Patrice Talon au sujet du Bénin: « Si la gouvernance est bonne, notre pays va se développer »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Patrice Talon au sujet du Bénin: « Si la gouvernance est bonne, notre pays va se développer »


La bonne gouvernance sera le cheval de bataille aucours du prochain mandat présidentiel. Mieux que lors du quinquennat 2016-2021, le président Patrice Talon promet de mettre un point d’honneur sur la bonne gestion, afin d’assurer le développement du pays.

LIRE AUSSI:  Jingtao Peng, ambassadeur de Chine près le Bénin: « Patrice Talon a apporté beaucoup de changements à son pays »


A la faveur de la réception du serment du tout premier président de la Cour des comptes, le président Patrice Talon a saisi la balle au bond pour réitérer son engagement en faveur de la bonne gouvernance. Loin de s’inquiéter avec la mise en place de cette institution qui ne sera rien d’autre qu’une épine dans les bottes des gestionnaires publics, ou du moins dans celles des mauvais gestionnaires, le chef de l’Etat s’est voulu serein. Pour la Cour des comptes, il entend bien alléger la tâche, en mettant le cap sur la bonne gouvernance pour le nouveau mandat qui démarre le 23 mai prochain avec son investiture. «Pour ma part, vous aurez en face de vous, pour les cinq années à venir, un gouvernement qui vous facilitera la tâche… Vous serez donc garants de cet enjeu de développement », a dit le chef de l’Etat à Mme Ismath Bio Tchané. Pour lui, en effet, « Si la gouvernance est bonne, notre pays va se développer». Malgré cette assurance, le président Patrice Talon voit l’avènement de cette institution comme un rempart contre la dilapidation des ressources publiques. « Quelle que soit la qualité de ceux qui dirigeront nos institutions, ce moule permettra de taire ou d’étouffer leurs faiblesses et pulsions personnelles pour qu’au service de la nation, ils ne puissent donner que le meilleur d’eux- mêmes en termes de bonne gouvernance», assure-t-il, réaffirmant par la même occasion « son engagement personnel » à cette fin.
Mais ce n’est pas la première fois que le président Patrice Talon expose la bonne gouvernance comme le seul facteur à même d’induire le développement du pays. Il y a quelques mois, face aux populations dans l’ensemble des 77 communes, il s’est voulu formel sur les avantages que procure la gestion rigoureuse des deniers publics pour le bien-être des populations. Grâce à la bonne gouvernance instaurée et imposée parfois dans la douleur, le pays se porte un peu mieux et peut répondre à ses besoins, soutenait le président à l’occasion.

LIRE AUSSI:  Premier Conseil des ministres du nouveau quinquennat: Patrice Talon indique la voie à suivre aux ministres
Renaissance

« Ce pays dans lequel les routes se multiplient à grande vitesse et en haute qualité et où le pavage des localités s’est transformé en une véritable dynamique pour rendre la circulation intérieure plus confortable, sans oublier la réalisation des infrastructures de tout genre, des stades, des marchés… est le pays dont rêvent les populations. Ces besoins basiques pour le développement ne seront plus jamais une doléance. Nous allons demander à nos compatriotes de s’adapter à cette nouvelle forme de gestion. C’est un nouveau pays qui naît. Tout ce qui se fait est fait avec notre argent et je voudrais que nous soyons fiers. Ce qui se passe est de notre mérite à tous. Notre argent va servir à construire nos besoins», avait-il notamment expliqué, entre autres, aux populations de Gogounou. Pour maintenir cette tendance, il demandera aux populations de défendre désormais, comme c’est déjà le cas avec la démocratie, la bonne gouvernance sans laquelle les ressources du pays ne serviront pas la cause de la grande masse.
Ailleurs, il saisira l’occasion de ses échanges directs avec les populations pour réitérer son vœu de voir la dilapidation des ressources publiques prendre fin. « Depuis plusieurs années, cette situation a privé le pays des biens préalables au développement comme les routes, l’électricité, l’eau, les infrastructures. C’est pour cela que nous réclamons ces biens fondamentaux depuis des années. L’exigence de bonne gouvernance qui s’est déployée sur les cinq dernières années se renforcera sur le mandat à venir », s’est-il maintes fois engagé. « Le bilan de ces dernières années n’est que le début du commencement. Nous avons démontré (…) que nous sommes désormais capables. Nous avons connu une renaissance (…) Ce que nous avons fait est la manifestation de notre génie commun… Notre valeur qui s’est endormi pendant des années durant renaît», assurait le président Patrice Talon.

LIRE AUSSI:  Politique migratoire entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe: Les quatre scenarii retenus présentés aux acteurs du Bénin