Parricide (28e dossier): L’action publique éteinte contre Oumarou Porè Dahi

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Parricide (28e dossier): L’action publique éteinte contre Oumarou Porè Dahi


La cour d’assises de la Cour d’appel de Parakou avait à examiner, samedi 18 février dernier, d’une affaire de parricide. Mais décédé entretemps, l’accusé Oumarou Porè Dahi, né vers 1978 à Kokey dans la commune de Banikoara, qu’elle devrait entendre, a vu l’action publique éteinte contre lui.

LIRE AUSSI:  Protection des indications géographiques: Les capacités des membres du Comité national renforcées

Amadou Gouro Dahi est un handicapé visuel. Le mardi 24 octobre 2006 aux environs de 16 h, il commanda des noix de cola à son fils Oumarou Porè Dahi qui mit du temps à revenir. Il lui en fit des remontrances. Sur ces entre-faits, Oumarou Porè Dahi saisit un coupe-coupe et lui en administra trois coups au cou. Il succomba. Son enfant entrepris de traîner son corps vers un champ de maïs où il a été surpris, avant d’être pris en chasse par des voisins.
Interpellé et accusé de parricide, crime prévu et puni par les articles 295, 299 et 302 du Code pénal, Oumarou Porè Dahi a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure. Mais dans le box des accusés, samedi 18 février dernier, il n’était pas présent.
En effet, mis en dépôt le 30 octobre 2006 et ayant bénéficié d’une liberté provisoire le 27 janvier 2012, l’accusé a rendu l’âme par la suite, a indiqué l’avocat général Malick Nourou-Dine Bakary. Il a alors invité la cour à constater l’extinction de l’action publique dans le cas d’espèce, pour cause de décès.
Entendu que l’accusé Oumarou Porè Dahi est décédé le 20 mars 2012 à la prison civile de Kandi ainsi qu’en fait foi son acte de décès, et tenant compte de l’article 7 du Code de procédure pénale en son alinéa 1er, la cour a déclaré l’action publique éteinte contre lui. Elle a mis les frais à la charge du Trésor public.
La cour avait pour président, Epiphane Yéyé. Ses assesseurs étaient Essowè Batamoussi et Marius Ogou. Le fauteuil du ministère public a été occupé par Malick Nourou-Dine Bakary. Me Brice Dossou-Yovo a assuré la mémoire de l’audience et Me Rafiou Paraïso devait défendre les intérêts de l’accusé.

LIRE AUSSI:  Célébration de la Tabaski: Les fidèles musulmans reconnaissants à Dieu à Akpakpa