Présidence de la République: Cinq nouveaux ambassadeurs présentent leurs lettres de créance

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Présidence de la République: Cinq nouveaux ambassadeurs présentent leurs lettres de créance

Ambasseurs reçus

Cinq nouveaux ambassadeurs ont présenté, mardi 27 juillet, leurs lettres de créance au président de la République au palais de la Marina. Il s’agit des ambassadeurs de la République fédérale du Nigéria, de la République du Ghana, de la République fédérale d’Allemagne, de la République gabonaise et du Royaume de Norvège.

LIRE AUSSI:  Aspirants au métier d’enseignant: La reconstitution de la base de données annoncée

Tukur Yusufu Buratai est le nouvel ambassadeur désigné du Nigeria près le Bénin avec résidence à Cotonou. Officier supérieur de l’armée nigériane à la retraite, il est titulaire d’un diplôme de l’Académie nigériane de la Défense, obtenu en 1981, d’une Licence professionnelle et d’une Maîtrise de Lettres en Histoire, de même qu’une Maîtrise de philosophie en études de sécurité et d’un Doctorat obtenu à l’université d’État de Kaduna. C’est à lui que revient désormais l’honneur d’être l’interface diplomatique entre son pays et le Bénin. Tukur Yusufu Buratai est heureux d’être à Cotonou. Mardi 27 juillet, à la suite de la présentation de ses lettres de créance au président de la République, il a, au cours d’une brève déclaration aux médias, expliqué l’essentiel à retenir de sa mission.
« Les relations entre le Bénin et le Nigeria sont de longues dates. Nous avons des relations économiques et culturelles et nous travaillons à les renforcer», a expliqué le diplomate nigérian. Avec le chef de l’Etat, « nous avons débattu, notamment la question de la sécurité au niveau des frontières… Nous aurons l’opportunité tant sur le plan bilatéral que régional de voir se concrétiser différentes questions avec le temps », a-t-il indiqué. « Mon rôle sera de promouvoir tous les accords, tant au niveau économique, culturel, que sécuritaire, surtout au niveau des frontières. C’est une question majeure pour nous et nous devons faire en sorte que la question sécuritaire soit réglée très vite », a soutenu le diplomate nigérian. Avant sa nomination au poste au Bénin, il était depuis 2015 chef d’état-major de l’armée de terre nigériane. Il y a opéré plusieurs réformes qui ont contribué à rendre l’armée nigériane plus performante, plus professionnelle, plus moderne et mieux équipée.
A sa suite, Christine Churcher, ambassadeur désignée de la République du Ghana avec résidence à Cotonou s’est livrée au même exercice. Cette admiratrice secrète du Bénin, notamment de l’histoire de ses amazones et qui a toujours rêvé de marcher sur leurs pas, et mieux de se retrouver sur leur terre, arrive à Cotonou avec le sentiment d’avoir accompli son destin. Elle a donc présenté au président Patrice Talon ses lettres de créance avec un sentiment de satisfaction qu’elle n’a pas caché à sa sortie d’audience. C’est d’ailleurs avec cette même détermination qu’elle compte assumer les fonctions que le président de son pays a bien voulu lui confier. Fonctions qui se présentent avec aisance, reconnait la diplomate ghanéenne, au regard des liens de fraternité et d’amitié entre les deux pays, et surtout des ambitions des chefs d’Etat des deux pays.

LIRE AUSSI:  Présidence de la République: Quatre nouveaux ambassadeurs accrédités au Bénin

Poursuivre la tradition

« Le Bénin et le Ghana ont une longue histoire commune tant sur le plan de la culture qu’historique. Nous avons des liens très étroits et nous nous considérons comme frères et sœurs. De même, le président du Ghana tient à ces liens et il est très proche du président Patrice Talon », assure-t-elle. Fort de ces liens, les deux pays, sous son action, dynamiseront les rapports entretenus au plan de la coopération, notamment en ce qui concerne les mines, l’agriculture… « Nous allons travailler ensemble pour construire la prospérité de nos deux pays. L’objectif c’est que l’on puisse dire oui, nous avons été les acteurs qui ont travaillé pour le développement de nos deux peuples », espère-t-elle.
L’assurance à peine voilée de la diplomate à donner un souffle nouveau à la coopération entre les deux pays trouve aussi des répondants dans son riche parcours professionnel, administratif et militant. Christine Churcher a été entre autres secrétaire d’Etat, chargée de l’Education de base, de l’enseignement secondaire et de l’Education des jeunes filles, puis ministre de l’Environnement et de la Science dans son pays. Elle a pris part à plusieurs conférences et séminaires et a reçu plusieurs distinctions honorifiques au plan international. Avant sa nomination en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Ghana près le Bénin, elle était présidente du conseil d’administration de la compagnie nationale de gaz du Ghana. Députée du Cape Coast, elle est aussi fondatrice, directrice générale d’une Fondation qui porte son nom. Elle est née le 21 septembre 1954, et est titulaire d’un Master en éducation des adultes et d’un Bachelor en anglais et en histoire, obtenus à l’université du Ghana.

