Promotion de l’éducation et de l’émancipation des filles:  La campagne StrongerTogether 2020-2021 lancée

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Promotion de l’éducation et de l’émancipation des filles:  La campagne StrongerTogether 2020-2021 lancée

Le présidium

Initiée à l’intention des jeunes filles pour leur émancipation et la sauvegarde de leur droit à l’éducation, la campagne StrongerTogether édition 2020-2021 a été lancée hier jeudi 29 juillet. Ce sera, à en croire Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, l’occasion de sensibiliser parents et tuteurs à l’importance de scolariser et de maintenir les filles à l’école.

LIRE AUSSI:  Taux de réussite au Bepc 2018: 28,63 % d’admissibilité contre 50,56 % en 2017

Tous mobilisés pour la promotion de l’éducation et de l’émancipation de la jeune fille au Bénin. Telle est l’invite des autorités et parties prenantes à l’occasion du lancement officiel de la campagne de communication StrongerTogether édition 2020-2021. Initiée dans le cadre du Projet d’autonomisation des femmes et du dividende démographique au Sahel (Swedd-Bénin), cette campagne se déroulera six mois durant et va se faire à travers divers canaux de communication, accessibles à tous. «Education des filles et leadership féminin », c’est la thématique retenue pour la présente édition. Ce thème, précise Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Mi-crofinance, porte une priorité. Il se décline en des résultats précis formulés comme suit : les parents scolarisent et maintiennent les filles à l’école jusqu’au deuxième cycle au moins ; les femmes et les filles ont accès à la formation à l’emploi et aux opportunités ; les femmes et les filles utilisent les produits et services de santé sexuelle, reproductive, et d’hygiène menstruelle ; les femmes et les filles luttent contre les violences basées sur le genre et les pratiques infâmes telle l’excision… Relevant la forte propension à la démobilisation des filles dès le premier cycle, Kouaro Yves Chabi, ministre des Enseignements secondaire et technique et de la Formation professionnelle voit en cette campagne, un véritable programme de sensibilisation qui aidera les parents à mieux comprendre l’importance des filles à l’école. Ce programme va induire des changements de comportements dans les maisons et dans les écoles pour l’épanouissement des filles. « Nous avons tout intérêt à avoir des filles leaders, des filles qui réussissent aux côtés des garçons », a-t-il déclaré avant de réaffirmer son engagement à soutenir l’initiative. Portant la voix de son collègue de l’Unfpa, Djanabou Mahonde, représentante résidente de l’Unicef, ajoute que cette campagne est une aubaine pour renforcer la lutte contre les inégalités. Elle félicite le gouvernement du Bénin pour sa détermination à soutenir l’autonomisation de la femme à travers plusieurs initiatives dont la réhabilitation et la réorientation de l’Institut national de la Femme. Elle invite toutes les parties prenantes à poursuivre les efforts pour vaincre la vulnérabilité des femmes et éliminer les violences basées sur le genre. « Car ensemble on est forts, très forts et on va plus loin. La réussite de cette campagne tient de l’adhésion et de la vision de tous les acteurs de la chaîne », va-t-elle soutenir. « Nul ne sera de trop dans la mise en œuvre de cette campagne pour le changement de comportements », a invité, à son tour, Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance. La contribution des leaders traditionnels et religieux, des organisations de la société civile et des femmes leaders…, est tout aussi attendue.

LIRE AUSSI:  60 ans de coopération entre le Bénin et le Canada : L’ambassadrice Lee-Anne Hermann émerveillée

A propos du projet Swedd

Le Projet d’autonomisation des femmes et du dividende démographique au Sahel (Swedd-Bénin) vise à accélérer la réalisation des droits et du plein potentiel de 3 millions 302 mille jeunes du Bénin, des deux sexes, pour enclencher les bénéfices du dividende démographique en soutien à l’objectif de croissance économique inclusive du Programme national de développement 2018-2025 et aux 49 cibles prioritaires des Objectifs de développement durable. Il s’agit d’accroître l’autonomisation des femmes et des adolescentes et leur accès à des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile de qualité et améliorer la production et le partage des connaissances au niveau régional ainsi que la capacité et la coordination régionale. Financé à hauteur de 50 milliards de francs Cfa, le projet Swedd-Bénin va impacter directement 530 240 bénéficiaires dont 500 mille filles, déscolarisés et non scolarisés. Les bénéficiaires indirects sont entre autres, les familles et communautés, les enseignants, les agents de santé, des affaires sociales et de l’économie numérique, les collectivités territoriales et les communes. A noter que le Projet Swedd est mis en œuvre dans neuf pays.