Plan de contingence national: L’Anpc et ses partenaires enrichissent le document

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Plan de contingence national: L’Anpc et ses partenaires enrichissent le document


L’actualisation du Plan de contingence national a démarré, hier lundi 5 juillet, et va se poursuivre jusqu’à jeudi prochain sous la houlette de l’Agence nationale de protection civile. Ceci, avec le soutien financier de la coordination du Système des Nations Unies. En lieu et place du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, c’est son directeur de cabinet, Ouorou Baro Mora, qui a lancé les travaux à Grand-Popo, dans le département du Mono.

LIRE AUSSI:  Tournée du ministre de la Communication et des TIC à Parakou:S’enquérir des préoccupations des médias et structures sous tutelle

Passer en revue ce qui a été fait dans le cadre du Plan de contingence national 2020 en vue de la mise à jour de celui-ci pour mieux faire face aux défis qui pointent, c’est la mission assignée, depuis hier à Grand-Popo, aux acteurs des plateformes aux niveaux national, départemental et communal chargés des activités de réduction des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique.
Les travaux de mise en place d’un nouveau plan de contingence national se déroulent dans un contexte marqué par des défis majeurs. Entre autres, la lutte contre la pandémie de Covid-19 qui éprouve le monde entier depuis bientôt deux ans. Et de l’autre côté, des aléas émergents, notamment le terrorisme qui se développe autour du Bénin. Et enfin, l’imminence de la montée des eaux dans des bassins des fleuves Niger, Ouémé et Mono avec ses corollaires d’inondation. Au regard de ce tableau, Ouorou Baro Mora, représentant le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, estime que le présent atelier vient à point nommé en ce sens qu’il est l’occasion de préciser le risque majeur pour cette année afin de planifier en conséquence la mobilisation des moyens pour la réponse appropriée. Relativement à la perspective de nouvelles inondations, il espère de pertinentes propositions d’activités de préparation et de réponse susceptibles de soustraire, le cas échéant, le Bénin à « un éventuel désastre» ou de permettre de le gérer avec efficience. En effet, estime M. Baro, étant donné que certaines communes telles que Abomey-Calavi, Ouidah, Comé et Grand-Popo ne sont pas encore sorties des récentes inondations induites par l’ensablement de l’embouchure de la Bouche du Roy, il est à craindre que la prochaine montée des eaux aggrave la situation au point qu’elle se généralise dans le pays.
Pour une mise en œuvre efficace des actions à retenir dans le nouveau plan, le Dc souhaite que la dynamique d’actualisation se poursuive notamment dans les communes. Mais, à ce jour, révèle-t-il, sur les 77 collectivités territoriales du Bénin, seulement 42 disposent d’un Plan de contingence communal. Ce qui représente, selon lui, un ratio de 54 %. « L’inexistence de ce document dans une commune est une faiblesse dans la gouvernance de celle-ci », souligne-t-il.
Sont conviés aux travaux de Grand-Popo, des cadres de l’Agence nationale de protection civile, des représentants de quelques communes ainsi que des délégations de plusieurs ministères sectoriels et des institutions partenaires de l’Anpc dont la Coordination du Système des Nations Unies. Le préfet du Mono et le maire de la commune de Grand-Popo ont marqué de leur présence l’ouverture de l’atelier.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: Adoption des mesures pour la rénovation d'infrastructures administratives