Programme d’action du gouvernement 2021-2026: Accentuer la dynamique du développement national

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Programme d’action du gouvernement 2021-2026: Accentuer la dynamique du développement national


La politique, l’économie, les finances publiques, la culture, la justice, la décentralisation, la diplomatie, la sécurité et la défense, les infrastructures, les transports et bien d’autres… Ce sont autant de secteurs dans lesquels Patrice Talon entend poursuivre son combat pour permettre au Bénin de compter parmi les Etats développés. En réussissant en cinq ans de gouvernance à positionner le Bénin dans le cercle des pays à revenu intermédiaire, le président de la République a prouvé à la face du monde que le sous-développement n’est pas une fatalité. Son second quinquennat augure déjà d’un avenir radieux pour le peuple béninois.

LIRE AUSSI:  Point d’étape de la mission d’intérim à l’Anatt: 13,6 milliards de F Cfa de manques à gagner, déjà des sanctions

Le président Patrice Talon a engagé, durant son premier quinquennat, plusieurs réformes difficiles qui ont bousculé les habitudes des Béninois. Cinq ans après, des résultats probants dont les premiers effets augurent déjà d’une amélioration rapide des pratiques sont notés. Avec courage et détermination, le Bénin trace désormais les sillons de son parcours vers le développement. Outre les résultats engrangés au premier quinquennat, le gouvernement ambitionne au cours du prochain quinquennat de réformer la gouvernance locale pour la rendre plus efficace et plus vertueuse afin d’accélérer le transfert des compétences, de renforcer le bon fonctionnement des institutions de la République, d’entretenir le dialogue institutionnel, de poursuivre la réforme du système partisan pour permettre aux partis politiques d’animer efficacement la vie politique et d’instaurer durablement la bonne gouvernance.

Les cinq prochaines années permettront à l’Etat aussi de promouvoir davantage l’esprit républicain pour consolider les bases de la démocratie béninoise et de rendre effective l’augmentation du nombre de femmes à l’Assemblée nationale dès les législatives de 2023, grâce à l’application du mécanisme de discrimination positive instauré par le nouveau code électoral. La prise et la mise en application des textes organisant la reconnaissance et le rôle des chefferies traditionnelles de même que la création des conditions d’exercice favorables à l’épanouissement des organes de presse et à l’amélioration des conditions de vie de leurs animateurs feront partie intégrante des réformes qui seront mises en œuvre très prochainement. Pour une presse plus épanouie, il s’agira d’organiser, avec les associations faîtières du monde des médias et la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, une évaluation de l’application du code de l’information en vue d’y apporter les amendements de nature à renforcer la liberté de même que les conditions d’emplois des professionnels afin qu’ils vivent de leur métier. L’autre chose est de faire des médias béninois de véritables entreprises de presse.

Justice

Dans le secteur de la justice, l’Etat a prévu aussi plusieurs réformes en vue de son renforcement, à travers notamment l’accentuation de la lutte contre la corruption et l’impunité, la définition et la mise en place du programme d’aide juridictionnelle aux citoyens, l’amélioration du système pénitentiaire et les conditions de vie des prisonniers. L’autre réforme qui sera engagée concerne la poursuite du programme spécial de recrutement et de formation de personnels au profit des juridictions, le rattachement stratégique de la police judiciaire à l’institution judiciaire et la mise en place de la Cour des comptes et des chambres régionales des comptes. La modernisation des infrastructures, des outils et des procédures, la réforme des statuts de chacun des corps professionnels de la justice de même que l’adoption et l’application des dispositions particulières de protection de la femme et des enfants sont aussi au cœur des actions futures à mettre en œuvre par le gouvernement de la Rupture.

Finances et administrations publiques

Au niveau des finances publiques, les réformes effectuées au cours du premier quinquennat, crédibilisent davantage le gouvernement aux yeux des partenaires. Raison pour laquelle, il a décidé de les poursuivre. Le prochain quinquennat augure d’un avenir meilleur en ce sens que l’Etat procèdera à la généralisation et la dématérialisation des procédures et favorisera les paiements bancaires ou électroniques. Il entend par ailleurs poursuivre l’assainissement des régies financières notamment en vue de l’accroissement continu des ressources internes, mobiliser toujours plus de ressources extérieures aux meilleures conditions de maturité et de taux d’intérêt et enfin poursuivre la lutte acharnée contre le gaspillage. Ainsi, si le quinquennat 2016-2021 a permis de relancer l’économie en engageant sa transformation structurelle, celui de 2021-2026 sera celui de l’explosion économique du Bénin en vue d’une plus grande satisfaction des besoins des populations.
Bâtir une administration publique de plus en plus moderne où les agents s’acquittent de leurs missions avec professionnalisme et diligence est la préoccupation du gouvernement pour les années à venir. Pour cela, l’accent sera mis sur la poursuite de la dématérialisation des services, l’amélioration de la gestion des carrières, la promotion du contrôle citoyen de l’action publique, la remise automatique des livrets de pension au niveau des travailleurs du secteur privé. Le gouvernement envisage poursuivre l’amélioration des conditions de travail et de vie des agents de la Fonction publique à travers la construction de la cité ministérielle, de la cité administrative, des cités administratives départementales dotées de restaurants et autres commodités sans oublier la promotion d’un habitat décent au profit des travailleurs.

