Pour sa participation au Prix Béninois de la qualité: Le système qualité de l’Onip évalué

Par zounars,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pour sa participation au Prix Béninois de la qualité: Le système qualité de l’Onip évalué


Dans le cadre de sa participation au Prix Béninois de la qualité, une délégation de trois auditeurs de la coordination nationale du Prix qualité de l’UEMOA a évalué, vendredi 3 septembre dernier, le système qualité de l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip). Au terme de cette évaluation, les auditeurs ont salué les efforts qui se font au niveau de cet Office pour satisfaire sa clientèle avant de relever des écarts que la direction générale et les pilotes de processus ont pris l’engagement de corriger.

LIRE AUSSI:  Criet/ Pour atteinte à la sûreté de l’Etat et blanchiment de capitaux: Joël Aïvo et trois co-prévenus écroués à Cotonou

« Il y a du potentiel. On sent à travers le personnel, une bonne dynamique. Toutes les conditions sont réunies pour avoir quelque chose de profitable concernant la qualité». L’auditeur Youssouf Mama Sika n’a pas caché sa satisfaction au terme de la séance marathon d’évaluation de près de 4 h d’horloge. Accompagné de ses collègues, René Akowanou et Abdou Océni, le coordonnateur technique national du système qualité Afrique de l’Ouest, a soumis l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip) à un véritable examen probatoire.

Le Service commercial, la Rédaction du journal La Nation, la Section messagerie, l’Imprimerie, la Section photo, la Documentation, la Cellule informatique, le moindre secteur impliqué dans la chaîne de production de l’office a été scruté au plus près. A la fois taquin et tatillon, Youssouf Mama Sika a parfois glissé quelques peaux de bananes à ses hôtes. «Vous déplacez-vous vers les clients pour prendre en compte leurs exigences?», lance-t-il à la Section messagerie. Mobilisé pour la circonstance, tous les pilotes de processus de l’Onip ont su défendre leur label. «Nous avons des dépositaires auprès de qui nous recensons les éventuelles plaintes», répond Marie-Madeleine Akoffodji, chef Service commercial. «Le dernier client est servi à 10h au plus tard chaque jour», ajoute-elle.
A la Rédaction comme à la Section documentation, le travail abattu sur place a été salué par les évaluateurs. Notamment, la numérisation grâce à laquelle les documents sont sauvegardés. «Je puis vous dire modestement que peu de structures disposent d’archives aussi fournies au Bénin», a affirmé la responsable de la section, Hyacinthe Koudhorot.
A l’Imprimerie, les prouesses des machines de dernière génération ont été vantées par son directeur, Edmond Zossoungbo. «Nous avons la version film, la version plaque et la version calque», a-t-il souligné sous le regard admirateur des auditeurs.

LIRE AUSSI:  Agence nationale des soins de santé primaires : Voici les résultats du test de sélection

Satisfecits et recommandations

Les échanges ont débouché sur des recommandations afin de ferrer davantage les clients. René Akowanou a plaidé pour un meilleur suivi des abonnés. «C’est un domaine très concurrentiel. La veille à ce niveau doit être permanente», a insisté Youssouf Mama Sika. Il a également souhaité le lancement d’une étude pour déterminer la part du marché de l’Onip, au sein de son environnement. Cela participe, souligne-t-il, d’une démarche pour faire rêver le client.
«Nous allons nous mettre au travail conformément aux axes d’amélioration qu’ils nous ont dégagés, afin d’être au top à leur prochaine visite. Nous voulons être les meilleurs concernant la qualité», a déclaré Camille Guy H. Adinci, directeur général de l’Onip.
Selon Youssouf Mama Sika, c’est toujours bien pour une entreprise engagée dans la démarche qualité, de se confronter aux autres. Cela permet, poursuit-il, de développer une émulation du système.
La participation de l’Onip à cette 5e édition du prix Béninois de la qualité, s’inscrit dans le cadre de l’opportunité offerte par le gouvernement aux entreprises de se mettre en conformité avec les méthodes de production des entreprises de la sous-région.
Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, avait en effet instruit ses homologues à faire participer toutes les entreprises sous leur tutelle. Le nombre d’exigences varie selon chacun des 4 niveaux. Le 3e niveau pour lequel, l’Onip a postulé en comporte 27. «Nous sommes très confiants», s’est félicité Camille Guy Adinci, réaffirmant l’engagement de sa structure à placer le client au cœur de ses stratégies.