Programme de redevabilité: La gestion du secteur de l’éducation primaire au centre d’une quinzaine

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Programme de redevabilité: La gestion du secteur de l’éducation primaire au centre d’une quinzaine


Social Watch Bénin a procédé, mardi 3 décembre dernier à Parakou, au lancement de la quinzaine de la redevabilité. L’évènement qui est à sa première édition s’inscrit dans le cadre de l’exécution de son programme redevabilité. Il a pour thème « Transparence et redevabilité dans la gestion du secteur de l’éducation primaire ».

LIRE AUSSI:  Développement : Les sages de Porto-Novo prient pour la réussite du Pag

Avec l’avènement de la décentralisation en 2003, le Bénin a opté pour la promotion de la démocratie et du développement à la base. Les ressources publiques appartenant aux populations, ces dernières devraient alors se donner comme pouvoir de contrôler leur gestion. Ce qui, malheureusement, n’est pas le cas partout. D’où l’importance de la quinzaine de redevabilité dont Social Watch Bénin a procédé au lancement, mardi 3 décembre dernier à Parakou. La cérémonie a connu la participation des élus locaux et des responsables des Cellules de participation citoyenne.
Procédant au lancement de la quinzaine, le secrétaire général de la préfecture de Parakou, Sanni Bio Bayé, a indiqué que la culture de la redevabilité contribue à l’instauration de la bonne gouvernance et à la consolidation de la démocratie à la base. Selon lui, l’importance du thème « Transparence et redevabilité dans la gestion du secteur de l’éducation primaire », ne saurait passer inaperçue.
Pour le secrétaire exécutif de Social Watch Bénin, Dieudonné Ouinsou, l’opportunité qu’offre le programme redevabilité est un tremplin où la communauté à divers niveaux devrait s’exercer à la reddition des comptes. C’est à juste titre, explique-t-il, que la journée qui commémore le lancement de la quinzaine a été placée sous le sceau de l’éducation dans le cours primaire, et surtout celle des populations en matière de redevabilité. A sa suite, le chargé de programme du laboratoire citoyenneté, Moudachirou Soulé, a loué l’organisation de cette quinzaine qui vise à faire focus sur des actions de redevabilité au Bénin et particulièrement dans les départements du Borgou et de l’Alibori. Aujourd’hui, se réjouit-il, du chemin a été parcouru. « Les actions de redevabilité ont commencé par intégrer les habitudes au niveau tant central que local. C’est un signe qu’il faut encourager », a fait remarquer Moudachirou Soulé.
Au cours des 15 jours qu’elle va durer, il s’agira donc d’amener les parties prenantes au développement à la base à se familiariser avec la veille citoyenne, la redevabilité, la participation et l’interpellation citoyennes. Ce sera l’occasion pour que le contrôle citoyen de l’action publique et la demande d’interpellation surtout soient mieux maîtrisés par toutes les couches de la société. De façon spécifique, les populations sont appelées à s’approprier les principes de la redevabilité et susciter à leur niveau l’éveil de la demande de reddition des comptes. Le travail sur le terrain consistera à ce que la demande de reddition de compte ne constitue plus un mythe mais soit plutôt considérée comme un droit.
Du 3 au 6 décembre, les activités ont couvert l’ensemble de la zone d’intervention du programme dans le septentrion, avec des activités spécifiques dans les communes de Parakou, N’Dali, Kandi et
Sègbana.

LIRE AUSSI:  Lancement de la mise en œuvre du Sie-Uemoa: Vers de nouvelles orientations énergétiques dans l’espace