Probable destitution du maire de Parakou: Le vote de défiance annoncé pour ce lundi

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Politique |   Commentaires: Commentaires fermés sur Probable destitution du maire de Parakou: Le vote de défiance annoncé pour ce lundi


Le conseil municipal de Parakou est convoqué à une session extraordinaire ce lundi 19 septembre à 9 h, avec pour seul point à l’ordre du jour: le vote de défiance à l’encontre du maire Souradjou Karimou Adamou. Cette convocation adressée jeudi dernier par le maire lui-même à tous les autres conseillers fait suite à l’échec de la conciliation entre signataires et non signataires de la motion de sa destitution souhaitée par dix-neuf conseillers sur vingt-cinq. Le préfet du Borgou, Moussa Djibril Maman Cissé, ex-secrétaire général de la mairie de Parakou, avait rencontré les protagonistes de la crise par deux fois, notamment les 5 et 14 septembre derniers, mais en vain. Les dissidents sont restés campés sur leur position de retirer leur confiance au maire, suivant l’article 53 alinéa 1er de la loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin: «En cas de désaccord grave ou de crise de confiance entre le conseil communal et le maire, le conseil peut, par un vote de défiance à la majorité des 2/3 des conseillers, lui retirer sa confiance».

LIRE AUSSI:  Djidja: Le maire Placide Avimadjènon destitué

Sauf cataclysme politique, le vote de défiance devrait aboutir. La majorité des conseillers ne se reconnaît plus dans la gestion du maire Souradjou Karimou Adamou et lui reproche «une navigation à vue, une gestion solitaire des affaires de la cité et surtout une gestion opaque caractérisée par des commandes et contrats de marchés sans aucun respect des normes et dispositions du Code des marchés publics». Si la destitution est constatée (à la majorité des 2/3) par le préfet, il sera procédé plus tard à l’élection d’un nouveau maire. Conformément à l’article 400 du Code électoral, il devrait encore provenir des Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE), s’il y a effectivement destitution. En fait, les FCBE sont majoritaires avec 16 conseillers sur 25 et règnent sans partage sur la troisième commune à statut particulier. Ils n’avaient concédé le moindre poste à l’Alliance Soleil créditée seulement de neuf conseillers à l’issue de l’installation du conseil municipal fin juillet 2015.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Le sixième rapport d'activités du président Adrien Houngbédji adopté à l'unanimité

CUP / A/R Borgou-Alibori

Le conseil municipal de Parakou est convoqué à une session extraordinaire ce lundi 19 septembre à 9 h, avec pour seul point à l’ordre du jour: le vote de défiance à l’encontre du maire Souradjou Karimou Adamou. Cette convocation adressée jeudi dernier par le maire lui-même à tous les autres conseillers fait suite à l’échec de la conciliation entre signataires et non signataires de la motion de sa destitution souhaitée par dix-neuf conseillers sur vingt-cinq. Le préfet du Borgou, Moussa Djibril Maman Cissé, ex-secrétaire général de la mairie de Parakou, avait rencontré les protagonistes de la crise par deux fois, notamment les 5 et 14 septembre derniers, mais en vain. Les dissidents sont restés campés sur leur position de retirer leur confiance au maire, suivant l’article 53 alinéa 1er de la loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin: «En cas de désaccord grave ou de crise de confiance entre le conseil communal et le maire, le conseil peut, par un vote de défiance à la majorité des 2/3 des conseillers, lui retirer sa confiance».

LIRE AUSSI:  Parlement: La loi sur l’interdiction des sachets en plastique adoptée

Sauf cataclysme politique, le vote de défiance devrait aboutir. La majorité des conseillers ne se reconnaît plus dans la gestion du maire Souradjou Karimou Adamou et lui reproche «une navigation à vue, une gestion solitaire des affaires de la cité et surtout une gestion opaque caractérisée par des commandes et contrats de marchés sans aucun respect des normes et dispositions du Code des marchés publics». Si la destitution est constatée (à la majorité des 2/3) par le préfet, il sera procédé plus tard à l’élection d’un nouveau maire. Conformément à l’article 400 du Code électoral, il devrait encore provenir des Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE), s’il y a effectivement destitution. En fait, les FCBE sont majoritaires avec 16 conseillers sur 25 et règnent sans partage sur la troisième commune à statut particulier. Ils n’avaient concédé le moindre poste à l’Alliance Soleil créditée seulement de neuf conseillers à l’issue de l’installation du conseil municipal fin juillet 2015.

LIRE AUSSI:  Elections législatives et communales prochaines :Le mouvement FURD de Adidjatou Mathys apporte son soutien au PRD

CUP / A/R Borgou-Alibori