LIRE AUSSI:  Criet/ Poursuivis pour trafic de drogue et corruption: Le Pdg de Sonimex et consorts retournés en prison (Séraphin Yèto tombe en syncope dans les escaliers de la Criet)

Décentralisation et diplomatie

Le quinquennat 2021-2026 dans le secteur de la décentralisation permettra notamment de réaliser la réforme de la gouvernance locale à travers un réaménagement des rôles entre les élus et les personnels techniques d’appuis. D’autres réformes seront mises en œuvre dans ce domaine comme la poursuite du renforcement des capacités opérationnelles des communes pour une plus grande efficacité de leur action. Un fond d’investissement sera créé et viendra remplacer le fonds Fadec et permettra aux communes de disposer de capacités d’accès à d’autres sources de financement et les 12 cités administratives départementales dont les études ont été réalisées seront créées. Un centre de formation en administration locale sera construit à Allada et l’Etat va promouvoir l’intercommunalité pour une meilleure prise en charge des problématiques des communes.
Au niveau de la diplomatie, l’ambition du gouvernement, au cours des années à venir est de promouvoir le multilatéralisme comme mode de gestion des affaires relatives à l’avenir du monde, opérationnaliser les postes d’ambassadeurs résidents ou itinérants, œuvrer à une meilleure présence des cadres béninois dans les organismes régionaux et/ou internationaux et promouvoir une zone de libre-échange avec le Nigeria. Egalement, des négociations sont engagées avec le Nigeria en vue de la conclusion d’un traité de libre-échange pour promouvoir la mise en place et le respect de nouvelles règles de coopération économique afin de dynamiser des échanges entre les deux pays. Les mesures envisagées comprennent notamment la libre circulation effective des personnes et des biens entre les deux Etats, la mise au point d’une liste de produits dont l’importation sera règlementée par les deux Etats, l’encouragement de partenariats entre les entrepreneurs des deux pays. La mise en place d’un Conseil bénino-nigérian pour les affaires en vue de l’émergence de co-entreprises dans divers secteurs de l’économie, du développement de marchés frontaliers, de la délocalisation réciproque des entreprises et la régulation de la zone sera assurée par un Comité mixte de coopération qui sera l’organe politique en charge de la fixation des règles de coopération et de l’arbitrage des différends économiques.

Sécurité et défense

Outre les principales actions menées au cours du premier quinquennat pour améliorer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national, le challenge pour les années à venir sera de consolider ces acquis pour renforcer la quiétude des populations et faire du Bénin, une destination sûre. Pour ce faire, une centaine de commissariats d’arrondissement seront construits et équipés, les recrutements d’agents seront poursuivis, leur formation sera renforcée de même que leurs équipements. L’armée aura un plus grand rôle dans la promotion de la sécurité intérieure et de la protection côtière, des mini-casernes seront déployées sur toute l’étendue du territoire national pour renforcer la protection contre le terrorisme et l’Agence nationale de protection civile sera dotée de plus de moyens d’intervention en vue de mieux répondre aux catastrophes et de les prévenir.
Dans le secteur des infrastructures et des transports, l’action au cours du quinquennat 2021-2026 consistera à densifier encore plus le réseau routier à travers la réalisation de projets majeurs comme le contournement nord de Cotonou, la Route du coton (Djougou-Péhunco-Kérou-
Banikoara), dont le financement est mobilisé et les entreprises en cours de sélection. Elle consistera aussi pour le transport aérien, à engager les travaux de construction du nouvel aéroport international de Glo-Djigbé et à développer une offre aéronautique en partenariat avec un opérateur privé. Le secteur portuaire sera marqué par la poursuite de la modernisation des infrastructures, le renforcement de la sécurité sur les côtes ainsi que la restructuration des opérations publiques portuaires et la construction du Centre des affaires maritimes. Enfin, l’Etat mettra en place un Bureau d’embauche unique.

LIRE AUSSI:  Polémique autour de la démission ou non du ministre Christian Sossouhounto:Des jeunes RB d’Abomey dénoncent un non respect de la décision du parti

