Passation de charges à la Cena: Le Conseil électoral dans ses fonctions (Sacca Lafia aux commandes)

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Passation de charges à la Cena: Le Conseil électoral dans ses fonctions (Sacca Lafia aux commandes)

Nouveaux membres_Cena

Après avoir prêté serment la veille, les membres du Conseil électoral ont pris fonction hier jeudi 15 juillet. La passation de charges entre les anciens commissaires de la Cena et les nouveaux conseillers a été l’occasion pour les uns d’exprimer leur reconnaissance et pour les autres de réaffirmer leur engagement à accomplir leur mission républicaine par l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles.

LIRE AUSSI:  Etude du projet de loi de finances au Parlement: Sacca Lafia défend un budget de 47,6 milliards F Cfa pour 2018  


La Commission électorale nationale autonome a officiellement passé le relai au Conseil électoral. Les conseillers sont rentrés dans la plénitude de leurs fonctions. Lors de la cérémonie de passation de charges, la structure de l’institution a été présentée à la nouvelle équipe et les dossiers en instance lui ont été transmis. « Notre mandat prend fin et le vôtre commence. Vous venez prendre le relais pour poursuivre la mission républicaine que nous avons entamée. Comme vous le savez, cette mission consiste à organiser les consultations électorales à bonne date, dans la transparence, la crédibilité et la paix. Il s’agit d’une mission délicate, difficile et semée d’embûches… Vous serez en permanence la convergence d’intérêts divergents, et partant, la cible des critiques de vos amis comme de vos adversaires», prévient Emmanuel Tiando, ex-président de la Cena. Le président du Conseil électoral n’est pas un novice. Il mesure bien l’ampleur de la mission et les corollaires de sa réalisation.
« La qualité d’une démocratie se mesure à l’aune de la régularité des élections qui doivent être transparentes et crédibles… Assurer une bonne gestion de la Cena n’est pas une chose aisée. La gestion électorale est toujours délicate et ne doit laisser place ni à la complaisance ni à la légèreté… », va reconnaître le président du Conseil électoral. Face à la délicatesse de la mission, Emmanuel Tiando formule trois recommandations à l’endroit de la nouvelle équipe: « Le respect des textes, la cohésion en votre sein et être à l’écoute de votre conscience». Souhaitant plein succès aux nouveaux conseillers, il les a exhortés à s’inspirer des acquis tout en évitant de commettre les mêmes erreurs. « Je prends l’engagement avec mes pairs, de poursuivre l’œuvre entamée en collaboration avec toutes les parties prenantes », a rassuré Sacca Lafia, président du Conseil électoral. Déjà la nouvelle équipe est focus sur la prochaine échéance électorale: les législatives de 2023 que le président souhaite pacifiques.

LIRE AUSSI:  Promotion de la scolarisation des filles à Natitingou: Des kits aux méritantes du 2e arrondissement

« Soyez fiers du travail que vous avez abattu », dixit Sacca Lafia

En jetant un regard rétrospectif sur le parcours, le désormais ex- président de la Cena soutient que son équipe, en dépit des imperfections inhérentes à toutes fonctions, peut se réjouir d’avoir relevé d’importants défis depuis son installation en juillet 2014. Le premier défi est celui de la mise en service de la Cena devenue permanente et de la mise en place de sa structure organisationnelle pour lui faire remplir sa mission républicaine telle que prévue par le code électoral d’alors. Le deuxième défi, le plus grand et le plus délicat, a été l’organisation régulière d’élections. « Nous avons à notre actif l’organisation de six élections dont deux élections présidentielles, deux élections législatives et deux élections communales avec des succès variables. En effet, si les trois premières élections de notre mandat se sont déroulées sans accroc majeur, les trois dernières se sont déroulées dans un contexte de tensions socio-politiques résultant des divergences entre les acteurs politiques concernant la mise en œuvre des réformes politiques initiées par le gouvernement», a précisé Emmanuel Tiando. Il ajoute : « Ces tensions ont eu un impact négatif dans le déroulement des processus électoraux et à notre corps défendant nous avons fait les frais de ces incompréhensions entre les acteurs politiques au point où notre impartialité a été même mise en doute par une partie de la classe politique oubliant que le rôle de la Céna est d’appliquer la loi ». Mais il n’a pas de quoi se lamenter. Sacca Lafia, président du Conseil électoral a encouragé l’équipe sortante pour son efficacité. « Soyez fiers du travail que vous avez abattu et surtout des grands et importants défis que vous avez relevés. C’est sous votre mandat que la Cena a acquis une légitimité au plan national et international », a laissé entendre le président du Conseil électoral. A l’en croire, les problèmes récurrents qui minaient l’organisation des élections au Bénin ont trouvé des solutions sous cette mandature. Pour l’en témoigner, Sacca Lafia rappelle que depuis 2016, les résultats électoraux sont publiés dans les 48 ou 72 heures. Il note également la qualité de la logistique électorale faisant du Bénin, l’un des pays de la sous-région à démarrer ses élections à l’heure. Le président du Conseil électoral a salué le leadership du président de la Cena et de son équipe. Il reste tout aussi admiratif face à l’adaptation de la Cena aux nouvelles lois électorales.
« Comment ne pas saluer avec déférence l’ingéniosité avec laquelle la Cena a su mettre en œuvre le parrainage institué par le nouveau code électoral ! », a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI:  Cotonou : Construction du monument Bio Guera et réfection de la place du Souvenir

Faire mieux !

Faisant le point des acquis, le président de la Céna a évoqué également les formations et expertises mises à contribution pour le renforcement des compétences et la modernisation de l’institution d’une part et d’autre part le renforcement de la Coopération entre la Céna et les institutions de la République. La Céna a pu développer plusieurs stratégies et applications pour faciliter les opérations électorales. Toutes ces diligences ont permis à la Céna de gagner en expertise et en professionnalisme. « Grâce à l’engagement et aux efforts de tous, la Céna dispose désormais d’une expertise en matière de colisage, de convoyage et de déploiement du matériel électoral dans les conditions de sécurité et de diligences requises », se réjouit Emmanuel Tiando. Il a d’ailleurs salué tous les commissaires, les agents électoraux, les collaborateurs, les partenaires techniques et financiers et autres acteurs qui ont appuyé la Cena dans l’exercice de sa mission, et même les détracteurs dont les critiques ont parfois permis à la Cena de corriger les imperfections. Il demeure néanmoins quelques points incommodants qui, précise l’ex-président de la Cena, méritent une attention particulière. Il s’agit notamment de l’inconfort du siège de la Cena, la non-consultation de la Cena dans l’établissement des lois, la non-application du plan stratégique due à l’instabilité des lois électorales, l’insuffisance de la dotation budgétaire, le règlement du statut des agents de la Cena…

LIRE AUSSI:  Emmanuel Tiando : « Toutes les communes ont eu leurs matériels »