Présidence du Prd : les militants s’opposent au retrait d’Adrien Houngbédji (Il est reconduit avec les législatives 2023 comme défi)

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Présidence du Prd : les militants s’opposent au retrait d’Adrien Houngbédji (Il est reconduit avec les législatives 2023 comme défi)

Me Adrien HoungbédjiMe Adrien Houngbédji, président du Prd

Alors qu’il a annoncé son retrait de la tête du Parti du renouveau démocratique (Prd) pour passer la main après 32 ans de gestion, Me Adrien Houngbédji s’est vu reconduit par les délégués au cinquième congrès ordinaire de sa formation politique tenu à Porto-Novo, dimanche 19 décembre dernier. Il est maintenu pour un nouveau mandat afin d’aider le parti, aujourd’hui sans députés et sans élus communaux, à réussir sa remontée et gagner des sièges aux législatives 2023.

LIRE AUSSI:  Commerce intra-régional:Owodé, une frontière en agonie

« Il est temps que je me retire pour un repos auquel j’aspire du plus profond de mon être. Mais ce congrès n’est qu’un moment, une escale. Le bateau devra reprendre le large ; bientôt ; très bientôt. Pour affronter le mauvais temps ; entendre les chants des sirènes, côtoyer les récifs ; et pour survivre. Serais-je bien inspiré de rester à quai et de le regarder partir ? Et si je montais de nouveau à bord, aurais-je encore la force de tenir le gouvernail ? ». Ces propos du président du Parti du renouveau démocratique (Prd), Me Adrien Houngbédji, dans son discours d’ouverture des travaux du 5e congrès ordinaire de sa formation politique, tenu dimanche 19 décembre dernier à Porto-Novo, ont suscité une vive réaction d’opposition des militants et délégués à ces assises. A travers un tonnerre de « Non » en chœur, ils ont dit Niet à une retraite politique de leur leader charismatique qui souffle ses 80 bougies le 5 mars 2022. Les militants Tchoco-Tchoco n’ont pas voulu entendre parler de cela. Pour eux, le président Adrien Houngbédji doit poursuivre son mandat à la tête du parti. Le « Non » retentissant des militants a été entériné sans surprise à l’issue des travaux du congrès. Adrien Houngbédji sera ainsi reconduit pour un nouveau mandat.
Le président du Prd annonçait son retrait pour avoir passé déjà plus de trois décennies à la tête du parti. « 32 ans, une éternité en politique, que je dirige ce merveilleux parti, créé pour conquérir et exercer le pouvoir d’Etat. Nous avons fait de notre mieux sans y parvenir. Je mesure combien vous êtes jaloux des marques que nous laissons dans la conscience politique de notre pays. Au-delà des passions, la marque que nous laissons est la marque de la tolérance, de la magnanimité, de la paix. Soyez donc sans crainte… Un jour viendra. Ne baissez pas les bras… Un jour viendra. Gardons la ligne ! Ce jour viendra parce que nous constituons une chance pour le Bénin », a souligné le leader des Tchoco-Tchoco.

LIRE AUSSI:  Esclavage des Noirs en Libye : Les assurances du ministre Aurélien Agbénonci

Appel à la réconciliation

Me Adrien Houngbédji croit dur comme fer à la remontée politique du Prd aujourd’hui sans députés, sans élus communaux et sans maires. « Nous nous battons aussi pour notre retour à l’Assemblée nationale ; pour notre retour à la tête de nos communes. En démocratie, chacun doit occuper la place que lui accorde le suffrage des électeurs », martèle-t-il. Pour lui, ce 5e congrès se veut celui de l’espérance. Une espérance que le Prd nourrit depuis son congrès extraordinaire du 6 février dernier à l’issue duquel il a adopté la candidature de Patrice Talon et appelé ses militants à mouiller le maillot pour lui, et qui, selon Me Adrien Houngbédji, n’est pas une incantation magique encore moins une fatalité. Cette option est une dynamique au service d’une conviction propulsée dans l’action après l’analyse et la réflexion pour reprendre sur l’échiquier politique et dans les institutions les places qui reviennent au parti.
« La Remontada n’est pas une incantation ; c’est un défi lancé à nous-mêmes. Nous remonterons parce que nous travaillerons. Nous remonterons parce que nous aurons rassemblé autour de nous, un plus grand nombre de Béninois », a laissé entendre le président du Prd. Me Adrien Houngbédji appelle la réconciliation du parti avec tous les militants qui l’ont quitté par incompréhension. Il leur tend la main pour la concrétisation de cette remontée dont le match test reste et demeure les élections législatives de 2023. Le parti dit en avoir les moyens pour y aller et enlever beaucoup de sièges seul comme il a d’ailleurs fait à maintes échéances législatives par le passé. « Au chapitre de l’arithmétique électorale, nous ne sommes pas mal lotis. Seuls contre tous, nous avons fait élire des députés dans 5 des 6 départements que comptait notre pays en 1995. Seuls et sans détenir aucun pouvoir, nous avons été des faiseurs de roi à la présidentielle de 1996 ; finalistes aux élections présidentielles de 2006 et 2011. Et parce que notre parti est un parti qui compte, votre président a été hissé 3 fois à la présidence de l’Assemblée nationale, non pas par la force d’une majorité mécanique que nous n’avons jamais eue, mais grâce au consensus que nous avons réalisé avec d’autres partis qui nous ont appuyés », explique Me Adrien Houngbédji.