Partenariat mondial pour l’éducation phase 4 : l’éligibilité du Bénin passe de 20 à 60 millions de dollars

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Partenariat mondial pour l’éducation phase 4 : l’éligibilité du Bénin passe de 20 à 60 millions de dollars

Partenariat mondial pour l’éducation phase 4Le Bénin en pole position pour décrocher le financement du projet Pme 4

Les efforts du Bénin dans le secteur de l’éducation sont une fois encore couronnés à l’international. La bonne nouvelle vient des Partenaires techniques et financiers (Ptf) finançant le projet Partenariat mondial pour l’éducation (Pme) dont la phase 3, d’une subvention de financement de 18,9 millions de dollars, est actuellement à mi-parcours d’exécution.

LIRE AUSSI:  There is a world airport in the prefectural capital of Naha with wonderful connections to mainland Japan, China, Hong Kong, Taiwan, Korea and different locations.


En effet, ils déclarent non seulement le Bénin éligible pour le quatrième compact mais également triplent la cagnotte qui passe désormais à 60 millions de dollars Us. L’annonce a été faite, mardi 12 avril dernier, au ministre des Enseignements maternel et primaire (Memp), Salimane Karimou et chef de file des ministres chargés de l’Education, par Ludovic Signarbieux, responsable du Bénin auprès du secrétariat de Pme, actuellement en visite de travail au Bénin. Ce dernier était accompagné du représentant résident au Bénin de l’Unicef, Djanabou Mahondé.
L’annonce de cette bonne nouvelle n’a pas laissé indifférente l’autorité ministérielle qui a rapidement transformé la visite de courtoisie de la délégation du secrétariat du Pme en une séance de travail. Les acquis, réalisations et perspectives du Pme 3 ont été, à l’occasion, présentés aux hôtes. Un regard a été jeté sur les progrès réalisés au niveau de chacune des trois composantes du programme à savoir l’amélioration des programmes pour une meilleure qualité de l’éducation ; l’amélioration des connaissances des enseignants sur les programmes et les pratiques pédagogiques et le renforcement de la formation initiale des enseignants dans les Ecoles normales des instituteurs (Eni) et Ecoles normales supérieures (Ens). On retient qu’à la date du 5 avril dernier, le projet a atteint un taux d’exécution physique de plus de 50 %.

LIRE AUSSI:  Réhabilitation de la centrale de Parakou: La sécurisation de l’énergie électrique assurée

Un important atelier ce jeudi

Un résultat très rassurant et prometteur pour la suite du Pme 3 dont la fin est prévue pour septembre 2024. Appréciant ces chiffres, Ludovic Signarbieux a félicité le Bénin pour les progrès réalisés. Il a salué la bonne coordination dont a bénéficié le projet dans sa mise en œuvre. Le responsable du Bénin auprès du secrétariat de Pme a souhaité que le cap soit maintenu pour l’atteinte des objectifs et impacts attendus.
Pour le ministre Salimane Karimou, la mission de la délégation du secrétariat du Pme au Bénin offre l’occasion au pays de s’assurer qu’il est sur la bonne voie par rapport à ce qui est prévu. Ainsi, en sa qualité de chef de file des ministres chargés de l’Education, Salimane Karimou dit attendre aussi de la mission des critiques et contributions éventuelles afin d’améliorer ce qui se fait. Car, selon lui, le Bénin veut se donner toutes les chances de pouvoir décrocher la subvention de financement de 60 millions de dollars Us à laquelle il est éligible au titre du Pme 4. Le ministre salue à cet effet l’atelier de présentation du modèle opérationnel, de la méthodologie d’évaluation des facteurs favorables et du processus d’élaboration de ce quatrième compact qui se tient, ce jeudi 14 avril à Cotonou, en présence de la délégation du secrétariat du Pme. La rencontre va permettre d’approfondir les discussions, se réjouit Salimane Karimou. «C’est la qualité de l’éducation qui préoccupe l’Etat béninois. Le Bénin n’entend pas baisser la garde », rassure l’autorité ministérielle.

LIRE AUSSI:  Création d'un ministère en charge du plan et du développement: De la nécessité d’une réforme du système national de planification