Promotion du kanvô: Le Festival international du pagne tissé lancé

Par LANATION,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Promotion du kanvô: Le Festival international du pagne tissé lancé


Du 17 au 21 novembre prochain, Cotonou vibrera au rythme du Festival international du pagne tissé (Fipat) localement appelé kanvô. A la faveur de la conférence de presse de lancement de la première édition, ce mardi 17 août à Cotonou, l’Association de développement du textile local (Adtl) a levé un coin de voile sur l’événement.

LIRE AUSSI:  L’artisanat au Bénin: Secteur laissé pour compte malgré ses 13% de contribution au PIB

Le pagne local kanvô, pagne tissé, sera à l’honneur au Bénin du 17 au 21 novembre prochain à travers le Festival international du pagne tissé (Fipat), première édition. Organisé par l’Association de développement du textile local (Adtl) et la marque Lolo Andoche, l’événement vise à valoriser ce type de textile.
Sur les motivations de l’organisation de cet événement, Charlemagne Amoussou, délégué général du Fipat, a fait savoir qu’il est sous-tendu par le développement du textile local et la visibilité de l’identité du Bénin sur les plans national et international. « Nous visons à promouvoir le pagne local », a-t-il assuré. Le Fipat réunira tous les corps de métiers allant du planteur au couturier en passant par la filature et le tisserand. Il s’agit de travailler sur tous les axes afin que le tissu kanvô soit produit en quantité, en qualité et à un coût abordable, a-t-il révélé. « Plus, il y a de producteurs, plus le coût sera accessible», a-t-il insisté.
Soulignant le caractère international de l’activité, Charlemagne Amoussou a mentionné que les participants viendront d’une vingtaine de pays dont le Mali, le Cameroun, le Congo, le Burkina Faso.

LIRE AUSSI:  Théâtre avec la compagnie Agbo-N’Koko: Ousmane Alédji redonne vie à la reine Tassi Hangbé

Rendez-vous d’échanges

En tant que rencontre entre acteurs du secteur textile, le Fipat constitue un rendez-vous de partage de connaissances et d’expériences. A cet effet,
Bienvenu Badou, directeur exécutif du Fipat a décliné les activités retenues. En dehors de deux défilés de mode des jeunes créateurs et des séniors prévus sur deux différents sites, le Fipat a inscrit à son agenda des visites culturelles sur des sites touristiques, des communications et des ateliers sur les techniques de teinte au profit des participants, tous corps de métiers confondus.

Le volet teinture tient à cœur aux organisateurs. A ce titre,
Charlemagne Amoussou a précisé que les tisserands locaux attendus au Fipat suivront des formations en teinture pour améliorer la qualité de leurs produits. Selon lui, des experts viendront de l’extérieur pour cet exercice.

La raison, a-t-il expliqué, c’est qu’il est rare que le pagne tissé soit identique d’un métrage à l’autre. « Tout le monde ne sait pas comment faire le gramme pour réussir la teinture », a relevé le délégué général du Fipat. De même, ils apprendront aussi comment tisser à base du coton 100 % pour avoir des produits de qualité avec divers motifs. Toutes choses qui, selon lui, contribueront à montrer qu’on peut fabriquer du bon textile « sans avoir de gros diplômes ni d’électricité ». « Cela évitera l’importation de tissus », a-t-il soutenu, souhaitant que les pagnes tissés à la main soient adoptés avec des retombées positives sur l’économie du pays.
Pour éviter de retomber dans le problème de rupture de stock en pagnes tissés, l’après-festival sera consacré au regroupement des tisserands afin de les organiser pour produire à grande échelle mais aussi en qualité.

LIRE AUSSI:  ‘’Le président révélé’’ de Simplice Wèkpon: Une série révélatrice de la gestion actuelle du pays

Par Alain Allabi