Patrice Talon à propos des infractions commises à raison du genre: « La lutte sera plus farouche que la lutte contre les crimes économiques »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Patrice Talon à propos des infractions commises à raison du genre: « La lutte sera plus farouche que la lutte contre les crimes économiques »

Patrice A. G. TALON

Le président de la République a activement pris part au séminaire national organisé jeudi 23 septembre au palais des Congrès de Cotonou pour échanger avec les parlementaires sur les réformes envisagées dans le cadre de la gouvernance mais aussi pour mieux réprimer les infractions commises à raison du genre.

LIRE AUSSI:  Actualité: Les sages de la 5e circonscription électorale entrent dans la danse


Le président de la République prend à bras-le-corps la lutte contre les infractions basées sur le genre. Les auteurs des violences à raison du genre, de harcèlement, de viol, des mariages forcés et ou précoces, d’inceste et toutes autres infractions apparentées ont des soucis à se faire. Le chef de l’Etat leur réserve des jours sombres. Patrice Talon souhaite que l’arsenal juridique du pays soit corsé pour frapper d’une main lourde les auteurs et complices des infractions sus citées. Il l’a clairement signifié, ce jeudi 23 septembre, à l’occasion d’un séminaire national réunissant les parlementaires à Cotonou. Le président de la République a pris activement part aux travaux pour expliquer aux députés, l’esprit du projet de loi qui devrait leur parvenir sous peu. Son ambition, c’est de hisser le Bénin au rang des pays qui en ont fini avec ce genre d’impunité pour rassurer les victimes que la République est engagée à leurs côtés.
« Le fléau fait plus de dégâts que les crimes économiques », a expliqué le président Patrice Talon au terme des échanges sur le contenu du projet de loi portant mesures spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin. « Ce sera une épreuve de longue haleine, mais il faut commencer un jour. Désormais au Bénin, les délits du genre ne seront plus banalisés… Ce sera la loi de la décennie », s’est-il engagé. Le chef de l’Etat a aussi insisté qu’il ne s’agira pas d’une loi de plus. « Nous allons donner à l’Institut national de la femme (Inf) les moyens de poursuivre partout les auteurs et complices de tels actes à travers un réseau de points focaux sur l’ensemble du territoire national pour recueillir les témoignages et les confidences », a annoncé le président. Il ajoutera par ailleurs que, quel que soit la victime ou l’auteur, l’Institut national de la femme peut se constituer partie civile même si la victime n’est pas partante. «Les auteurs seront poursuivis même quand la victime est dans son silence… La lutte sera plus farouche que la lutte contre les crimes économiques», indique-t-il. Le chef de l’Etat a aussi fait savoir que la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme aura désormais compétence aux termes de la nouvelle loi pour juger ceux qui seront déférés devant elle pour de telles infractions.
Tout au long des échanges avec les parlementaires, il a exprimé l’ambition de son gouvernement de donner plus d’assurance aux victimes et de s’engager à leurs côtés pour en finir avec les torts qui leur sont faits.

LIRE AUSSI:  Cos-Lépi: Les neuf représentants du Parlement connus ce jeudi