Pilotage de drone au Bénin: La certification et la maitrise de la réglementation exigées

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pilotage de drone au Bénin: La certification et la maitrise de la réglementation exigées


La détention de drone et son usage sont soumis à une réglementation en République au Bénin que la plupart des citoyens ignorent. Pour apporter un éclairage aux populations, l’Association béninoise des professionnels et amateurs de drone (Abepa-Drone), un creuset d’une centaine de personnes, a organisé un festival de drone à Cotonou, dimanche 30 mai, à l’occasion de la journée internationale des drones célébrée en différé.

LIRE AUSSI:  Rencontre du ministre Attanasso avec l’Intersyndicale du supérieur: Des avancées notables en vue de la levée de la motion de grève


L’Association béninoise des professionnels et amateurs de drones (Abepa-Drone) portée sur les fonts baptismaux entend rompre avec l’amateurisme en matière de pilotage de drone au Bénin, où la pratique est soumise à une réglementation souvent ignorée du grand nombre. Elle a mobilisé, à la faveur de la journée internationale des drones, ses membres et autres citoyens détenteurs de drone pour une sensibilisation en partenariat avec Bénin flying labs établi en 2019 à la suite de la visite de la ministre de l’Economie numérique en Suisse. Creuset à but non lucratif, il fait partie d’un réseau mondial de Flying labs utilisant des experts locaux pour impacter positivement l’écosystème robotique.
« Le drone est un oiseau volant que tout le monde utilise aujourd’hui sans vraiment maitriser les contours et les interdictions », a fait savoir Docteur Daniel Tossou, président de ladite association au sein de laquelle, les membres sont formés et savent que le drone ne s’utilise pas dans n’importe quelle condition, d’après ses explications. « Il y a beaucoup de drones qui entrent dans le pays sans que les gens ne sachent la réglementation, les interdictions, les autorisations spécifiques qu’il faut pour pouvoir faire décoller le drone. Notre mobilisation vise à montrer qu’il existe une association au plan national, regroupant des professionnels qui pourraient faciliter l’information, le transfert de compétence pour que le drone ne soit plus désormais cet outil qui pourrait créer assez de dégâts dans la nation », ajoute Dr Daniel Tossou.
Pour ne pas en arriver à ce stade regrettable, il conseille à tous les amateurs de se rapprocher des structures compétentes afin de savoir la conduite à tenir en matière de pilotage de drone au Bénin. « Tous les amateurs doivent savoir que le survol de drone exige qu’on ait une autorisation au niveau de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) et en plus une formation certifiante. C’est pourquoi au niveau de notre creuset, nous accompagnons tous ceux qui sont passionnés à suivre une formation pour avoir le niveau et la certification requis afin de faire le survol de drone dans de meilleures conditions et éviter les dégâts », a-t-il insisté.

LIRE AUSSI:  Prélat & Politique: Des rapports incestueux ?
Réorganiser la discipline

Son ambition à travers cette initiative qui est une première au Bénin est de sensibiliser tout amateur de ces nouvelles technologies à une meilleure utilisation tout en respectant les réglementations en vigueur et en suivant une formation adéquate. Il veut aussi réorganiser cette discipline afin que le Bénin soit un pôle d’excellence en matière de drone dans la sous-région et en Afrique. Dans ce cadre, lui et son équipe communiquent avec les professionnels et les amateurs sur les besoins réels en matière d’acquisition de drone pour obtenir de meilleures images.
Géographe-cartographe de formation, Daniel Tossou souligne que le drone peut être utilisé pour sortir les outils d’aide à la décision. Cet outil doté d’un Gps et d’une caméra est aujourd’hui utile dans les domaines de l’agriculture, de la cartographie, de la santé, de la sécurité, de l’urbanisme, du transport, des Tic, de la protection de l’environnement, de la sécurité des biens et des personnes, des services de livraison, des incendies, des inondations, dans la gestion des catastrophes …
À ce festival de drone, environ soixante-quinze pilotes ont démontré leur savoir-faire à l’aide des engins tels que des Mavic Pro 2, des Eachines, des Mavic mini, des Phantom pro 4, des Parrots, des Inspire, des Ebee X et un drone de marque Fvp localement construit.

LIRE AUSSI:  Autorisation de ratification au Parlement: 10 milliards F Cfa pour l’eau potable à Boukoumbé, Covè et Zagnanado