Prévisions de recettes en 2021 : Bonnes performances de la Douane

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Prévisions de recettes en 2021 : Bonnes performances de la Douane

Prévisions de recettes en 2021 Bonnes performances de la Douane

Pour l’année écoulée, la douane béninoise a dépassé les prévisions de recettes. L’annonce a été faite, mercredi 26 janvier dernier à Cotonou, lors de la célébration de la Journée internationale de la douane.

LIRE AUSSI:  Avec la note B+ de Standard & Poor’s: Le Bénin se positionne dans le peloton de tête des pays d’Afrique

Pour une célébration de la Journée internationale de la douane, l’heure n’était pas à la fête pour les disciples de Saint Mathieu. Bilan de l’année passée et des réformes mises en œuvre, exhortation et engagement étaient les principaux axes de la cérémonie qui s’est déroulée dans la cour de la direction générale des Douanes et Droits indirects.
Côté bilan, les douaniers béninois et leur patron ont des raisons de se réjouir. Les réformes mises en œuvre portent déjà leurs fruits. Au 31 décembre 2021, a annoncé le Dg Alain Hinkatin, les services de la douane ont fait une recette de 440,479 milliards F Cfa pour une prévision de 436 milliards F Cfa, soit un taux de réalisation de 101,02 %. Par rapport à l’année 2020, il est relevé une augmentation de 85 milliards F Cfa.
En détail, on retient qu’il y a eu une forte progression des recettes à partir du 4e trimestre où le nouveau directeur général de la Douane s’est installé. Ceci serait dû, affirment certains douaniers, à la pression quotidienne qu’il met sur ses collaborateurs et à son style de management qui allie flexibilité, rigueur et motivation du personnel. La recette Cotonou port est celle qui a réalisé la plus forte performance, suivie de Cotonou hydrocarbures. Et les produits les plus pourvoyeurs de recettes sont le riz, les véhicules et les hydrocarbures. « Nous vous félicitons pour ces résultats obtenus et vous invitons à garder le cap pour de meilleures performances », a lancé Alain Hinkatin à ses collaborateurs. Puis il ajoute : « Vous devez donner l’exemple en cultivant l’excellence partout ».
Moment de bilan mais aussi occasion de présenter les perspectives. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’année 2022 ne sera pas de tout repos pour les disciples de Saint Mathieu. Le gouvernement attend d’eux une recette de 503,514 milliards F Cfa. Pour atteindre cet objectif, plusieurs défis sont à relever. Entre autres, il y a le renforcement de la collaboration entre la douane et le secteur privé, le renforcement de la synergie des contrôles avec la direction générale des Impôts, la poursuite des réformes visant la dématérialisation, la poursuite de la lutte contre la fraude douanière, la relecture des procédures liées à l’exportation, l’optimisation des recettes sur les principaux produits pourvoyeurs de recettes, la poursuite du recouvrement des reste-à-recouvrer, etc.

LIRE AUSSI:  Développement de marchés de capitaux pour financer les économies: Romuald Wadagni indique le cap à Abidjan

La célébration aussi

Même si le bilan et les perspectives ont constitué l’essentiel des discussions lors de la rencontre entre le directeur de la Douane, les responsables de webb fontaine, Benin Control, Segub, les commissionnaires agréés en douane, les douaniers et autres acteurs portuaires, il faut bien rappeler qu’ils étaient là pour la célébration de la Journée internationale de la douane. C’est d’ailleurs le thème évocateur de cette célébration qui les a conduits à revisiter le chemin parcouru et faire des projections : « Accélération de la transformation numérique de la douane en développant une culture de la donnée et un écosystème performant». Un thème évocateur parce qu’il s’inscrit dans la dynamique des réformes amorcées par le gouvernement depuis plusieurs années.
Pour Gwendal Euzen, directeur général de Benin control Sa, «le thème est en parfait accord avec les réformes en cours au Bénin qui visent à numériser et digitaliser la douane ». Pour sa part, Benin Control, partenaire de la douane, a déjà un niveau de numérisation très élevé. « Benin Control a introduit dans ses activités l’intelligence artificielle qui permet d’améliorer ses performances », a-t-il insisté. Abordant le thème, il nuance que l’écosystème performant ne se limite pas au niveau des recettes. Il est nécessaire, dit-il, de l’étendre aux recettes non perçues, au cadre de travail, au niveau de transparence, de communication, au délai de satisfaction des clients, etc.
De son côté, Alain Hinkatin informe que la douane béninoise est devenue un enrichissant laboratoire pour les autres administrations continentales et mondiales. Plusieurs pays sont déjà venus à son école pour s’enrichir de ses expériences. Il a appelé ses collaborateurs à renforcer la culture de la donnée qui est un important outil de décision et à s’investir davantage dans l’approche qualité. « Il y a encore du potentiel non exploité au niveau de la douane. Pour y arriver, il faut améliorer la qualité du service », a conseillé le directeur général de la douane.
Durant deux heures d’horloge, plusieurs communications ont été présentées pour faire comprendre aux douaniers et à tous les acteurs portuaires et aéroportuaires l’importance de la donnée dans l’amélioration des performances.