Pour viol sur mineure: Comlan Azingoué condamné à 15 ans de réclusion criminelle

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Droits et devoirs |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pour viol sur mineure: Comlan Azingoué condamné à 15 ans de réclusion criminelle


Poursuivi pour viol commis sur une mineure âgée de 7 ans, le meunier de profession Comlan Azingoué a comparu, lundi 11 novembre dernier, à la barre du tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa, siégeant en matière criminelle. Au terme du procès, le tribunal l’a condamné à 15 ans de réclusion criminelle après l’avoir reconnu coupable des faits mis à sa charge.

LIRE AUSSI:  Coups mortels et complicité de coups mortels: Les 4 accusés condamnés à 5 ans de prison

Tenir des rapports sexuels avec une mineure de moins de 16 ans, consentante ou non, est un viol, un crime prévu et puni par l’article 332 du Code pénal et l’article 3 de la loi numéro 2011-26 du 9 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes. Comlan Azingoué de nationalité béninoise, âgé de 20 ans et meunier de profession à Houéyogbé, dans le Mono, l’a appris à ses dépens, ce lundi 11 novembre 2019. Pour avoir touché à une mineure d’environ 7 ans au moment des faits, il a été condamné à 15 ans d’emprisonnement ferme. Placé sous mandat de dépôt le 30 décembre 2013, il retourne en prison pour y passer encore neuf bonnes années. A titre des dommages et intérêts pour toutes causes de préjudices confondues, Comlan Azingoué est également condamné à payer la somme d’un million deux cent mille francs Cfa à la partie civile représentée par la victime Anne B. A. et sa tutrice n

LIRE AUSSI:  Destruction de maisons servant d’habitation: Antoine N’ Tcha relaxé, ses trois compères libres le 20 décembre prochain

Les faits

Écolière en classe de cours préparatoire ( Cp) âgée de sept ans, Anne B. A., orpheline de père et de mère, est confiée à Céline Attinkpo, sa cousine, devenue sa tutrice. Le 27 décembre 2013, celle-ci l’a envoyée lui faire moudre du maïs dans un moulin à Houéyogbé.
Bien qu’elle soit parmi les premiers arrivés au moulin dont le fonctionnement est assuré par l’accusé Comlan Azingoué, celui-ci l’a fait passer en dernière position et à son tour, éteint le moulin, alléguant un défaut de carburant.
Il ferme donc la porte du local abritant le moulin, étale une natte, déshabille de force la petite Anne B. A. en prenant soin de l’empêcher d’appeler au secours et la soumet à des relations sexuelles. Surpris en pleins ébats sexuels par le fils du propriétaire du moulin, il a pris la fuite, abandonnant sur place sa victime.
En proie à la tristesse et aux douleurs, la petite Anne B. A. va informer sa tutrice, qui s’est aussitôt mise à la recherche de l’accusé avec son concours. Celui-ci a été aperçu et reconnu par sa victime sur leur parcours en direction du domicile du chef du village. Il a donc été appréhendé et a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure

LIRE AUSSI:  Scrutin du dimanche : Emmanuel Tiando appelle à préserver « notre vivre ensemble »

Composition du tribunal

Président : Asseh Maximilien Kpehounou

Assesseurs : Antoine Houeze, Sègbédji Constantin
Nicodème Vigan, Firmin Amoussou, Affognon Thierry Ahovè

Ministère public : Codjo Jonas Konon

Greffier : Alain Akakpo