Projets de développement financés par l’Afd : L’ambassadeur Marc Vizy constate l’impact dans les localités

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Projets de développement financés par l’Afd : L’ambassadeur Marc Vizy constate l’impact dans les localités

Projets de développement financés par l’Afd L'ambassadeur Marc Vizy constate l’impact dans les localitésL'ambassadeur (à droite) s'entrenant avec les bénéficiaires de projets financés par l'Afd

Marc Vizy, ambassadeur de la France près le Bénin, était en visite de travail, du 13 au 17 décembre 2021, dans les départements du Borgou, des Collines et de l’Atlantique. C’est pour constater de visu les impacts des différents projets financés par l’Agence française de développement (Afd) et le fonds ‘’Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (Piscca). Retour sur ce périple.

LIRE AUSSI:  Restitution d’une étude sur le développement de la pisciculture:La production d’aliments sans farine de poisson est possible

A la tête d’une délégation, Marc Vizy, ambassadeur de France près le Bénin, a effectué une descente, du 13 au 17 décembre 2021, au niveau des acteurs des différents projets financés par l’Agence française de développement (Afd) et le fonds ‘’Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (Piscca) dans les départements du Borgou, des Collines et de l’Atlantique.
Le lundi 13 décembre 2021, en présence de Zachari Tassou, maire de Bassila et actuel président de l’autorité exécutive de la Communauté forestière du Moyen-Ouémé (Coformo) à Tchaourou, l’ambassadeur de la France au Bénin, Marc Vizy a visité le siège de la Coformo. Cette communauté est née en 2007 de la volonté de cinq communes de la région du Moyen-Ouémé de s’associer dans la gestion de leur patrimoine forestier. Le domaine géré par la communauté couvre désormais neuf communes et s’étend sur plus de 330 000 hectares dans une région considérée comme le principal bassin d’approvisionnement en bois du pays. Pour assurer une gestion durable des ressources forestières, la Coformo met en œuvre diverses actions dont des négociations foncières pour la mise à disposition de foncier, l’élaboration de plans d’aménagements forestiers, la mise en place de structures locales de gestion, la création de marchés ruraux de bois ainsi que le développement de nouvelles activités génératrices de revenus alternatives à l’exploitation du bois comme l’apiculture.
Au lendemain de cette visite, l’ambassadeur de la France au Bénin a mis le cap sur l’Institut de formation aux soins infirmiers et obstétricaux (Ifsio) de Parakou. Soutenu dans le cadre du programme Equité, sur financement de l’Agence française de développement, l’Ifsio développe son offre de formation à travers la création de deux masters (niveau Bac +5) : un dédié à l’instrumentation chirurgicale et l’autre à la santé sexuelle et reproductive. Ces deux masters vont accueillir des promotions d’une vingtaine d’étudiants chacun. Dix bourses par an et par master seront également octroyées pour faire en sorte que les difficultés économiques ne soient pas un obstacle à la formation. A travers le programme Equité et sa composante Ifsio, la France accompagne le gouvernement béninois dans l’amélioration de la santé des populations.
Toujours dans la journée du mardi 14 décembre, Marc Vizy a visité un des sites du projet ‘’Tazco’’. Il s’agit d’un projet financé par l’Afd et qui bénéficie de l’appui technique du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Il améliore durablement les revenus des exploitations et les rendements agricoles dans les zones cotonnières du Bénin. En effet, il appuie la restauration et l’amélioration de la fertilité des sols, grâce à l’adoption de pratiques agro-écologiques et une mécanisation adaptée. Après une visite sur le site d’expérimentation basé à Okpara, en périphérie de Parakou, l’ambassadeur de la France a rencontré les cultivateurs de Kominguéa qui utilisent désormais ces nouvelles méthodes de culture.

