Profil genre pays pour le Bénin : Pauvreté et éducation : des inégalités à corriger

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Profil genre pays pour le Bénin : Pauvreté et éducation : des inégalités à corriger

Profil genre pays pour le Bénin : Pauvreté et éducation : des inégalités à corrigerLa pauvreté non monétaire touche 36,3% des ménages dirigés par les femmes

Le profil genre pays pour le Bénin, étude de plusieurs partenaires dont la Banque africaine de développement (Bad), évoque les inégalités à corriger dans plusieurs domaines dont l’éducation et la lutte contre la pau-vreté. Les femmes en sortiraient grandies si les recommandations formulées venaient à être prises en compte.

Par Maryse ASSOGBADJO

Le Bénin connaît un recul de la pauvreté : 38,5 % en 2019 contre 40,1 % en 2015. Cet exploit relevé par l’Enquête EMICoV n’est pas encore suffisamment ressenti par la majorité des femmes. L’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel de 2018 montre que le revenu mensuel des hommes béninois est une fois et demie plus élevé que celui des femmes.
La pauvreté non monétaire touche 36,3 % des ménages dirigés par les femmes et 28 % de ceux dirigés par les hommes. La pauvreté monétaire touche les deux sexes dans la même proportion, soit 40 % des ménages dirigés par les hommes contre 39,7 % de ceux dirigés par les femmes. D’aucuns attribuent cette différence de pourcentage à l’effet des programmes de microcrédit aux plus pauvres et aux efforts des Associations villageoises d’épargne et de crédit (Avec) qui offrent aux femmes des facilités d’accès au crédit.
Mais il ne faut pas non plus sous-estimer les capacités intellectuelles de l’homme concernant la question de la lutte contre la pauvreté. « Lorsque le chef de ménage possède un bon niveau d’instruction, le ménage est moins exposé à la pauvreté. On en déduit que l’accès à l’éducation pour les filles, surtout secondaire et supérieure, est incontournable pour réduire la pauvreté et les disparités de genre», lit-on dans le document du profil genre pour le Bénin.
Elaboré pour permettre à la Banque africaine de développement (Bad) de renforcer l’intégration du genre dans ses opérations au Bénin en vue d’un développement inclusif et durable, le document de profil genre pour le Bénin s’inscrit à la fois dans le programme opérationnel de mise en œuvre de la stratégie genre 2021-2025 de la Banque africaine de développement et dans l’accompagnement du Bénin dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag) 2021-2026.
Tout en reconnaissant les efforts du Bénin dans le domaine éducatif, ce document suggère la prise en compte des disparités afin de faire de l’universalité de l’éducation une réalité. A ce niveau aussi, une attention accrue doit être accor-dée aux femmes au regard des fossés.
Le Rapport d’avancement 2019 de la mise en œuvre du PC2D renseigne qu’au Bénin, « 59,4 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction, 24,9 % ont le niveau de l’éducation primaire, 14,2 %, le niveau du secondaire et 1,5 % le niveau de l’enseignement supérieur ».
Toutefois, des efforts substantiels sont faits sur le plan national pour l’universalité de la scolarisation au niveau du primaire et dans le 1er cycle du secondaire où l’indice de parité fille/garçon au 1er cycle est de 0,84 en 2019. Dans l’enseignement supérieur, l’indice de parité des étudiants est de 0,39 en 2019.

LIRE AUSSI:  Comment gérer ses revenus

Mesures

Les inégalités de genre observées au niveau de l’enseignement secondaire, technique et professionnel et au niveau supérieur ont une incidence négative sur la participation des femmes à l’emploi et, en conséquence, sur leurs revenus. Les inégalités de genre visées dans le présent profil et qui ont une très grande incidence sur la croissance économique du pays et l’autonomisation des femmes concernent par ailleurs l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle; l’employabilité, l’accès à l’emploi, au revenu et la création des entreprises, aux services numériques, financiers et énergétiques.
D’où les recommandations de la Banque africaine de développement à l’endroit du Bénin. Elle exhorte le pays à intégrer systématiquement des mesures de soutien à la formation professionnelle, à l’emploi et à la création des entreprises fémi-nines dans les projets de soutien aux secteurs économiques clés (agriculture, agro-industrie, numérique, tourisme, et les infrastructures de transport) ; de soutenir les programmes de développement des offres de formation ciblées pour équiper les femmes et les jeunes filles en compétences nécessaires afin d’améliorer leur employabilité dans les secteurs économiques clés avec la mise en place de passerelles formation-emploi et d’incubateurs d’entreprises.
Le profil genre est le fruit d’une étroite collaboration entre le gouvernement du Bénin, la Banque africaine de développement (Bad), Onu Femmes, l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

Le profil genre pays pour le Bénin, étude de plusieurs partenaires dont la Banque africaine de développement (Bad), évoque les inégalités à corriger dans plusieurs domaines dont l’éducation et la lutte contre la pau-vreté. Les femmes en sortiraient grandies si les recommandations formulées venaient à être prises en compte.

