Promotion du dialogue interreligieux: Le cheval de bataille de la Jama’at islamique Ahmadiyya

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Promotion du dialogue interreligieux: Le cheval de bataille de la Jama’at islamique Ahmadiyya


La salle des fêtes de la mairie de Parakou a servi de cadre, samedi 26 janvier dernier, à une conférence interreligieuse. Organisée par la Jama’at islamique Ahmadiyya du Bénin à l’attention des leaders et dignitaires religieux de toutes obédiences, l’objectif de la séance est de renforcer le dialogue entre les différentes religions.

LIRE AUSSI:  Prise en charge psychiatrique des détenus au Bénin: Des infirmiers des établissements pénitentiaires en formation

La conférence interreligieuse organisée par la Jama’at islamique Ahmadiyya du Bénin, samedi 26 janvier dernier à Parakou, a pour thème « Religion et intégrisme ». Elle vise à favoriser les échanges entre les différents dignitaires religieux afin qu’ils se connaissent mieux et s’acceptent. Ce qui, à travers un dialogue interreligieux, leur permettra de prendre de résolutions pour une cohabitation pacifique.
Pour la Jama’at islamique Ahmadiyya, aucune religion n’enseigne la violence encore moins le terrorisme. C’est pourquoi il est important d’amener les hommes à prendre conscience et à s’approprier les vertus de la tolérance religieuse.
Dans son exposé, le conférencier principal, Loukmane Bissiriou, a fait observer que l’islam est une religion de soumission aux volontés d’Allah et à la paix. Il a montré la démarcation qu’il est utile de faire entre l’islam et les actes répréhensibles individuels posés par certains fidèles musulmans. Ce qui fait que l’islam est parfois considéré comme une religion agressive et terroriste, par certaines personnes.
Or, insistera le conférencier, chaque musulman est responsable de ses actes. Selon lui, l’harmonie et la paix entre les différentes religions du monde doit être la quête de tout musulman. Il souhaite que l’on œuvre pour la paix à travers des comportements vertueux et pacifiques, en laissant le libre choix aux autres. Loukmane Bissiriou recommande surtout de ne pas chercher à imposer son choix à l’autre. Car, pour lui, « l’épée peut conquérir des territoires, mais pas les cœurs ; la force peut faire courber les têtes, mais pas les esprits ».
Présent à la séance, le premier adjoint au maire de Parakou, Ibrahim Chabi Mama, a remercié la Jama’at islamique Ahmadiyya pour ses œuvres sociales dans les domaines de l’éducation, de l’accès à l’eau potable et de l’énergie solaire. Il a ensuite rappelé que cette communauté enseigne la culture de la paix entre les religions par l’islam. Le premier adjoint au maire reste convaincu que le dialogue entre les religions est le remède aux troubles à l’humanité et qu’il permettra de lutter efficacement contre les idées extrémistes pour un monde pacifique. Ce à quoi s’investit la Jama’at islamique Ahmadiyya depuis longtemps ; cette conférence interreligieuse étant à sa deuxième édition à Parakou.
Pour le représentant du préfet, Eugène Agboton, cette initiative promeut la paix et la sécurité au sein d’une même religion et avec les autres. Il a témoigné la gratitude du préfet du Borgou aux responsables de la Jama’at islamique Ahmadiyya, pour les nombreuses œuvres en faveur des couches défavorisées.
Narcisse Lihouhinto, chef service des cultes au ministère de l’Intérieur, a également abondé dans le même sens. Il s’agit, selon lui, de mettre la jeunesse face à ses responsabilités et surtout d’amener les religions à comprendre qu’elles doivent éviter de se combattre, pour une cohabitation pacifique dans un dialogue interreligieux sincère.

LIRE AUSSI:  Malversations financières à la recette perception d’Attakè/Porto-Novo : L’ex-receveur Hounguèvou gardé à vue, des cadres de la mairie écoutés