Pour des partis politiques inclusifs et démocratiques : Le programme Rappid mis en branle

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pour des partis politiques inclusifs et démocratiques : Le programme Rappid mis en branle

Pour des partis politiques inclusifs et démocratiques Le programme Rappid mis en branleC’est en présence de plusieurs représentants de partis politiques et diverses personnalités que le programme Rappid a été lancé par le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale

Financé par le Royaume des Pays-Bas, le programme Renforcement et Appui pour des Partis politiques inclusifs et démocratiques (Rappid) a été officiellement lancé au Bénin, hier mardi 19 avril. Ce programme va renforcer les capacités des partis politiques à mieux jouer leurs rôles et à contribuer au développement et à la paix. Il sera mis en œuvre dans les 77 communes du Bénin pour une durée de 48 mois.

LIRE AUSSI:  Législatives 2023 au Bénin : Appel à dénoncer les non-électeurs figurant sur la liste électorale

Faire en sorte que les partis politiques du Bénin contribuent plus efficacement au développement inclusif et à la paix à travers la mise en œuvre de leurs missions. C’est l’objectif stratégique du programme Renforcement et Appui pour des Partis politiques inclusifs et démocratiques (Rappid) qui a été officiellement lancé hier. D’un budget estimé à un milliard trois cent quarante-quatre millions sept cent onze mille huit cent cinquante (1 344 711 850) francs Cfa, majoritairement financé par le Royaume des Pays-Bas, ce programme sera mis en œuvre dans les 77 communes du Bénin pour une durée de 48 mois sous la houlette de l’Institut néerlandais pour la Démocratie multipartite (Nimd) et de l’Institut pour la Gouvernance démocratique (Igd).
Dr Azizou Chabi Imorou, directeur de l’Igd et représentant-pays du Nimd, fait savoir que le lancement de ce programme est l’aboutissement d’un processus qui a démarré en mai 2021 où l’Igd a été mandaté pour formuler un projet d’appui aux partis politiques. To Tjoelker-Kleve, ambassadrice des Pays-Bas près le Bénin, précise que l’idée de ce projet a germé au lendemain des dernières élections législatives et communales qui ont connu quelques troubles. Selon elle, ce programme est nécessaire pour améliorer la capacité des partis politiques à mieux jouer leurs rôles et à accompagner les efforts de développement et de paix au Bénin. L’ambassadrice des Pays-Bas près le Bénin est confiante quant à la réussite du projet. Elle salue particulièrement l’implication des jeunes et des femmes.
« A travers ce programme, nous voulons que les jeunes et les femmes soient au cœur de l’animation de la vie politique au Bénin. Faisons confiance aux jeunes et aux femmes », a-t-elle déclaré avant de réaffirmer le soutien du Royaume des Pays-Bas au Bénin.
Séverin Maxime Quenum, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, a reconnu l’engagement du Royaume des Pays-Bas en tant que partenaire légendaire qui accompagne les efforts de démocratisation au Bénin. Il a exhorté les bras opérationnels de ce programme à maintenir une approche inclusive et participative pour que toutes les parties prenantes soient effectivement impliquées dans la mise en œuvre du programme. Ce programme dénote, selon lui, les bonnes relations entre le Bénin et le Royaume des Pays-Bas d’une part et le bien-fondé des réformes politiques mises en œuvre d’autre part. Il rappelle que la nouvelle Charte des partis politiques prévoit que tous les partis politiques contribuent à la sauvegarde de la cohésion et de la paix ainsi qu’à la protection des libertés fondamentales. Le ministre Séverin Maxime Quenum est convaincu de ce que la mise en œuvre de ce programme va renforcer les capacités des partis politiques dans ce sens et permettra d’instaurer la culture du dialogue. « La démocratie commence par le dialogue », va souligner Dakpè Sossou, deuxième vice-président de l’Assemblée nationale. Pour le porte-parole du Parlement, le présent programme vient contribuer au renforcement des réformes déjà engagées pour assainir le système partisan.

LIRE AUSSI:  Assainissement des communes Des travaux de pavage lancés à Comé

Trois axes, trois résultats à long terme

Pour atteindre son objectif, le programme Rappid est basé sur trois axes d’intervention. Il s’agira de contribuer à l’amélioration du fonctionnement et à la gouvernance des partis afin de leur permettre de mieux jouer leurs rôles ; d’appuyer les institutions de la République et les ministères sectoriels dans leurs rôles et missions en lien avec le système partisan ; de contribuer à instituer le dialogue inter-partis dans les pratiques politiques du Bénin. Les bénéficiaires directs sont donc les partis politiques et leurs militants ; les institutions de la République et les ministères sectoriels intervenant dans le système partisan et les élections ; les citoyens à la base ; la Société civile et les médias. Présentant le programme, Dr Azizou Chabi Imorou, directeur de l’Igd, indique que trois résultats sont envisagés à long terme. Primo, les partis politiques sont plus inclusifs, plus attractifs, plus représentatifs et performants. Secundo, l’environnement partisan et électoral béninois est favorable au rayonnement et à l’action efficace des partis politiques. Tertio, le dialogue enter-partis est devenu un outil de prévention et règlement des crises politiques au Bénin.