Première édition du Camp des jeunes filles leaders: Asseoir une génération de type nouveau

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Première édition du Camp des jeunes filles leaders: Asseoir une génération de type nouveau


Vue partielle des jeunes filles leaders, lors du lancement du camps (2)

La ville de Ouidah abrite, depuis ce mardi 7 août, la première édition du Camp des jeunes filles leaders. L’initiative dure cinq jours et mobilise une cinquantaine de jeunes filles des lycées et collèges. Elle vise à inculquer aux participantes des notions de leadership féminin et de développement personnel.

LIRE AUSSI:  Face aux dérives dans la presse: L’Odem appelle à l’observance des règles de la déontologie

Agir dans la fille d’aujourd’hui pour impacter la femme de demain. Cette ambition de l’Ong ‘’Femme et développement’’ prend progressivement corps à travers la première édition du Camp des filles leaders (Cjl) qui se déroule à Ouidah. L’initiative se veut un cadre d’échanges et de socialisation pour faire des participantes des vecteurs de changement dans la société. Le camp mobilise cinquante jeunes filles des lycées et collèges et portera entre autres sur des thématiques relatives à la santé sexuelle et de la reproduction, l’entrepreneuriat et le leadership féminins, la protection de l’environnement…
La femme est un agent de développement au même titre que l’homme, soutiennent les initiateurs. Pour bâtir une société de type nouveau, il faut agir sur la pépinière et donner au jeunes filles les outils pouvant leur permettre de participer aux progrès de la communauté, indique la directrice de l’Ong ‘’Femme et développement’’. « Pour bâtir une Nation prospère et développée, il faut impérativement axer un grand investissement sur la qualité des hommes et des femmes. Il faut s’engager dans la formation des citoyens de type nouveau si l’on aspire à bâtir une société de type nouveau », exhorte-t-elle.
Pour y arriver, poursuit-elle, il faut impulser le goût du leadership chez les jeunes filles et accroître leur niveau de compréhension des grands enjeux de leur temps.
L’ambassade des Etats-Unis près le Bénin partage la même conviction. Soutenir les femmes et les filles est une priorité essentielle au sein de la politique étrangère américaine. « Cet engagement s’inscrit dans notre intérêt stratégique, car nous savons qu’aucune économie ne pourra prospérer pleinement, si les filles en sont exclues. C’est pourquoi, nous déployons les efforts nécessaires afin d’assurer l’inclusion des femmes et des jeunes filles à travers divers programmes », souligne l’ambassadeur des Etats-Unis près le Bénin, Lucy Tamlyn.  
Le Camp des jeunes filles leaders vient à point nommé en cette période des vacances scolaires. « Il est évident que rien de durable ne peut se faire sans intégrer la fille et la femme comme des actrices à part entière du progrès. Pour avoir une société éprise de développement, il faut éveiller et raffermir en la fille les aptitudes du leader », insiste le représentant du maire de Ouidah, Fructueux Prudencio.

LIRE AUSSI:  Pollution sonore à Cotonou: Neuf personnes placées sous mandat de dépôt

Soulagement

Ce camp est aussi une réponse aux grossesses en milieu scolaire. C’est ce qui explique le soulagement des acteurs éducatifs. « Notre ministère a été secoué par des évènements qui sont le signe visible d’un vent défavorable à l’épanouissement des femmes. Au cours de l’année scolaire qui s’achève, nous avons dénombré plus de 2800 grossesses en milieu scolaire », mentionne le directeur adjoint de cabinet du ministère de l’Enseignement secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Marcellin Hounwanou.
Les thématiques, objets de ce camp répondent aux préoccupations des participantes. « Au sortie du camp, nous sommes certaines d’avoir fait un pas de plus que nos sœurs qui n’ont pas été sélectionnées. L’impact se fera ressentir à travers les efforts et la crédibilité sur les filles au fil des années », se réjouit le porte-parole des filles leaders, Romaine Sahossi.
La promotion des jeunes filles répond au cahier de charges du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance. La représentante du ministre, Simone Honvou, apprécie l’initiative : « Les bénéficiaires de ce camp sont des privilégiées et doivent se considérer comme des ambassadrices, investies de la mission d’accompagnement de leurs sœurs et amies à travers la diffusion des notions acquises de la formation ».
Les initiatives du genre porteront davantage leurs fruits si les pouvoirs publics intègrent par exemple les cours d’éducation sexuelle dans les programmes scolaires.

LIRE AUSSI:  Fêtes de fin d’année à Parakou et Tchatchou: La Fondation Claudine Talon sème la joie dans le cœur des orphelins