Par Maryse ASSOGBADJO

Le Bénin connaît un recul de la pauvreté : 38,5 % en 2019 contre 40,1 % en 2015. Cet exploit relevé par l’Enquête EMICoV n’est pas encore suffisamment ressenti par la majorité des femmes. L’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel de 2018 montre que le revenu mensuel des hommes béninois est une fois et demie plus élevé que celui des femmes.
La pauvreté non monétaire touche 36,3 % des ménages dirigés par les femmes et 28 % de ceux dirigés par les hommes. La pauvreté monétaire touche les deux sexes dans la même proportion, soit 40 % des ménages dirigés par les hommes contre 39,7 % de ceux dirigés par les femmes. D’aucuns attribuent cette différence de pourcentage à l’effet des programmes de microcrédit aux plus pauvres et aux efforts des Associations villageoises d’épargne et de crédit (Avec) qui offrent aux femmes des facilités d’accès au crédit.
Mais il ne faut pas non plus sous-estimer les capacités intellectuelles de l’homme concernant la question de la lutte contre la pauvreté. « Lorsque le chef de ménage possède un bon niveau d’instruction, le ménage est moins exposé à la pauvreté. On en déduit que l’accès à l’éducation pour les filles, surtout secondaire et supérieure, est incontournable pour réduire la pauvreté et les disparités de genre», lit-on dans le document du profil genre pour le Bénin.
Elaboré pour permettre à la Banque africaine de développement (Bad) de renforcer l’intégration du genre dans ses opérations au Bénin en vue d’un développement inclusif et durable, le document de profil genre pour le Bénin s’inscrit à la fois dans le programme opérationnel de mise en œuvre de la stratégie genre 2021-2025 de la Banque africaine de développement et dans l’accompagnement du Bénin dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag) 2021-2026.
Tout en reconnaissant les efforts du Bénin dans le domaine éducatif, ce document suggère la prise en compte des disparités afin de faire de l’universalité de l’éducation une réalité. A ce niveau aussi, une attention accrue doit être accor-dée aux femmes au regard des fossés.
Le Rapport d’avancement 2019 de la mise en œuvre du PC2D renseigne qu’au Bénin, « 59,4 % des femmes n’ont aucun niveau d’instruction, 24,9 % ont le niveau de l’éducation primaire, 14,2 %, le niveau du secondaire et 1,5 % le niveau de l’enseignement supérieur ».
Toutefois, des efforts substantiels sont faits sur le plan national pour l’universalité de la scolarisation au niveau du primaire et dans le 1er cycle du secondaire où l’indice de parité fille/garçon au 1er cycle est de 0,84 en 2019. Dans l’enseignement supérieur, l’indice de parité des étudiants est de 0,39 en 2019.

LIRE AUSSI:  26e AG de la Fececam à Glazoué: Bilan positif pour le leader des institutions de microfinance

Mesures

Les inégalités de genre observées au niveau de l’enseignement secondaire, technique et professionnel et au niveau supérieur ont une incidence négative sur la participation des femmes à l’emploi et, en conséquence, sur leurs revenus. Les inégalités de genre visées dans le présent profil et qui ont une très grande incidence sur la croissance économique du pays et l’autonomisation des femmes concernent par ailleurs l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle; l’employabilité, l’accès à l’emploi, au revenu et la création des entreprises, aux services numériques, financiers et énergétiques.
D’où les recommandations de la Banque africaine de développement à l’endroit du Bénin. Elle exhorte le pays à intégrer systématiquement des mesures de soutien à la formation professionnelle, à l’emploi et à la création des entreprises fémi-nines dans les projets de soutien aux secteurs économiques clés (agriculture, agro-industrie, numérique, tourisme, et les infrastructures de transport) ; de soutenir les programmes de développement des offres de formation ciblées pour équiper les femmes et les jeunes filles en compétences nécessaires afin d’améliorer leur employabilité dans les secteurs économiques clés avec la mise en place de passerelles formation-emploi et d’incubateurs d’entreprises.
Le profil genre est le fruit d’une étroite collaboration entre le gouvernement du Bénin, la Banque africaine de développement (Bad), Onu Femmes, l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).