LIRE AUSSI:  Safety Day 2019: Le Groupe Bolloré Bénin s’approprie la santé et la sécurité au travail

Réduire la pauvreté

La délégation conduite par Marc Vizy s’est rendue, mercredi 15 décembre, chez un groupe de jeunes filles vulnérables qui bénéficient du projet ‘’Piscca’’ de maraîchage intégré et d’élevage avicole. Grâce au Piscca 2021, ces jeunes ont bénéficié d’une formation et d’un accompagnement qui leur ont permis de créer un périmètre maraîcher et de développer l’élevage de volaille. A travers cet appui, l’ambassade entend offrir des solutions concrètes d’activités économiques aux femmes en situation de vulnérabilité.
Ensuite, l’ambassadeur a visité le Projet d’appui à la médicalisation des zones rurales défavorisées, dans le cadre d’un partenariat entre l’Organisation non gouvernementale française ‘’Santé Sud’’ et l’association béninoise ‘’Amis’’. Ce projet installe de jeunes médecins généralistes béninois dans les zones rurales défavorisées pour améliorer l’accessibilité à des soins de qualité tout en permettant aux jeunes médecins sans emploi de pratiquer leur métier. Les jeunes médecins reçoivent une aide matérielle à l’installation ainsi qu’une formation spécifique en santé communautaire. Ce projet est financé par l’Afd et contribue au bien-être des populations isolées.
L’ambassadeur de la France près le Bénin a pu aussi échanger, le 15 décembre, avec l’empereur de Nikki. Dans la journée du jeudi 16 décembre, Marc Vizy a visité la retenue d’eau d’Odo Otchèrè réhabilitée par le Projet d’appui au développement agricole des Collines (Padac). Ce projet financé par l’Afd permet aux populations des alentours de subvenir à leurs besoins alimentaires. La retenue d’eau était fortement ensablée et envahie par des plantes aquatiques, ce qui réduisait les volumes d’eau mobilisables pour le maraîchage. D’importants travaux de réhabilitation sont donc en cours de réalisation à savoir le désensablement de la cuvette, le rehaussement de la digue, la reconstruction de l’évacuateur de crue et du chenal d’évacuation. Après cette étape, Marc Vizy a aussi visité la provenderie du ’’Groupe de production et de services agricoles’’ (Gpsa) de Glazoué.

LIRE AUSSI:  Tenue de propos haineux et xénophobes à Parakou: Les mises en garde du parquet d’instance aux auteurs

Accompagnement des jeunes filles

Le vendredi 17 décembre, la délégation conduite par Marc Vizy s’est rendue à Allada pour visiter l’usine de production ‘’Les Fruits Tillou’’, spécialisée dans le jus et l’ananas séché. L’Union régionale des producteurs de l’Atlantique et du Littoral (Urp Al) a aussi accueilli l’ambassadeur de France au Bénin. Ce dernier a rencontré les membres d’une association qui permet à 45 jeunes filles en situation de grande vulnérabilité, de développer une activité génératrice de revenus. Bénéficiaires d’une formation en technique de culture de champignons comestibles, en élevage de poulets et en saponification, ces jeunes filles sont aujourd’hui constituées en coopérative paysanne grâce à l’appui de l’Urp Al. Un accompagnement social et médical est également fourni par l’association à ces jeunes filles, qui ne peuvent pas toutes compter sur un encadrement familial adéquat.
Ce projet bénéficie aussi de l’appui du Comité français pour la Solidarité Internationale et est financé par la Fondation de France. Marc Vizy n’a pas manqué de rendre visite aux ‘’Eleveurs Sans Frontières Bénin’’ (Esfb). La délégation française a rencontré les acteurs de ce projet permettant à 33 jeunes filles de bénéficier d’une formation en cuniculiculture. Organisées en coopérative paysanne, ces jeunes filles sont aujourd’hui en contact avec des entreprises locales, ce qui leur permet d’avoir un accès direct aux marchés. La délégation a pu visiter plusieurs élevages qui comptent désormais chacun plus de 250 lapins. En échangeant avec des bénéficiaires du projet, elle a pu constater que ces jeunes filles sont souvent contraintes de quitter le système scolaire par manque de moyens. Sans emploi avant le lancement du projet, elles étaient désœuvrées et n’entrevoyaient pas de perspectives positives d’avenir. Ce projet bénéficie aussi de l’appui de l’association française Eleveurs sans Frontières.