stupéfiants détruites


Des tonnes de stupéfiants ont été incinérées, vendredi 3 janvier dernier, sur le site d’enfouissement des déchets à Ouidah. Effectuée sur instruction du chef de l’État, cette opération qui concerne le Parquet général de Cotonou a été conduite par le ministre de la Justice et de la Législation, Maxime Séverin Quenum.

LIRE AUSSI:  Exécution du budget de l’Etat 2020: Les nouvelles modalités des dépenses publiques

Une importante quantité de stupéfiants dont l’héroïne, le cannabis, le chanvre indien et la cocaïne, entièrement consumée par un feu dévorant. Saisis lors des opérations policières et ayant fait l’objet de procédures judiciaires, ces stupéfiants étaient sous scellés dans les différentes juridictions sous tutelle de la Cour d’appel de Cotonou et au niveau de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). Vendredi dernier, le ministère de la Justice et de la Législation a procédé à leur destruction. Dirigée par le garde des Sceaux, cette opération s’est déroulée en présence du procureur général de Cotonou, du procureur spécial de la Criet, de représentants des parquets de Cotonou, Ouidah, Porto-Novo, du greffier en chef de Cotonou, des agents du ministère du Cadre de vie et du ministère de la Santé… «Nous avons détruit ces stupéfiants pour donner un signal à tous ceux qui se livrent à ce trafic et pour montrer une fois encore notre détermination à lutter de façon implacable contre le trafic de stupéfiants, car le Bénin ne sera pas une plaque tournante de trafic de stupéfiants», a indiqué le ministre de la Justice et de la Législation, Maxime Sévérin Quenum. Il ajoute que la présence des agents du ministère du Cadre de vie répond à l’impératif du respect des normes environnementales, celle des agents de santé tient à donner l’assurance que cette destruction n’aura pas d’impact sur les populations environnantes et celle des forces armées rassure de la sécurisation du périmètre. Tout a donc été fait dans des conditions sécuritaires optimales et de façon à préserver l’environnement et la santé. L’autorité a saisi l’occasion pour sensibiliser les populations : « Le trafic de drogue n’est pas une affaire ou un commerce auquel il faut se livrer. De même que la consommation de drogue n’est en tout et pour tout que nuisible à la santé. Ce n’est donc pas une profession d’être trafiquant de drogue et ce n’est pas bien d’en consommer… Le trafic international de drogue est pénalement réprimé et très sévèrement puni chez nous. Vous savez, depuis l’avènement de la Criet, nous sommes dans une dynamique d’éradication…», a-t-il rappelé.
Au terme de l’opération, le ministre de la Justice et de la Législation, Maxime Séverin Quenum, a salué le dévouement et le professionnalisme de toute la chaîne d’acteurs impliqués dans la lutte contre le trafic de stupéfiants : la police républicaine, les militaires et douaniers, les acteurs judiciaires à divers niveaux…

LIRE AUSSI:  Le Bénin sur le chemin des Odd: Aurélien Agbénonci expose les avancées et espoirs à Kigali