Problématique de l’emploi des jeunes: Arrimer les offres de formation aux besoins réels du marché

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Problématique de l’emploi des jeunes: Arrimer les offres de formation aux besoins réels du marché


Les enjeux et défis de la formation et de l’emploi au Bénin constituent une question d’actualité. Le sujet a été, hier mardi 6 novembre, au cœur de la 22e édition des conférences périodiques de la Direction générale des Affaires économiques (Dgae). Les travaux ont été lancés par le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances (Mef), Servais Adjovi.

LIRE AUSSI:  Création de la Police républicaine au Bénin: Le défi de la police communautaire et de la territorialisation de la sécurité publique (Quelle place pour les collectivités locales ?)

Comment arrimer les offres de formation aux besoins réels du marché? C’est la problématique abordée par les participants à la 22e édition des conférences périodiques de la Direction générale des Affaires économiques (Dgae).
Pour le directeur général des Affaires économiques, Aristide Médénou, le choix de ce thème se justifie par l’ampleur que prend le phénomène du chômage et du sous-emploi au Bénin. «Selon les chiffres de l’Insae en 2015, 40 ? des jeunes en activité sont en situation de sous-emploi», a-t-il rappelé tout en insistant sur la nécessité de promouvoir l’esprit d’entrepreneuriat chez les demandeurs d’emploi.
La problématique de l’emploi est, selon le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
(Mesrs), Bienvenu Koudjo, une préoccupation majeure au Mesrs. « L’adéquation de la formation aux besoins est un souci permanent. Autrefois, les choix et offres de formation étaient faits de façon aléatoire si bien que la formation n’était pas du tout axée sur les besoins. Depuis l’avènement du gouvernement de Patrice Talon, l’adéquation des offres de formation aux besoins est devenue un défi », fait-il savoir. Le directeur de cabinet du Mesrs ajoute que la priorité est donnée aujourd’hui aux formations techniques et scientifiques au détriment des formations généralistes. C’est dans ce cadre que sont ouvertes des universités thématiques comme l’Université nationale d’agriculture, l’Université des sciences techniques et mathématiques. A en croire le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances (Mef), Servais Adjovi, le gouvernement est dans la dynamique de la transformation structurelle de l’économie béninoise et l’économie du savoir est l’un des axes de développement choisis par le gouvernement de Patrice Talon. Le gouvernement met l’accent sur l’employabilité des jeunes en insistant sur les filières techniques, notamment les métiers du bois, de la mécanique auto, du tourisme et de l’agriculture pour des formations de courte durée (deux ans). « Relever le défi du développement, c’est aussi relever le défi d’une éducation de qualité… Le système éducatif doit contribuer à la formation intégrale de l’homme », a-t-il déclaré avant d’émettre le vœu que les échanges débouchent sur des recommandations pour le renouveau du système éducatif.

LIRE AUSSI:  Haute cour de justice : Le nouveau président élu mercredi 20 juin prochain