Plagiat à la Fdsp de l’Université de Parakou: Les mémoires de 21 étudiants rejetés

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Plagiat à la Fdsp de l’Université de Parakou: Les mémoires de 21 étudiants rejetés


A la Faculté de Droit et des Sciences politiques de l’Université de Parakou, c’est du 30 juin au 4 juillet prochain que se dérouleront les soutenances en Master. Sur les 65 étudiants attendus pour être soumis à cet exercice, 21 seront laissés sur le carreau. Pour plagiat, leurs mémoires ont été rejetés.

LIRE AUSSI:  Baccalauréat 2021: Ceg Adjohoun accueille le lancement dans l’Ouémé

A la Faculté de Droit et des Sciences politiques (Fdsp) de l’Université de Parakou où elle a été installée seulement cette année, la cellule anti-plagiat vient déjà de réussir un très gros coup. Pour plagiat, elle a rejeté les mémoires de 21 des 65 étudiants en Master qui s’apprêtent à soutenir du 30 juin au 4 juillet prochain.
Appréciant la crédibilité du travail effectué par la cellule, le doyen de la faculté, Moctar Adamou, a indiqué qu’elle avait à sa disposition des outils appropriés pour analyser les mémoires, conformément au seuil défini. Il s’agit du logiciel anti-plagiat et surtout du système anti-plagiat instauré par l’Université de Parakou. « A la Faculté de Droit, nous avons fixé un seuil de 25 %. C’est vrai qu’au niveau international pour les thèses et articles, la norme, c’est 10 %, rarement 15 %. Pour tout mémoire dont le seuil dépasse 25 %, nous considérons qu’il a fait objet de plagiat », a-t-il détaillé.
« Des étudiants ont même pris jusqu’à 4, 5 et 6 pages. Ils ont mis les références, mais le logiciel a dit non, puis a indiqué les documents dans lesquels les passages ont été plagiés », poursuit le doyen Moctar Adamou. Les auteurs des mémoires épinglés ne pourront pas, informe-t-il, valider l’année universitaire.
En effet, les 21 mémoires ont dépassé le seuil des 25 % définis au niveau de cette faculté. Ainsi, sur les 65 étudiants programmés, seulement 44 sont éligibles pour soutenir leurs mémoires. En attendant l’année prochaine, les concernés sont appelés à se mettre à jour. Pour eux, il n’existe plus d’alternative. Ils ne peuvent plus faire partie de la vague appelée à soutenir dans les tout prochains jours. Selon le doyen, ils vont devoir revenir en décembre pour soutenir. « Cela leur apprendra à ne plus recopier laborieusement ou de façon copieuse les idées d’autrui », a-t-il tranché.
Mais qu’à cela ne tienne, les 21 étudiants l’ont échappé belle. Considéré comme une infraction, le plagiat est en principe passible de sanctions pénales.

LIRE AUSSI:  Rentrée scolaire 2017-2018: Le Borgou prêt pour le grand jour