Pré-insertion dans l’enseignement: Les modalités du programme dévoilées

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Pré-insertion dans l’enseignement: Les modalités du programme dévoilées


Le gouvernement a annoncé à l’issue du Conseil des ministres de ce mercredi 25 septembre un programme spécial dénommé Pré-insertion dans l’enseignement. Il concerne les aspirants au métier d’enseignant retenus dans la base de données constituée au terme des évaluations de mai et d’août derniers. Au cours d’une conférence de presse, hier jeudi 26 septembre à la Tour administrative, les ministres des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, et des Petites et moyennes entreprises, Modeste Kérékou ont expliqué les modalités de ce programme qui sort seize mille jeunes de la précarité.

LIRE AUSSI:  Audience au Ces: Augustin Tabé Gbian reçoit Paul Hounkpè

Seize mille jeunes enseignants sont sortis de la précarité grâce au programme spécial du gouvernement dénommé ‘’Pré-insertion dans l’enseignement’’. Il s’agira  de recruter des enseignants et de les mettre à la disposition des collèges et lycées en fonction des déficits exprimés par les directeurs départementaux des enseignements. Sa mise en œuvre est confiée à l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe). Les aspirants au métier d’enseignant retenus dans la base de données du ministère y passeront pour des formalités de signature de leur contrat. Celui-ci va durer neuf mois et court du 30 septembre 2019 au 29 juin 2020. Au cours de cette période comptant pour l’année scolaire 2019-2020, les bénéficiaires du programme spécial Pré-insertion dans l’enseignement, environ 16 000 enseignants, auront une allocation salariale, des primes de logement à verser sur leurs comptes et une prise en charge sanitaire. Telles sont les précisions que les ministres des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo et Modeste Kérékou chargé des Petites et moyennes Entreprises, de la promotion de l’emploi et de l’Artisanat ont apportées hier au cours d’une conférence de presse conjointe animée à la Tour administrative.
Par ce programme, souligne le ministre Mahougnon Kakpo, les enseignants vont quitter définitivement le statut de vacataire, qui n’existera plus dans le système éducatif béninois. En prenant cette mesure, le gouvernement finit avec les vacataires dans notre système éducatif, confie le  ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle. « Le gouvernement a posé un acte fortement social en donnant un emploi permanent aux enseignants qui naguère étaient dans la précarité. C’est déjà un grand pas. Et 15.865 enseignants sont concernés pour plus de 16 milliards Fcfa que le gouvernement engage pour les neuf mois. Cela traduit la volonté du gouvernement non seulement d’améliorer les performances du système éducatif mais également de donner un emploi plus ou moins durable à nos jeunes qui interviennent dans le système éducatif», a précisé le ministre. Il a souligné que ces enseignants bénéficieront d’un suivi pédagogique et seront évalués au terme du contrat. Cette évaluation doit déterminer s’il faut reconduire leur contrat. Le ministre note avec satisfaction qu’il existe dans la base de données des enseignants qui ont le profil pour enseigner dans leurs disciplines.

LIRE AUSSI:  3e congrès ordinaire de l’ANCB: Luc Atrokpo élu nouveau président

Le gouvernement se rapproche de 500 mille emplois

L’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) a un rôle déterminant à jouer dans le processus. Le ministre Modeste Kérékou invite les populations à chercher à comprendre les différentes mesures prises par le gouvernement. Il confie à cet effet que les enseignants sont désormais sédentarisés avec une mesure sécuritaire garantie. Leur contrat avec une agence gouvernementale est la preuve que ce dernier tient à les sortir de la précarité, a insisté Modeste Kérékou. Ministre en charge des questions de l’emploi, il indique qu’avec ce programme au profit de 16 mille enseignants, le gouvernement se rapproche de son ambition de créer 500 mille emplois. « A un an et demi de la fin du mandat, ¾ de cet objectif est atteint », déclare Modeste Kérékou. Il ne s’agit pas, souligne-t-il, de croire qu’avec cette mesure, il n’y aura plus de recrutement dans la fonction publique. Ce n’est pas pour mettre fin au recrutement dans la fonction publique, mais il est aussi temps que la jeunesse sache que l’emploi indépendant est encore meilleur, note Modeste Kérékou.
Rappelons que l’initiative du gouvernement vise la performance du système éducatif. Et désormais, il n’y aura plus d’à peu près, soutient le ministre Kakpo Mahougnon.