Passation de service à l’Onip: Reine Azifan cède son fauteuil de Dg à Camille Adinci pour de nouveaux défis

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Passation de service à l’Onip: Reine Azifan cède son fauteuil de Dg à Camille Adinci pour de nouveaux défis


La direction générale de l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip), change de main. Reine Azifan Sagbo, directrice générale par intérim, cède son fauteuil à Camille Guy Adinci, précédemment chef des services financier et comptable. Cette passation de charges intervenue, vendredi 22 juillet dernier dans les locaux de l’Office, fait suite à la décision du Conseil des ministres du mercredi 20 juillet qui a nommé un directeur général à la tête de l’Office, après la procédure de sélection conduite par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication.

LIRE AUSSI:  Lancement de la Smart Africa Digital Academy : Un écosystème numérique panafricain prôné

Au cours des deux ans et demi environ qu’elle a passés à gérer l’Office national d’imprimerie et de presse, Reine Azifan Sagbo, a su lui imprimer sa marque. Ses diverses réalisations ont donné un nouveau visage à l’office et permis d’améliorer les conditions de travail du personnel. En cédant le fauteuil à son successeur, elle a dressé le bilan de sa gestion. «Je pars la tête haute, avec le sentiment du devoir bien accompli », s’est-elle réjouie. Faisant le point de ses différentes réalisations, elle a présenté un tableau en trois points. Globalement, ils sont relatifs à l’assainissement de la gestion de l’office, à l’amélioration des conditions de travail du personnel et au renforcement de la position de l’Onip sur le marché.
Concernant le premier point, la directrice générale par intérim sortante a fait notamment cas de la révision du manuel de procédures, du recrutement d’un auditeur interne pour assurer le contrôle de toutes les opérations au sein de l’Office, de la mise en place du système d’information et de gestion avec pour conséquence, la facturation systématique et exhaustive des prestations.
Le deuxième point de ses actions a consisté entre autres, en la dénonciation de la Convention collective de l’Onip dont le processus a été amorcé depuis 2008 et sa mise en application effective, sous son mandat. Il y a aussi la construction et l’équipement du 1er étage du bloc commercial avec cinq bureaux et dépendances. Dans le même registre, ses réalisations ont concerné la construction d’une salle de conférences de capacité de 150 places, le renforcement des capacités de production de l’Imprimerie par l’acquisition de machines et équipements, la réfection et l’agrandissement de la rédaction, du secrétariat de rédaction, du bureau du rédacteur en chef, de la guérite, de la salle de vente des journaux et des gardiens. Le troisième point de ses réalisations, a-t-elle poursuivi, s’est concrétisé par l’ouverture de trois nouvelles antennes régionales et la certification de l’Office aux normes Iso 9001, version 2008.
De quoi amener le Syndicat des travailleurs de l’Onip qui, par la voix de son secrétaire général, Désiré Gbodougbé, l’a félicitée.

LIRE AUSSI:  Covid-19 : Le gouvernement allège les restrictions

Obligation de mieux faire

Pour avoir fait pratiquement toute sa carrière à l’Onip, le directeur général entrant, Camille Guy Adinci, a le devoir de marquer positivement son passage. Telle est l’exhortation du syndicat qui le met devant ses nouvelles responsabilités. «Vous et nous n’ignorons pas l’histoire de cette maison. Si un des travailleurs promu responsable a su insuffler un nouveau dynamisme en peu de temps, vous n’avez pas de raison de démériter. Il est donc une obligation pour vous de faire plus et mieux», prévient Désiré Gbodougbé. Il insistera par ailleurs sur «la poursuite des actions entamées par la directrice générale par intérim sortante, avec l’instauration d’un climat de paix au sein du personnel, à travers une gestion rigoureuse à visage humain, le suivi de la maintenance des machines de l’imprimerie et la prospérité de l’entreprise».
Ces challenges, le directeur général entrant, semble en être conscient. Il a promis de tout mettre en œuvre en vue d’un résultat élogieux à l’heure du bilan. «Je prends l’engagement de poursuivre l’œuvre entamée par mon prédécesseur dans les domaines qui profitent aux intérêts de l’Onip», annonce-t-il, promettant de mettre en œuvre les leviers de gestion nécessaires et appropriés afin de corriger le «taux exorbitant actuel de la masse salariale sur la valeur ajoutée». Camille Guy Adinci veut également «dynamiser le service commercial en vue d’améliorer la rentabilité des équipements mis à la disposition de l’Office par le gouvernement, redonner confiance au personnel et le remettre véritablement au travail».
Par ailleurs, les projections du directeur général entrant portent «sur l’établissement d’un partenariat gagnant-gagnant entre le ministère de tutelle et l’office, la construction et l’équipement de l’antenne de Parakou et l’accroissement des ressources financières, à travers la diversification des activités de l’office pour un meilleur rendement, notamment de l’imprimerie».
Présent à la cérémonie de passation de service, le directeur de cabinet du ministre de l’Economie numérique et de la Communication (Menc), Wilfried Codjia, a exhorté tout le personnel de l’Office à accompagner le directeur général entrant, pour la réussite de son mandat tout en lui conseillant de mériter sa nomination.

LIRE AUSSI:  Évaluation du financement pour le développement: Optimiser les stratégies de mobilisation des ressources