Pollution sonore en fin d’année: Le procureur Mario Mètonou prévient

Par COMLAN ERIC,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pollution sonore en fin d’année: Le procureur Mario Mètonou prévient


Dans l’euphorie des fêtes de fin d’année, particuliers, entreprises et lieux de culte ont tendance à générer plus de bruit que d’ordinaire. Cette année, une délicate attention sera accordée aux auteurs de pollution sonore. Le procureur Mario Mètonou l’a martelé au cours de la dernière réunion de commandement avec les Officiers de police judiciaire. Des instructions ont été données aux fins de présenter ceux qui récidiveraient.

LIRE AUSSI:  Clôture du Forum économique de l’Ouémé-Plateau: Les grandes résolutions des assises de Porto-Novo

Attention aux bruits parasites en fin d’année ! Ils seront réprimés ! Le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou a attiré l’attention des agents de la Brigade de protection du Littoral et de la lutte anti-pollution sur cette infraction. Les auteurs de pollution sonore pourraient faire l’objet de poursuites en cas de récidive. « Les Officiers de police judiciaire connaissent déjà la procédure à appliquer. En fonction des heures, il y a des limites à ne pas dépasser dans la production de bruit. Lorsqu’il y a une pollution sonore quelque part, le premier acte pour les officiers, c’est déjà de vérifier si les décibels émis sont conformes. S’il y a dépassement, la procédure dans un premier temps, c’est de verbaliser ceux qui seront pris et s’il y a récidive, c’est de les présenter au parquet », fait savoir le procureur Mario Mètonou. Il précise que les personnes qui se retrouveraient au parquet pour les faits de pollution sonore encourent aussi bien une peine financière qu’une peine privative de liberté, notamment une amende de cinq cent mille francs Cfa et une peine de trente jours de prison.

LIRE AUSSI:  Législatives du 28 avril prochain: 59 111 cartes d’électeurs non retirées dans l’Ouémé

A en croire le procureur de la République près le Tpi de Cotonou, l’attention accordée à la pollution sonore en cette fin d’année se justifie par certaines pratiques habituelles qui sont de nature à troubler la quiétude des populations. «Nous allons vers une période au cours de laquelle vous voyez des entreprises qui, sous prétexte de diverses promotions, installent de très grands haut-parleurs au bord des voies et mettent la musique au-delà des décibels autorisés. C’est aussi une période où vous avez des buvettes qui mettent la musique au-delà des normes, très tard la nuit et parfois jusqu’au petit matin, empêchant ainsi les riverains de dormir.

Enfin, c’est une période où d’aucuns considèrent qu’il faut renouer un peu plus avec la spiritualité et, sous ce seul prétexte, vous avez de petites églises aux coins des rues qui font des veillées jusqu’à des heures très tardives et qui empêchent les gens de se reposer… », a expliqué le procureur. Les instructions sont données ! Avis donc aux promoteurs de bars, aux responsables de lieux de culte et aux chefs d’entreprises qui prévoient des campagnes intensives en cette fin d’année. Il faudra veiller à ce que le volume de la musique reste dans les normes. Il faudra éviter de produire du bruit au-delà des décibels autorisés selon les tranches horaires. Et cela concerne également les particuliers qui ont l’habitude d’organiser des fêtes à domicile en fin d’année.

LIRE AUSSI:  Contentieux électorale dans le Couffo: Le maire de Djakotomè perd son siège par un arrêt de la Cour suprême