Des engagements pour le futur

Avant sa nomination en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne près le Bénin, avec résidence à Cotonou, Michael Derus était, depuis 2019, ambassadeur de son pays près la République malgache et la République de Maurice, avec résidence à Antananarivo. Le continent africain, ce diplomate né le 06 février 1957 à Bonn, diplômé en droit qui fit son entrée au ministère fédéral des Affaires étrangères en 1988 en tant qu’attaché au centre de formation diplomatique le connait très bien. Il a accumulé au fil de son parcours des expériences qu’il compte bien mettre à l’actif du Bénin, notamment en ce qui concerne la formation technique et professionnelle. Marié et père d’un enfant, Michael Derus dit avoir été reçu à Cotonou avec hospitalité, expression de l’excellent état des relations entre le Bénin et la République d’Allemagne. Pour ce qui est de son action diplomatique, il a laissé entendre à la suite de la présentation des lettres de créance qui l’accréditent au Bénin, que «nous avons une longue histoire de coopération économique» et que l’engagement futur de la coopération allemande au Bénin se traduira par de grands actes. Tout particulièrement des projets pour la formation professionnelle et technique, chose essentielle pour le futur développement au Bénin. Il faut aussi, selon lui, travailler pour «plus d’investissement de la part du secteur privé dans l’intérêt du pays pour créer des structures vitales » et capables de booster le développement.
Michael Derus a été entre autres responsable des instituts Goethe en Europe et en Amérique latine, chef division de la presse et porte-parole de la représentation permanente de l’Allemagne auprès de l’Otan, chef adjoint division désarmement nucléaire, chef division à la représentation permanente d’Allemagne auprès de l’Union européenne à Bruxelles, Consul général de son pays à Lagos au Nigéria, chef de mission adjoint et directeur du département économique à l’ambassade allemande à Nairobi…

LIRE AUSSI:  Fête nationale des religions endogènes 2022 : le vodoun pour ‘‘révéler le Bénin’’

Coopération Sud-Sud

Sayid Abeloko est l’avant-dernier diplomate à présenter ses lettres de créance au chef de l’Etat. Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Gabon, il entend ouvrir une nouvelle page dans les relations entre les deux pays. Certes, ce n’est pas une nouvelle coopération, reconnaît-il, car il s’agit de deux pays frères. Mais il y a lieu de donner un souffle nouveau aux rapports. En 2021, la coopération prendra une autre envergure et sera dynamisée au plan économique pour valoriser les échanges Sud-Sud, s’est engagé Sayid Abeloko. Selon lui, il faut certes la coopération internationale, mais « la meilleure c’est celle que nous avons entre pays frères pour renforcer le cadre de coopération au plan politique, diplomatique, économique et social ». Le nouvel ambassadeur s’impose de mieux étoffer les relations bénino-gabonaises. Pour lui, les deux pays doivent se servir mutuellement de leurs capacités et qualités pour mettre les échanges à un niveau capable de booster le développement.
En dehors des échanges économiques, il va s’appuyer sur l’industrie forestière et les changements climatiques, domaines dans lesquels son pays dispose d’un capital certain, pour combler les attentes et défis du Bénin.
Sayid Abeloko est né le 22 aout 1976. Marié et père de quatre enfants, il est titulaire d’un diplôme d’Administration, des sciences économiques et sociales et de gestion des entreprises des universités Omar Bongo et Evry Val d’Essonne. Il a débuté sa carrière au sein de la banque Platine en 2006. Par la suite, il a été conseiller financier de société gestionnaire des crédits immobiliers… Il est entré à la présidence de son pays en qualité de Conseiller du président et chef de cabinet du secrétaire général adjoint en charge de la coopération entre le Gabon et les investisseurs islamiques. Après cette expérience, il fut nommé directeur de cabinet. Avant sa nomination en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire près le Bénin, il était directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon.

LIRE AUSSI:  Audience à la présidence de la République: Mohamed Ibn Chambas reçu par le président Patrice Talon

De nouveaux axes de coopération avec la Norvège

« Nous avons avec le président Patrice Talon abordé les différents axes de coopération et l’avons remercié pour le soutien du Bénin à notre élection au Conseil de sécurité à l’Onu. Les axes de coopération touchent des secteurs comme l’économie, les énergies renouvelables. Nous projetons aussi de renforcer les liens de coopération entre les deux pays et de travailler de commun accord pour bénéficier de ces accords mis en branle ». C’est ainsi que Knut Eiliv Lein, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Norvège près le Bénin, avec résidence à Abuja résume ses échanges avec le président Patrice Talon à la suite de la présentation de ses lettres de créance. « Nous avons entamé les discussions dans plusieurs secteurs mais la pandémie nous a un peu freiné. Nous sommes en train de discuter pour des actions fortes au niveau du secteur maritime, l’économie bleue… avec des entreprises spécialisées, mais d’autres projets d’accords de coopération seront aussi concrétisés », a poursuivi l’ambassadeur, expliquant les points forts de son action diplomatique à Cotonou.
Marié et père de deux enfants, Knut Eiliv Lein est né le 2 juin 1978 à Oslo, en Norvège. Il est titulaire d’une Licence professionnelle en économie et administration et d’un Master de littérature en études sur la sécurité. Il a débuté sa carrière professionnelle à la Marine royale norvégienne, avant d’intégrer le ministère norvégien des Affaires étrangères. Il a été en poste à Téhéran, à Abuja, en Syrie et en Irak.