Pratique du sport à Abomey et Bohicon : Une opportunité de bien-être mais…

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pratique du sport à Abomey et Bohicon : Une opportunité de bien-être mais…

Pratique du sport à Abomey et BohiconA défaut d’espace approprié, ce groupe d’hommes pratique des exercices physiques sur ce terrain

Le sport collectif entre de plus en plus dans les habitudes aussi bien des jeunes que des personnes âgées. Matin ou soir et surtout les week-ends, ils s’adonnent en groupes aux activités physiques et sportives. Mais c’est sans toujours connaître les besoins réels ou les limites des uns et des autres, courant ainsi des risques pour leur santé.

LIRE AUSSI:  Dr Kossi Badziklou à propos de la trypanosomiase humaine africaine: « Le trypanosome peut franchir la barrière placentaire et infecter le fœtus… »

La sédentarité est préjudiciable à la santé humaine. Donc, la pratique du sport est recommandée. Mais celle-ci est soumise à des normes. Ce que beaucoup ignorent.
L’essentiel, c’est de faire le sport pour préserver l’organisme contre certains maux qui surgissent au fur et à mesure que l’âge avance. Fatiou Azizou, enseignant d’éducation physique et sportive (Eps), dira que la création tous azimuts de ces clubs est légitime étant donné que rien que par le sport, bon nombre de pratiquants ont recouvré la santé. Les médecins le recommandent. Il faut constamment bouger. «Faire de l’exercice est bon pour la santé mais également pour se sentir bien dans sa tête et dans son corps. Quelle que soit l’activité que l’on pratique, c’est un moment où l’on ne pense à rien d’autre, où l’on évacue toutes les tensions accumulées durant la journée et surtout c’est un excellent moyen de se déstresser. Pour la santé, les avantages d’une activité sportive sont très nombreux à savoir, la perte de poids et l’augmentation de la masse musculaire, une meilleure ventilation pulmonaire, l’élimination des risques d’infarctus ou d’hypertension artérielle», soutient-il. Pour cet enseignant d’Eps, le sport entretient également les os et les articulations, diminue le risque de cancer, de diabète et des maladies cardiovasculaires, améliore la qualité de vie. Le sport est donc bon pour la santé et à tous les niveaux. Il insiste en précisant que le sport n’est pas destiné à un âge donné, pourvu que l’individu se sente capable. Mais l’idéal, à l’en croire, est de le commencer dès le bas âge.
Au regard de tous ses bienfaits, le sport peut être pratiqué par tous. «J’ai intégré ce groupe en juin 2020. Depuis lors, je ne suis plus jamais allé à la pharmacie. Vraiment, le sport est mon salut», jure le cinquantenaire Marc Olivier Ahogbèdè, le corps ruisselant de sueur. «Depuis qu’un ami m’a conseillé de faire du sport, j’ai remarqué que la fréquence de mon asthme a baissé et même les petits ennuis de santé qui m’assaillaient ont cessé », témoigne un autre pratiquant assis à côté du cinquantenaire.
Cependant, là où le bât blesse, c’est que beaucoup pratiquent le sport dans l’ignorance totale des règles et sans aucun respect des normes. Dans ce contexte, les risques sont incommensurables.

LIRE AUSSI:  Réunion des directeurs nationaux des PEV: Elever la couverture vaccinale en Afrique

L’exercice inadapté et ses risques

Pour éviter que le sport, quoique bénéfique, ne crée d’autres problèmes de santé, Fatiou Azizou, enseignant d’Eps, recommande le respect des normes en la matière. La norme pour lui est de faire la différence entre les exercices et les adapter selon l’âge, l’organisme et le besoin physique. Selon lui, le sport d’entretien n’a pas les mêmes caractéristiques que le sport de compétition, de même que le sport collectif. «Si l’encadreur n’est pas formé, il ne saura pas quelle méthodologie adopter», avertit-il. A titre d’exemple, il indique que les exercices de résistance tels que la vitesse et autres sont formellement déconseillés aux enfants de moins de 12 ans, aux personnes âgées, aux sujets souffrant d’un mal que le médecin juge incompatible avec le sport. La pratique du sport ne doit pas non plus dépasser le temps réglementaire prévu à cet effet. «L’on court assez de risques lorsque les normes sont bafouées», insiste-t-il, en évoquant les cas des joueurs et boxeurs qui succombent en pleine compétition pour rupture d’anévrisme ou autres excès. Le cœur, explique-t-il, est un organe précieux mais sournois. Il peut vous lâcher à tout moment. C’est dire que, prévient-il, si vous dépassez les capacités de l’individu, il peut mourir banalement suite à un dysfonctionnement dans son corps. Et là, le sport qui est indispensable pour une meilleure santé peut lui être fatal. Et pour éviter un tel drame, l’enseignant suggère que les activités physiques et sportives soient conduites par des professionnels afin que chaque individu soit soumis aux exercices appropriés qui conviennent à son état de santé.
Des clubs de sport sont créés par des personnes sans la moindre connaissance des prérequis. Jean-Gontran Goyito, responsable d’un club sportif à Bohicon, n’est pas sans le savoir. Il explique qu’avant, les clubs n’étaient pas organisés. Mais aujourd’hui, ils se sont mis en association à l’issue d’un congrès constitutif pour corriger les insuffisances à travers un encadrement rigoureux des exercices. Une manière de dire que les choses commencent à se normaliser peu à peu.