Projet Wuri au Bénin: Des maires outillés pour une meilleure implication

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Projet Wuri au Bénin: Des maires outillés pour une meilleure implication

Projet Wuri

Deux mois après sa création, le Réseau des maires pour l’identification sûre, inclusive et durable (Remisid) au Bénin s’est réuni, les 11 et 12 juin derniers à Lokossa, dans le département du Mono. Au menu, la présentation du projet Wuri de la Banque mondiale et l’élaboration du programme annuel des activités du Remisid.

LIRE AUSSI:  Inondations dans le département du Mono: Le bilan s’alourdit

Le projet d’Identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (Wuri) de la Banque mondiale ainsi que les réformes en matière d’identification et d’authentification des personnes physiques au Bénin ont été présentés, les vendredi et samedi derniers à Lokossa, aux maires venus de presque tous les départements du pays.
Relativement au projet Wuri, les membres du Réseau des maires pour l’identification sûre inclusive et durable (Remisid) ont été entretenus sur le contexte de la mise en place du projet, son cadre juridique, la mobilisation sociale nécessaire et les résultats attendus. Ceci, à travers une série de présentations dont l’une est relative au mécanisme de gestion des plaintes liées à la mise en œuvre du projet et une autre portant sur le rôle du Npi pour l’inclusion et l’accès aux services de base.
En marge de cet atelier de renforcement de capacités, les maires ont tenu à doter leur réseau d’un programme annuel d’activités en vue d’accompagner « de façon franche le projet Wuri dans l’atteinte de ses objectifs ».
En procédant au lancement des travaux, la ministre Véronique Tognifodé, présidente du Comité directeur du projet Wuri, a clarifié que le projet intervient pour pallier les insuffisances du dispositif existant et augmenter le nombre de personnes ayant une preuve d’identité unique. Concernant les insuffisances, la ministre rappelle qu’en dépit des nombreuses réalisations à l’actif du Bénin en matière d’identification biométrique des personnes telles que le vote et la promulgation de la loi numéro 2017-08 du 19 juin 2017 portant identification des personnes physiques ayant consacré le Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip), nombreux sont ceux qui peinent encore à justifier de leur identité. Quelque onze millions de citoyens ont été enregistrés au Registre national des personnes physiques grâce au Ravip. Sur cette opération, le ministre relève aussi que nombreuses sont les personnes figurant au Ravip et qui ne disposent pas encore de leur numéro, principal moyen pour l’accès facile aux différents services conformément aux dispositions de la loi.

LIRE AUSSI:  Manifestations du Front pour le sursaut patriotique: Les militants de l’Ouémé-Plateau marchent à Porto-Novo
Pourquoi un réseau des maires ?

La création du Remisid, avec l’accompagnement de l’Ancb, intervient dans un contexte où un engagement politique à travers des communications institutionnelles est nécessaire autant qu’il est indispensable de surmonter des obstacles structurels, sociaux et environnementaux à l’adhésion de tous pour la réussite du projet Wuri, indique la ministre Tognifodé qui s’est félicitée de la présence effective des membres du réseau à l’atelier aux travaux. Cet acte, apprécie la ministre,
« consacre l’engagement de tout un peuple à réussir l’identification des personnes dans toutes les communes du Bénin ». La naissance du Remisid est même souhaitée au niveau de l’Unité de gestion du projet qui, selon son coordonnateur Jean Aholou, entend tisser une toile de partenaires pour garantir son succès et surtout la durabilité de ses acquis.
A son tour, le coordonnateur du Remisid, Christian Houétchénou, maire de Ouidah, confirme que l’élément fondamental du succès de la première opération d’identification massive de la population a été l’accompagnement des acteurs politico-administratifs, notamment celui des élus locaux et des députés. Cet accompagnement, insiste-t-il, a facilité la mobilisation sociale et renforcé la communication institutionnelle ainsi que la cohésion autour de l’opération. Au nom de ses pairs, Christian Houétchénou retient que leur réseau travaillera avec toutes les structures de l’écosystème d’identification au Bénin, notamment le projet Wuri pour un franc succès. Avant le Remisid, il y a eu le réseau des parlementaires avec à sa tête, le député Florentin Tchaou présent à l’atelier, dans la cité des Kotafon