Présidentielle 2016: Les syndicats dénoncent des faits annonciateurs d’un «KO prémédité »

Par zounars,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Présidentielle 2016: Les syndicats dénoncent des faits annonciateurs d’un «KO prémédité »


Les responsables de cinq centrales et confédérations syndicales sont sortis mardi 1er mars pour porter à la connaissance de l’opinion publique, des faits qui pourraient faire basculer le Bénin dans la violence et l’insécurité à l’issue de la prochaine élection présidentielle. Ils en appellent à la veille citoyenne et à la conscience patriotique.

LIRE AUSSI:  Examen du Cap de l’enseignement technique: 3 368 candidats planchent dans 14 centres pour 17 filières

« Le Bénin n’a pas besoin des résultats connus avant les élections ou des résultats tronqués et truqués». Tels sont les propos introductifs de Pascal Todjinou, secrétaire général de la Cgtb, face aux hommes de médias mardi 1er mars. Les centrales et confédérations syndicales entendent par cette sortie, tirer la sonnette d’alarme à toute la population béninoise pour que la vigilance soit de mise le jour du scrutin à venir. Aussi, veulent-ils mettre en garde contre toute tentative de fraude et de magouille. «C’est une mise en garde très forte», martèle Pascal Todjinou.

Cette sortie de la Cgtb, de la Cosi-Bénin, de la Csa-Bénin, de la Csub, de la Cspib fait suite à une autre il y a deux semaines qui portait également sur l’élection présidentielle du 6 mars prochain. A tour de rôle, les secrétaires généraux ont dépeint les faits qui risquent d’amener à la « dérive électorale». La Cena, la Cour constitutionnelle, le Centre national de Traitement (Cnt), sans oublier les candidats, tous ont été mis à l’index.
Les centrales syndicales ont, à en croire Pascal Todjinou, envoyé des émissaires dans toutes les communes du Bénin pour constater le déroulement des activités afférentes à l’élection présidentielle. De ces constats, il ressort principalement, la non disponibilité des cartes d’électeur par endroits. Cette distribution jugée sélective par le secrétaire général de la Cosi-Bénin, Noël Chadaré, est une violation du Code électoral qui dispose que les cartes soient disponibles deux semaines avant le scrutin. L’ex Cos-lépi installé il y a plus de sept mois a selon lui « gaspillé » les ressources publiques pour un résultat nul. Le secrétaire général de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou, qui n’a pas encore pu avoir sa carte ne croit pas que les cartes puissent être disponibles partout avant le 5 mars. Et comme pour permettre à tout le monde de voter, la Cour constitutionnelle avait autorisé l’utilisation de la carte d’électeur produite en 2015. Toute chose qui déplait aux syndicalistes qui pressentent une double utilisation de cartes d’électeur le 6 mars prochain. «Pourquoi avoir alors autorisé l’impression de nouvelles cartes si l’autre dont la validité était de 10 ans serait toujours utile?», demande Pascal Todjinou.
L’ex président du Cos-Lépi a selon les syndicalistes trahi son serment en dépit de sa sortie publique au cours de laquelle il a rassuré de la disponibilité des cartes avant l’échéance prévue par le Code électoral. Pis, il est allé jusqu’à «prédire un KO de son candidat».
A en croire Dieudonné Lokossou et ses collègues, la Cena prend aussi part à ce cafouillage qui aboutira à l’indésirable. Et pour cause, elle n’a pas respecté le Code électoral dans la désignation des membres de ses démembrements. Selon Noêl Chadaré, la priorité à accorder aux magistrats et stipulée par le Code électoral a été largement bafouée. Les centrales et confédérations syndicales disent également avoir adressé une demande d’accréditation de leurs membres dans tous les bureaux de vote. Demande qui à ce jour est restée sans suite, selon Pascal Todjinou. Les responsables syndicaux s’insurgent également contre la commande de documents électoraux à l’étranger «alors qu’il y a des imprimeries de référence sur place qui attendent à faire».

LIRE AUSSI:  Centre de formation militaire de Bembèrèkè: Sortie de 1 100 nouvelles recrues pour porter les valeurs républicaines