Passation de charges à la direction générale de la Soneb: Les nouveaux défis qui s’imposent

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Passation de charges à la direction générale de la Soneb: Les nouveaux défis qui s’imposent


La Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) ouvre une nouvelle page de son histoire en acceuillant à sa tête une nouvelle équipe dirigeante. Depuis ce mardi 22 mai, Camille Dansou a pris fonction en tant que directeur général de cette structure spécialisée dans la fourniture d’eau potable. Les défis à relever par son équipe pour satisfaire la population sont grands.

LIRE AUSSI:  Diffusion des comptes extérieurs du Bénin au titre de l’année 2016: La balance des paiements déficitaire de 168 milliards F Cfa

Les défis de la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) sont énormes. L’accès à l’eau potable constitue un défi majeur aussi bien en zones rurales qu’en zones urbaines du Bénin. En effet, seulement 30 % de la population rurale a accès à l’eau courante, contre un taux de 57 % en milieu urbain, selon le Programme commun de suivi de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) et de l’Unicef.
Il va sans dire que l’entrée en fonction du nouveau directeur général de cette société, Camille Dansou, ce mardi 22 mai, est le début d’une nouvelle ère dans cette société. Il mesure bien l’immensité de la tâche qui l’attend, en déclarant à sa prise de service : « Je peux dire que je suis un étranger qui connaissait le salon de la maison. A présent, je vais en connaître toutes les chambres et travailler au rayonnement de notre entité commune, dans le respect des ambitions voulues par le Gouvernement ». Il s’agit là d’un engagement non seulement à satisfaire les exigences et les besoins en eau de la population, mais aussi à œuvrer pour le rayonnement de la société, conformément à la vision du chef de l’Etat, Patrice Talon, et le programme d’action du gouvernement en termes de facilitation de l’accès des populations à l’eau potable. Ce qui est prioritaire, c’est la satisfaction des besoins en eau potable des populations. Par exemple dans le département du Zou, les populations ont délaissé le puits au profit de l’eau de la Soneb. Mais la surprise est grande face à la rareté de cette denrée par moments dans les localités de Bohicon, Abomey et environs. Cette situation est devenue si préoccupante que les habitants interpellent tous les jours les autorités sur ce qu’il convient d’appeler absence criante de l’eau potable dans les robinets au niveau du Zou. Les mêmes défis s’imposent également à la nouvelle équipe à Cotonou où la qualité de l’eau est remise en cause par des citoyens. De façon courante, les dépôts de détritus dans les bassines, l’eau rouillée…, font douter de la qualité de ce liquide précieux que la société offre à ses abonnés. Le nouveau directeur pourrait voir en urgence comment redonner espoir aux consommateurs.
Le parcours du nouveau Dg Soneb renseigne sur sa capacité à satisfaire les exigences de citoyens. En effet, Camille Dansou est resté expert Eau et Assainissement/Point focal climat à l’ambassade des Pays-Bas jusqu’à sa nomination. Un poste qui lui aura permis d’avoir une riche expérience d’identification, d’évaluation, d’administration/gestion et le suivi-évaluation des activités soutenues par les Pays-Bas dans le sous-secteur de l’eau, hygiène et assainissement en milieu rural et urbain ; de la gestion intégrée des ressources en eau. Durant les nombreuses années passées à l’ambassade des Pays-Bas, il a participé activement à la formulation et à l’exécution de plusieurs projets et programmes en particulier les trois grands programmes pluriannuels, multi-composantes et multi-acteurs, Ppea-I / 2007-2012, Ppea-II / 2013-2015 et Omi Delta / 2017-2021.
Le successeur de David Babalola saura certainement prouver son talent. Pour rappel, sa nomination fait suite à une affaire de fausses quittances à la Soneb qui a conduit l’ancien directeur général, David Babalola en prison, avec quelques cadres de la société. Ils seront fixés sur leur sort au cours d’une audience au tribunal de première instance de première classe de Cotonou, le mardi 29 mai prochain.

LIRE AUSSI:  Gestion sécuritaire du scrutin du 28 avril dans le septentrion: Une approche commune convenue avec les chefs d’unités