Programme gouvernemental Microcrédit Alafia : 470 970 000 francs Cfa octroyés à fin septembre dans le Mono

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Programme gouvernemental Microcrédit Alafia : 470 970 000 francs Cfa octroyés à fin septembre dans le Mono

Argent

Les populations du département du Mono ne se font pas prier dans le cadre de la mise en œuvre du programme gouvernemental intitulé ‘’Microcrédit Alafia’’, lancé en fin d’année dernière. Au profit du département, le point du déploiement du programme à la date du 30 septembre 2021 fait état de ce qu’un montant estimé à 470 970 000 francs Cfa est déjà placé, pour le bonheur des ouvriers, des porteurs d’idées d’entreprise ou toute personne animée par la volonté de mener une activité économique en vue de sortir de la précarité.

LIRE AUSSI:  Pour la valorisation du métier d’archiviste documentaliste : L’Unapac-Bénin portée sur les fonts baptismaux

L’engouement des bénéficiaires a été noté notamment à Lokossa où plus de six mille bénéficiaires ont été impactés pour un montant avoisinant 150 millions francs Cfa. Vient ensuite Comé où, au dire du directeur départemental en charge du secteur, Christian Goulomè, ce sont quelques 2 100 personnes qui ont déjà bénéficié des microcrédits Alafia pour un montant de 104 770 000 francs Cfa. Il précise que la commune de Comè vient au deuxième rang des six communes du département du Mono en termes d’effectif et de montant déjà placé. Ce niveau de service des microcrédits a été possible, selon le directeur départemental, grâce au renforcement du dispositif mis en place. « Au démarrage, on avait trois systèmes financiers décentralisés que nous connaissons sous le vocable d’institutions de microfinance. Le gouvernement a accordé de nouveaux accords de partenariat à d’autres acteurs. Et nous sommes aujourd’hui à six Sfd dans le département du Mono pour assurer une couverture globale des potentiels bénéficiaires des six communes », détaille Christian Goulomè promu à la tête de la direction départementale des Affaires sociales et de la Microfinance. Il admet toutefois qu’en dépit des diligences du gouvernement, les opérations ne peuvent que se concrétiser avec prudence dans quelques rares communes. Ceci, retient-il, au regard des antécédents hérités du Mcpp, l’ancêtre du programme Microcrédit Alafia. « Il y avait beaucoup de cas d’impayés », précise Christian Goulomè qui assure, toutefois, que les systèmes financiers décentralisés sont en train de travailler en vue d’une meilleure couverture du programme Micro-crédit version gouvernement de la Rupture. Laquelle version est axée sur l’électronique via les opérateurs de « mobile money » en vue de la réception des crédits et le remboursement des échéances depuis les localités des bénéficiaires. Cerise sur le gâteau, les frais de retrait des montants de crédit octroyé sont pris en charge par l’Etat en plus de ce que les prêts sont concédés à un taux forfaitaire.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les grossesses en milieu scolaire: Le Cipb mobilise les investisseurs