Performances artistiques: Saype et ses géantes fresques en escale au Bénin

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Performances artistiques: Saype et ses géantes fresques en escale au Bénin


Le Bénin s’intègre dans le projet mondial « Beyond Walls » de l’artiste Saype. Sô-Ava et Ouidah ont eu l’honneur d’accueillir non seulement l’artiste et sa délégation, mais aussi les géantes mains entrelacées qui font depuis plusieurs années le tour du monde.

LIRE AUSSI:  Concours national d’arts scolaires: Lucien Klo, vainqueur de la 10è édition

Un blanc qui passe des heures à peindre sur le sol nu. Pendant longtemps, les habitants de Ganvié dans la commune de Sô-Ava se souviendront de Guillaume Legros alias Saype. L’artiste aux fresques géantes est passé sur le lac soumettre son projet humanitaire itinérant aux populations. Il était au centre de mille attractions à l’occasion de la réalisation de ses fresques. Contrairement aux autres espaces de travail qui l’ont accueilli jusque-là, Saype était quelque peu coincé à Ganvié. Moins d’espace, sol humide, public enthousiasmé, mais sans grande compréhension de son travail… Mais cela n’a rien ôté à la dextérité de l’artiste. Au bout d’environ quatre heures de travail, il laisse voir au sol, une figurine avec des couleurs distinctives.
Il a donc fallu attendre des images de drone de cette œuvre pour comprendre ce que « fabriquait le blanc au soleil ». On pouvait à partir des images aériennes, distinguer deux grandes mains entrelacées. C’est d’ailleurs là, toute la philosophie de ce projet qui atterrit au Bénin après les étapes de Paris, Andorre, Berlin, Genève, Ouagadougou, Yamoussoukro, Turin, Istanbul… Cape Town. Le Bénin en est la dixième étape.

LIRE AUSSI:  Concours national d’arts scolaires: Lucien Klo, vainqueur de la 10è édition

Symbole d’entraide entre les peuples

Ces fresques biodégradables au sol sont réalisées pour créer symboliquement la plus grande chaîne humaine au monde en peignant des mains qui s’entrelacent, explique Saype. C’est un symbole d’entraide et de bienveillance entre les peuples pour essayer de créer des ponts, soutient l’artiste. Je choisis juste l’endroit où je veux peindre. Ce projet glisse de ville en ville avec la conviction que «Nos vies et nos actes sont voués à devenir des traces de notre passage en ce monde», explique aussi Saype. Dans chaque ville parcourue, il veut ajouter une brique à son projet.

Après les populations du lac, cap sur le village des pêcheurs à Ouidah pour le même exercice. Sur le sable mouvant, entre la plage et les cabanes des pêcheurs, Saype a reproduit ses géantes mains toujours entrelacées. Au Bénin, il dit avoir choisi deux lieux emblématiques d’une histoire tragiquement marquée par l’esclavage. Premièrement, la ville de Ouidah (village d’Abouta), l’une des principales portes de la traite négrière. Et en parallèle, la cité lacustre de Ganvié, où trouvèrent refuge les populations fuyant les razzias esclavagistes.

LIRE AUSSI:  Entretien avec Ousmane Alédji: «Le débat des réformes est citoyen et nous concerne tous»

Les gigantesques mains de Beyond Walls relient ces deux lieux, comme si, ceux qui échappèrent à l’esclavage s’efforçaient de retenir ceux qui allaient partir pour ne jamais revenir. Dans cet effort, l’artiste souhaite mettre en lumière la richesse des populations locales et transmettre un message optimiste, rassembleur et porté vers un avenir commun. Après bientôt deux ans, trois continents ont été traversés, 37 poignées de mains réalisées et 77 300 m² recouverts de peinture écologique conçue par l’artiste. Au service de l’entraide et de la bienveillance, chacune des dix étapes est porteuse d’un message universel. Au visuel d’apparence commune, elles véhiculent néanmoins une symbolique spécifique à l’histoire et à la culture des lieux visités. Bien qu’anonymes, les mains peintes au sol sont également le reflet d’une multitude de vies et réalités différentes que l’artiste souhaite réunir.
Guillaume Legros alias Saype (contraction de Say Peace) est un artiste franco-Suisse qui réalise des fresques monumentales sur herbe et sur la terre. Il est l’inventeur d’une peinture écoresponsable composée notamment de craie et de charbon. Il est reconnu comme le pionnier d’un mouvement artistique liant le street art et le landart. Sa démarche et sa technique novatrice lui ont valu en 2019 la nomination par le célèbre magazine Forbes comme l’une des trente personnalités de moins de trente ans les plus influentes dans le domaine de l’art et de la culture. Ses œuvres poétiques et éphémères voyagent à travers le monde pour impacter les mentalités dans le respect de la nature.

LIRE AUSSI:  Marché mondial de l’art : Romuald Hazoumé parmi les artistes africains les mieux cotés