Energie et eau

Réaliser l’autonomie énergétique, c’est l’ambition du gouvernement pour les cinq prochaines années. Pour y arriver, les actions en cours en vue d’une réelle autonomie énergétique seront poursuivies et achevées. Il s’agit, entre autres, d’améliorer le réseau de distribution d’énergie électrique, de construire une nouvelle centrale de 143 Mw à Maria Gletta, et une centrale solaire d’une capacité totale de 95 Mw déjà en cours d’exécution. L’Etat poursuivra aussi les négociations et actions en vue de la réalisation du barrage hydroélectrique multifonctions de 128 Mw dit Dogo-bis, sur le fleuve Ouémé. La construction du terminal de stockage de regazéification flottant dans le port de Cotonou en vue de la fourniture du gaz pour le fonctionnement des centrales thermiques de Maria-Gléta et la poursuite de l’amélioration de la gestion de la Sbee seront une réalité. En plus de l’énergie, l’Etat va garantir l’accès universel à l’eau potable pour tous. Le prochain quinquennat sera marqué par la concrétisation de la mobilisation des ressources nécessaires et la poursuite des investissements pour atteindre l’accès universel d’ici 2023. Afin d’assurer le contrôle de la qualité de l’eau, un laboratoire de référence en la matière sera mis en service. D’ores et déjà, plusieurs actions relatives à l’organisation institutionnelle et à la réalisation de ce laboratoire de référence totalement moderne ont été déjà réalisées en vue du démarrage des travaux de construction courant 1er semestre 2021. Le Bénin sera aussi doté d’un centre de référence de formation aux métiers de l’eau. L’ambition du gouvernement étant de répondre de manière pérenne aux besoins en personnels qualifiés des fournisseurs d’eau potable en offrant des opportunités de formations professionnelles pour leur permettre d’assurer un meilleur service.

La protection sociale et la santé

La protection sociale et la santé des Béninois restent un souci majeur pour le gouvernement. Durant le quinquennat 2016-2021, l’action du gouvernement a consisté à promouvoir une couverture sanitaire plus efficace et des soins de santé de meilleure qualité. Au regard de ces acquis, le quinquennat prochain sera réellement celui de la généralisation du projet Arch. Dans tout le Bénin, l’assurance maladie sera une réalité et les pauvres extrêmes seront pris en charge par l’Etat. De même, le volet formation du projet Arch dont la phase pilote est en cours, pourra s’intensifier et se généraliser, tout comme le volet retraite. Le gouvernement poursuivra et achèvera les travaux de construction de l’hôpital de référence d’Abomey-Calavi. Il réhabilitera la plupart des Centres hospitaliers départementaux (Chd) et hôpitaux de zone avec une amélioration du plateau technique. La construction de centre de santé, l’amélioration des dotations financières pour le fonctionnement des structures, la mise en place d’un nouveau modèle de gouvernance des centres de santé, le recrutement massif et la formation de médecins et autres agents de santé pour renforcer la qualité des soins, la qualification de tous les centres de santé, la facilitation de l’accès aux soins de qualité pour tous, la disponibilité de médicaments répondant aux normes et standards internationaux font aussi partie des principales réformes que le gouvernement mettra en œuvre pour le bonheur des populations.

LIRE AUSSI:  Processus électoral : Les membres du Cos-lépi officiellement installés

Education

Fort des constats effectués, le quinquennat 2016-2021 a permis de poser un diagnostic profond du système éducatif et d’aboutir à la conclusion qu’il faut impérativement changer de paradigmes dans ce secteur. La nouvelle vision du gouvernement en la matière, c’est de promouvoir un enseignement professionnel et technique de qualité pour que l’école béninoise forme désormais de la main d’œuvre qualifiée. L’objectif poursuivi est d’inverser les tendances pour que désormais 70 % au moins des enfants qui sortent de l’école, quel que soit leur niveau, soient des produits de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels avec une meilleure formation générale de base. Aussi, le quinquennat 2021-2026 oeuvra-t-il à l’amélioration de la formation générale au primaire et au secondaire à travers le recrutement et le renforcement de la formation des enseignants et la redynamisation des structures d’inspection. L’Etat essayera de donner corps à la mise en œuvre de la stratégie nationale de relance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels, et poursuivra la formation des enseignants qui a déjà démarré avec l’envoi en Europe d’une première cohorte. D’autres cohortes suivront jusqu’à atteindre le nombre suffisant d’enseignants compétents. Par ailleurs, au cours de ce quinquennat, la qualité de l’enseignement sera améliorée à travers le recrutement et la formation. De même seront généralisées les cantines scolaires à toutes les écoles primaires publiques, la gratuité de l’école pour les filles au second cycle du secondaire.

Environnement et cadre de vie

Avec plus de 2000 milliards F Cfa investis de 2016 à 2021, le secteur du cadre de vie a été, indubitablement, l’une des vitrines des actions du gouvernement. Celle-ci s’est matérialisée par la définition et la conduite de programmes et projets visant à engager la modernisation et l’assainissement du cadre de vie. Outre les nombreuses actions menées au cours du premier quinquennat, les perspectives pour les prochaines années regroupent la conduite de la phase 2 du projet Asphaltage, la réalisation du programme d’assainissement pluvial de Cotonou, la mise en œuvre du projet d’assainissement des villes principales notamment Porto-Novo, Sèmè-Podji, Abomey-Calavi, Allada, Ouidah, Lokossa, Aplahoué, Abomey, Bohicon, Dassa, Parakou, Natitingou, Kandi et Djougou. Faire aboutir les constructions des cités ministérielle et administratives et rénover les ministères et bâtiments administratifs font partie aussi des grands projets du gouvernement. Il s’agira également de développer des villes durables et résilientes, ainsi que d’assurer une gestion rationnelle de l’environnement et des ressources naturelles.