‘’Programme d’accès à l’éducation pour tous les enfants’’: Le Mali, premier bénéficiaire

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur ‘’Programme d’accès à l’éducation pour tous les enfants’’: Le Mali, premier bénéficiaire


Le Mali est le premier pays bénéficiaire du programme de financement de 100 millions de dollars US dans le cadre d’une initiative novatrice, pour faire face à la crise mondiale de l’éducation, financée par la Fondation «Education Above All» et le Fonds de solidarité islamique pour le développement (Fsid).

LIRE AUSSI:  Troisième session ordinaire de la mairie de Natitingou: Onze points à l'ordre du jour

Le Mali bénéficiera du «Programme d’accès à l’éducation pour tous les enfants au Mali (Pacetem) » dirigé par l’Education development Centre, qui vise à atteindre près de 600 000 enfants non scolarisés pour leur offrir un enseignement primaire de qualité. Conformément à son objectif d’augmenter la rétention des élèves, le projet forme des enseignants, fournit du matériel pédagogique, œuvre au sein des communautés pour impliquer les parents et effectue un suivi des fiches de présence. Le projet se concentrera sur huit stratégies éducatives conçues pour lutter contre les multiples obstacles à l’éducation auxquels les enfants doivent faire face dans le pays, notamment les populations nomades, les personnes vivant dans des zones de conflit et les enfants souffrant d’un handicap. C’est un programme conjoint entre la Fondation mondiale « Education Above All (Eaa) » et le Fonds de solidarité islamique pour le développement (Fsid) qui s’associent, lors de l’Assemblée générale des Nations unies pour une annonce importante visant à diversifier la manière dont l’éducation est financée. Le programme extrascolaire du Fsid a pour objectif de transformer la façon dont les pays à faible revenu peuvent accéder à des prêts pour financer l’inscription des enfants non scolarisés dans l’enseignement primaire. 

LIRE AUSSI:  Viol sur mineure (1re session 2018/8e dossier): Pierre Messou écope de 10 ans de travaux forcés

Alors que le monde peine à surmonter la crise mondiale du financement de l’éducation à laquelle il est confronté, ce nouveau programme aidera les pays éligibles à surmonter leur manque d’accès au crédit sur le marché financier international. Le Fsid du programme de financement de la Banque islamique de développement (Bid) sera mis à la disposition des pays à faible revenu, membres de la Banque, à des conditions préférentielles, pour des projets éducatifs cofinancés par des Ong, le gouvernement ou le secteur privé. La Fondation mondiale « Education Above All » qui a plaidé en faveur de cette approche, sera également responsable du suivi et de l’évaluation des projets en accord avec ses processus internationaux de gestion des enfants non scolarisés qui, avec des partenaires, se sont jusqu’à présent engagés à fournir une éducation primaire à plus de 10 millions d’enfants.
Le ministre de l’Education nationale, représentant le gouvernement du Mali, a déclaré: « La mise en œuvre de ce projet est de la plus haute importance puisque le programme accélérera la réalisation des objectifs de développement durable au Mali. Il constitue l’un des principaux indicateurs de l’indice de développement humain durable, sans lequel le Mali ne peut bénéficier du soutien accru de la communauté internationale. Ce programme, grâce au recrutement d’enseignants, contribuera à réduire le taux de chômage des jeunes».
Pour sa part, le représentant du Fonds de solidarité islamique pour le développement, le directeur général, Dr Waleed Al Wohaib, a indiqué qu’un grand nombre des pays membres luttent pour accéder à des financements sur le marché mondial du crédit. « Avec notre mandat visant à promouvoir la croissance et le développement de nos pays membres, nous lançons ce fonds dédié, avec le soutien de tous nos membres, afin de financer des initiatives éducatives qui aideront à améliorer les résultats scolaires des enfants de la prochaine génération », confie-t-il. Mieux, il rappelle que c’est en donnant accès à l’éducation aux enfants que les familles pourront sortir de la pauvreté et ainsi stimuler une croissance économique soutenue dans nos pays membres.