Pour la défense des intérêts des travailleurs de la Justice:L’UNOJAB portée sur les fonts baptismaux

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pour la défense des intérêts des travailleurs de la Justice:L’UNOJAB portée sur les fonts baptismaux


La maison Justice dispose désormais d’un nouveau syndicat : l’Union nationale des officiers de justice et assimilés du Bénin (UNOJAB). Ce syndicat est porté sur les fonts baptismaux hier mercredi 18 mars, au cours d’un congrès dont la cérémonie d’ouverture a été rehaussée par la présence de nombreuses autorités judiciaires.

LIRE AUSSI:  A l’occasion de son séjour au Bénin: François Hollande se rend au Centre de lutte intégrée contre le paludisme

L’Union nationale des officiers de justice et assimilés du Bénin (UNOJAB), c’est le nom du tout nouveau syndicat créé par un groupe de travailleurs de la maison Justice. Il vise, selon ses créateurs, à développer la solidarité entre ses membres, donner ou fournir des informations, intervenir en tant que porte-parole, soumettre des désidérata et suggestions aux instances et institutions publiques concernant les aspects de contenu et fonctionnels propres aux corps des officiers de justice et aux fonctions de greffiers en chef.
Entre autres objectifs, l’UNOJAB veut défendre des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux collectifs et individuels de ses membres; respecter scrupuleusement des textes et lutter contre la préservation des avantages liés au corps des officiers de justice et aux fonctions de greffiers en chef ; la promotion de ses membres dans les institutions nationales, régionales et internationales, vulgariser aux plans national et international le rôle et la place des officiers de justice dans l’administration publique ; l’étude et la proposition aux autorités compétentes de toutes mesures ou réformes tendant à assurer un meilleur fonctionnement des juridictions…
Dans son mot de bienvenue, le greffier en chef du Tribunal de première instance de Cotonou, Seidou Abou, a dit sa satisfaction de voir ses camarades venir aussi nombreux pour être les témoins privilégiés de cet évènement. Il a insisté sur la mission du nouveau syndicat pour la défense des droits et acquis des travailleurs dans un esprit de dialogue, l’amélioration de leur vie professionnelle au quotidien. Il prône le dialogue comme crédo afin que la maison justice soit et demeure un modèle… pour que le justiciable se retrouve dans sa justice. Loin d’être un syndicat de plus, l’UNOJAB est l’expression du pluralisme et elle souhaite travailler pour le triomphe de la démocratie béninoise, a conclu le greffier en chef.
A sa suite le président du Tribunal de Cotonou, Euloge Akpo a salué l’initiative et souhaité qu’à travers le nouveau-né, les travailleurs puissent retrouver leurs comptes et voient leurs droits défendus. Il a également exhorté les membres du nouveau syndicat à la clairvoyance et à l’esprit d’ouverture afin que la maison justice ne soit pas paralysée pour le bonheur des justiciables. «Avant de juger les autres, il faut être au-dessus d’eux. Il faut être soi-même un modèle, et j’espère que les militants de l’UNOJAB le seront», a indiqué le président du Tribunal de Cotonou.
Tour à tour, les représentants des Confédérations et Centrales syndicales, Georges Azomahou de la Confédération des organisations syndicales indépendantes (COSI), Anselme Amoussou de la Confédération des syndicats autonomes (CSA-Bénin) et Taofick Adam de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB) ont tous salué le courage de ceux qui ont initié la naissance de ce syndicat. «C’est un défi, mais vous devez être patients, et rester vigilants», ont-ils conseillé aux membres du nouveau syndicat. Ils ont également insisté sur la nécessité d’avoir le dialogue comme arme de combat. «Car l’image du syndicalisme bouillant qui ne fait que revendiquer pour revendiquer est révolue».
Pour sa part, le représentant du syndicat national des travailleurs de la justice, Béssé Cakpo, a salué le courage de ses camarades qui ont osé se mettre ensemble pour défendre les intérêts de leurs collègues dans le contexte actuel. Il s’est dit prêt à ne pas leur marchander sa collaboration afin que «la justice béninoise sorte des sentiers battus».
Quant au représentant du ministre en charge de la Justice, Sagbo Denis Ogoubiyi, il dit ne trouver aucun mal dans la multiplicité des syndicats. Puis, il a rassuré de la disponibilité du cabinet du ministre à travailler avec tous les syndicats.
Il y a nécessité de s’asseoir autour d’une même table et discuter, a conseillé le représentant du MJLDH qui a, pour finir, souhaité que le nouveau-né soit ouvert, disponible et perspicace.

LIRE AUSSI:  Décédé le 27 janvier dernier: L’honorable Janvier Donwahoué inhumé demain à Akpro-Missérété