Présidentielle de 2021: Candidats en quête de parrains !

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Présidentielle de 2021: Candidats en quête de parrains !


L’heure est critique pour les aspirants à la Magistrature suprême et les candidats déclarés mais en quête de parrains. Dès ce lundi 1er févier, démarre l’opération de réception par la Cena des dossiers de candidature à l’élection présidentielle. Et c’est se faire des illusions que de croire pouvoir passer ce cap sans avoir obtenu le nombre de parrains requis par la loi.

LIRE AUSSI:  Hommages à Rosine Soglo : Bal des personnalités à Vidolé

Exception faite du président en exercice, candidat à sa propre succession, les autres candidats à la présidentielle d’avril 2021 arriveront-ils à trouver le nombre de parrains exigé ? Si l’on veut rester optimiste, c’est tout à fait possible, du moins mathématiquement. Il faut seize parrains par candidat, or avec les 159 députés et maires en possession de leurs formulaires de parrainage, il est possible d’avoir neuf candidats et il resterait 15 potentiels parrains disponibles. Mais une telle projection reste aléatoire, si l’on veut rester collé à l’idéal politique qui a présidé à la réforme du système partisan. Une réforme qui veut que les partis politiques se forment autour d’une vision pour servir la nation et non autour d’un individu pour servir un clan ; une réforme qui ne devrait s’accommoder de pratiques mercantilistes telles que la transhumance politique et le marchandage politique. L’Union progressiste et le Bloc républicain disposent ensemble de 153 élus et soutiennent naturellement leur leader légitime : le président Patrice Talon. L’on ne saurait d’ailleurs espérer qu’il en soit autrement encore moins le leur reprocher.

LIRE AUSSI:  Présentation des vœux de nouvel an: Engagement des forces de défense et de sécurité pour la cause républicaine

Au contraire, c’est la fidélité des élus aux directives de leurs partis qui témoignerait de ce qu’ils ont effectivement épousé l’esprit de la réforme qui a vu naître ces deux blocs de la mouvance. Mais rien n’est aussi définitif.
Quant au parti Forces cauris pour un Bénin émergent, seule formation politique de l’opposition et disposant d’élus, il n’a que six élus, nombre insuffisant pour parrainer sans appui extérieur un candidat. Et dans un contexte où le démarchage politique est en principe proscrit, les dés sont jetés et le match électoral est en principe plié.

Optimisme !

Les prévisions peuvent toutefois surprendre au regard de l’assurance tant donnée par le chef de l’Etat quant à une élection présidentielle inclusive; et au regard de l’ouverture, explicite faite par les élus de l’Union progressiste pour parrainer d’autres candidats. Optimisme oblige pour les potentiels candidats, il faudra croire que les élus qui ont reçu le quitus de leur formation politique pour parrainer d’autres candidats, en fassent profiter aux candidats non issus de leurs rangs. Ne pas y croire, c’est renoncer sans avoir essayé. Tous les candidats ont intérêt à laisser leur a priori négatif pour se mettre en quête de parrains. Pour ceux qui se refusent de voir l’évidence, il est temps qu’ils se réveillent car il sera bel et bien tenu compte du nombre de parrainages obtenus pour la validation des dossiers de candidature par la Cena. Le président de la Cena Emmanuel Tiando entend bien appliquer la loi. La fièvre électorale va donc monter d’un cran dès ce lundi.

LIRE AUSSI:  Célébration de la fête du 1er août: Les préparatifs vont bon train à Parakou