Prévention des conflits entre éleveurs et agriculteurs: Finie la transhumance transfrontalière !

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Prévention des conflits entre éleveurs et agriculteurs: Finie la transhumance transfrontalière !


Le Bénin n’accueillera plus moutons, bœufs et vaches venant d’autres pays sur son territoire à travers le phénomène de la transhumance. C’est l’une des deux importantes décisions prises par le gouvernement et annoncés aux populations de l’Atacora ce jeudi 5 août.

LIRE AUSSI:  Pour mieux servir ses clients:Libercom inaugure son agence régionale à Parakou

Les affrontements entre éleveurs et agriculteurs du fait de la transhumance prendront bientôt fin. Le gouvernement mène des actions pour conjuguer au passé ces drames qui ne cessent d’endeuiller des familles. Pour parvenir à instaurer la paix de manière permanente, une délégation gouvernementale conduite par les ministres Alassane Séidou et Raphaël Akotègnon était dans la journée d’hier jeudi 5 août à Tanguiéta. Au cours de la séance qui a connu aussi la présence de tous les acteurs du secteur agropastoral de l’Atacora et des élus communaux, il a été présenté les décisions du gouvernement. « Si on ne prend pas des mesures radicales et durables, on risque d’aller à des conflits de grande ampleur. Ce qui serait regrettable. C’est pour cela que le gouvernement a décidé de s’inscrire dans une certaine dynamique pour que la cohabitation soit pacifique entre agriculteurs et éleveurs », a introduit le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique.
Premier acte fort, le gouvernement s’oppose désormais à la transhumance transfrontalière. « On ne veut plus recevoir sur notre territoire des animaux venus d’autres pays. Il faut que chaque pays gère ses animaux. Ce mode de gestion a prouvé ses limites », a martelé Alassane Séidou. D’ailleurs, en dehors des conflits avec les agriculteurs, les déplacements incessants des éleveurs ne favorisent pas la scolarisation de leurs enfants.
Deuxième décision importante portée à la connaissance des différentes parties : à terme, le gouvernement vise la sédentarisation des éleveurs. Mais pour y parvenir, il est nécessaire de créer un cadre adéquat. Il s’agit notamment de trouver un emplacement, garantir l’eau, faire des forages, etc. C’est ce à quoi s’attelle l’Exécutif. Pour réussir cette ambition, il a été créé le Haut commissariat à la sédentarisation de l’élevage dirigé par Mama Sambo qui était également de la délégation gouvernementale.
Mais en attendant cette sédentarisation, il faut créer les conditions pour une cohabitation pacifique. Ce qui passe par le changement de comportements.
Les élus locaux ont aussi un rôle important à jouer. Dans son message, le ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale appelle les autorités locales à s’investir dans la prévention de ces conflits avec les moyens mis à leur disposition.
« Nous ne voulons plus qu’il y ait de ces conflits qui entraînent des morts d’hommes dans notre pays», a signifié Raphaël Akotègnon, ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale.

LIRE AUSSI:  Négociations Gouvernement-Syndicats : A l’ombre du pass vaccinal