Production du riz au Bénin : Un défi de rendement malgré les performances

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Production du riz au Bénin : Un défi de rendement malgré les performances


Il est enregistré une production record de 519 667 tonnes de riz (Oryza sativa) au Bénin au cours de la campagne 2021-2022 contre 411 578 tonnes lors de la précédente, selon la direction de la Statistique agricole du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Dsa/Maep). Avec une croissance de 26,3 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années établie à 367 019 tonnes, la production du riz représente 4,7 % de la production vivrière qui ressort à 11 085 512 tonnes au terme de la saison.
Le département de l’Alibori concentre à lui seul 66 % de la production nationale et affiche également le rendement le plus élevé : 5 008 kg/ha contre un rendement moyen national de 4 100 kg/ha, d’après les chiffres de la Dsa. Les cinq plus grosses communes de production au plan national sont Malanville (108 837 tonnes), Karimama
(48 646 tonnes), Banikoara (23 494 tonnes), Matéri (22 692 tonnes) et Glazoué (19 175 tonnes).
Les principales variétés cultivées sont : IR841, Nerical14,
Gambiaka, Nerical20, BL19, Nerica1. Quelque 314,750 tonnes de semence améliorée ont été produites au cours de la campagne achevée.
Malgré la hausse de la production, le Bénin reste fortement dépendant du riz étranger. Au total, 1 402 472,891 tonnes de cette céréale ont été importées en 2021 pour une valeur de 355 874 984 545 F Cfa contre seulement 198 tonnes exportées pour 43 565 000 F Cfa. C’est dire que le Bénin a encore du chemin à faire pour atteindre la suffisance alimentaire pour cette spéculation, la production nationale étant loin de combler les besoins de consommation.

LIRE AUSSI:  Noix de Cajou : Le prix plancher fixé à 300 F Cfa le kilogramme

Doubler la productivité

Si la superficie emblavée est en constante augmentation, passant de 99 831 ha à
126 784 ha en 2021, le rendement reste globalement faible avec 4 100 kg/ha en 2021 contre 3 619 kg/ha en 2016. Doubler la productivité du riz reste un défi au niveau de la direction de la Production végétale du Maep qui vise à atteindre un rendement d’au moins 7 tonnes à l’hectare. Aussi, le gouvernement a-t-il initié un programme d’urgence pour passer à une production annuelle de 1 million de tonnes de paddy à l’horizon 2023, suite au refus du Nigeria d’accepter du riz importé notamment d’Asie sur son territoire.
Si les conditions climatiques sont réunies, il est possible d’obtenir 9 tonnes à l’hectare au Bénin, assure le professeur chinois Li Ganghua ayant conduit une formation sur la production du riz au Bénin, il y a quelques mois, à l’initiative de l’Institut Confucius de l’Université d’Abomey-Calavi avec le soutien du Maep. La Chine qui a une vieille tradition de cette céréale, en est à un rendement moyen de 16 tonnes à l’hectare et pouvant aller à 19 tonnes/ha, a-t-il souligné.
Il est question de promouvoir les techniques modernes de production, d’augmenter la production de semence améliorée, mais aussi d’appuyer la restructuration des organisations paysannes en vue de faciliter le renforcement des capacités des acteurs. Car 28,82 % des producteurs de riz, soit à peine 3 sur 10, appartiennent à une organisation professionnelle agricole (Opa), indique la Dsa. L’aménagement hydro-agricole, la mise en place d’un système approprié d’irrigation, la disponibilité des intrants et la petite mécanisation agricole sont également des enjeux pour booster la production du riz?