Probable augmentation du prix de la farine de blé: Un coup dur pour les consommateurs

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Probable augmentation du prix de la farine de blé: Un coup dur pour les consommateurs

Des baguettes de pain

Les consommateurs de pain, pâtes alimentaires et autres produits à base de blé ont des soucis à se faire. Le prix du blé pourrait connaitre une hausse dans les jours à venir. A la base de cette situation, des menaces sur les récoltes du blé dans les pays producteurs.

LIRE AUSSI:  Note de conjoncture économique pour le mois de février 2015 :56,35 milliards de FCFA de recettes avec une augmentation du taux d'emploi


Le blé, matière première pour la fabrication des pâtes alimentaires devrait connaitre une flambée les jours à venir. Des fabricants français de pâtes alimentaires alertent sur une pénurie à venir du blé dur, provoquée par des problèmes climatiques au Canada et en Europe.
Le Canada, touché cet été par une vague de chaleur d’une intensité exceptionnelle, est le premier pays producteur de blé dur, dont il représente à lui seul les deux tiers du commerce mondial. « Le dôme de chaleur qui a affecté le pays, devrait conduire à une récolte de moins de 4,2 millions de tonnes, soit 32 % de moins que la moyenne des cinq dernières années et près de 30% de moins que les prévisions», selon les chiffres publiés par un bureau statistique canadien. En cause, des pluies beaucoup trop abondantes en Europe et une sécheresse sans précédent au Canada, qui conduisent à une pénurie de blé dur et « à la flambée historique des prix mondiaux», indiquent d’autres sources documentaires. Entre la mi-juillet et la mi-août, le prix mondial de référence des blés durs a subi une augmentation historique de plus de 30 %. Une hausse qui pourrait encore fortement s’accélérer lorsque le Canada aura fini de récolter et confirmer une pénurie mondiale de blé dur, selon des industriels. Pour une tonne de blé dur, l’indice de prix calculé s’établissait déjà aux alentours de 326 euros en moyenne sur le mois de juillet, contre 305 euros au mois de juin et 293 euros au mois de mai.
Au Bénin, la réalité est perceptible. Même si le blé est produit bien loin des terres africaines, il demeure très présent dans l’alimentation, notamment pour la fabrication de certains produits de grande consommation comme le pain et ses dérivés et les pâtes alimentaires.

LIRE AUSSI:  Rapport biannuel du Fmi sur les perspectives économiques régionales: De grandes difficultés économiques en Afrique subsaharienne

Inquiétudes

Doit-on craindre une hausse des prix des produits à base de blé dur ? « Oui. Elle est inévitable vu la situation au niveau mondial et cela dès les semaines à venir », prévient un fabricant de pâtes alimentaires au Bénin contacté par notre rédaction. « La flamblée du blé au niveau mondial entraînera une hausse des prix des produits alimentaires à base de cette matière première, notamment les prix des pâtes alimentaires, du pain, des nouilles et autres produits fabriqués à partir du blé, qu’il soit blé dur ou blé tendre», poursuit notre source. Selon elle, « le Bénin ne produit pas de blé mais en importe. Les entreprises qui commercialisent ou fabriquent les pâtes alimentaires par exemple risquent de payer cher les produits finis (s’ils sont importateurs) ou de payer cher la matière première, le blé, pour ceux-là qui sont eux-mêmes fabricants de pâtes alimentaires, de nouilles, de pain». Conséquence, « cette hausse se répercutera sur le produit final et à l’achat, le consommateur paiera le produit cher à son tour», tranche notre interlocuteur. Si cet acteur à un niveau plus élevé perçoit déjà la menace et s’en inquiète, les acteurs au bas de l’échelle n’en savent presque rien.
Aminou Konaté, 21 ans, tenancier d’une cafétéria au quartier Zogbo, continue de payer ses pâtes alimentaires au même prix. « Il n’y a même pas eu 5 F de plus sur le prix d’achat », confie son jeune frère en déchargeant un tricycle contenant des cartons de pâtes alimentaires. « Je n’ai pas entendu parler de hausse de prix pour le moment », reprend-il comme pour rassurer. Ange-Edgard Agbokou, boulanger à Houéyiho, est un peu plus avancé dans l’information. Il a suivi des informations sur des médias internationaux évoquant des difficultés dans des pays producteurs de blé. « J’ai entendu dire que les changements climatiques ont fait chuter les récoltes », explique-t-il. D’ici là, il n’exclut pas de renforcer son stock de farine de blé, histoire de moins ressentir le coup de la hausse en son temps.
« Le dérèglement climatique met en danger le marché des pâtes alimentaires », alerte le Syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires (Sifpaf) et le Comité français de la semoulerie industrielle (Cfsi), dans un communiqué. A cela s’ajoute « une récolte insuffisante en Europe… réduisant fortement le potentiel utilisable de blé dur pour faire des pâtes alimentaires ». Les effets de la faible récolte canadienne devraient donc se ressentir au niveau mondial et conduire à une « flambée historique des prix mondiaux », apprend-on aussi. «On n’aura pas le choix, il faudra que le prix des pâtes augmente en linéaire », explique François Rouilly, un expert français consulté sur la question par des médias étrangers.

LIRE AUSSI:  Note de conjoncture économique pour le mois de février 2015 :56,35 milliards de FCFA de recettes avec une augmentation du taux d'emploi