Pour violences et actes de vandalisme: Le culte Oro suspendu jusqu’à nouvel ordre à Akpro-Missérété

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pour violences et actes de vandalisme: Le culte Oro suspendu jusqu’à nouvel ordre à Akpro-Missérété


Les adeptes du culte Oro sont interdits de manifestation jusqu’à nouvel ordre sur l’ensemble du territoire de la commune d’Akpro-Missérété. Cette décision de suspension a été prise par le conseil communal et mise en exécution par arrêté du maire de la commune Michel Bahou.

LIRE AUSSI:  Opération de recherche de malfrats en fuite à Natitingou: Un jeune apprenti abattu par erreur au cours de l'opération

Elle fait suite aux actes d’une violence rare qui ont émaillé la dernière célébration de la divinité Oro dans la commune surtout dans l’arrondissement de Katagon. Des forces de sécurité et de défense de la commune ont noté des coups et blessures volontaires lors de leurs opérations de maintien de l’ordre et en ont rendu compte à l’autorité communale. « La fête du culte Oro qui s’est déroulée dans la commune d’Akpro-Missérété est une fête de règlement de comptes voire politique », dénonce le maire Michel Bahou. Il en veut pour preuve le comportement d’un groupe d’adeptes qui s’est rendu au domicile du chef de village de Tchian pour réclamer sa tête pour aller construire une forêt sacrée. « Des gens ont brandi des tronçonneuses pour menacer des gendarmes », condamne l’autorité communale. « Il leur a été interdit de fermer la voie inter-Etats passant par Akpro-Missérété, mais des adeptes de Oro l’ont bloquée. Nous avons dû faire appel aux forces de sécurité pour que l’ordre soit rétabli », poursuit Michel Bahou pour montrer combien les manifestants ont franchi le Rubicond. Pis, à l’en croire, une femme en travail très avancé qui se rendait dans une maternité pour aller accoucher s’est vue bloqué le passage pendant plus de deux heures d’horloge en dépit de ses supplications et douleurs. Elle n’a été autorisée à poursuivre son trajet qu’après l’intervention des éléments de la gendarmerie. « Il est aussi arrivé que des adeptes soient allés dans la maison d’un pasteur frapper à la porte de sa femme qui a dû joindre son mari au téléphone. Dès que le mari est arrivé, ces gens l’ont terrassé, lui ont versé de l’huile et du sodabi sur la tête. C’est encore grâce à l’intervention de la brigade de gendarmerie de Katagon que nous avons pu sauver ce pasteur… », se désole le maire visiblement très fâché contre les adeptes du culte Oro. Neuf parmi ces derniers ont été arrêtés et jetés à la prison civile de Porto-Novo pour répondre de leurs forfaitures.
Le maire a tenu à rencontrer tous les adeptes du culte Oro pour leur notifier de vive voix la décision de suspension jusqu’à nouvel ordre prise par le conseil communal. Mais il a été noté à cette rencontre, l’absence des adeptes de Katagon où les violences et les troubles à l’ordre public ont été plus enregistrés. Le maire Michel Bahou dit ne pas être las. Il annonce programmer bientôt une autre rencontre avec ces derniers pour leur passer le message?

LIRE AUSSI:  Lutte contre la cybercriminalité à Parakou: Quatre personnes dans les mailles de l’opération « Rambo »

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau