Promu médiateur de la République: Pascal Essou prête serment demain

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Promu médiateur de la République: Pascal Essou prête serment demain

Pascal Essou

Le président de la République, Patrice Talon, reçoit le serment du nouveau médiateur de la République, Pascal Essou, demain mercredi 19 mai. La cérémonie aura lieu au palais de la présidence de la République.

LIRE AUSSI:  Session annuelle du Médiateur de la République : 211 recours contre l’administration publique au menu

Le nouveau médiateur de la République, Pascal Essou, nommé en Conseil des ministres, le 12 mai dernier, sera installé dans ses fonctions demain mercredi 19 mai. Ce sera à la faveur d’une cérémonie de prestation de serment à la présidence de la République. Pascal Essou aura à prononcer la formule de serment prévue à cet effet par la loi instituant le médiateur de la République à savoir : « Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions de médiateur de la République, de les exercer en toute indépendance et en toute impartialité dans le respect des lois de la République et de ne révéler aucun secret que j’aurais obtenu dans l’exercice de mes fonctions ». Le serment sera reçu par le président de la République qui va investir Pascal Essou dans ses nouvelles fonctions. L’installation du nouveau médiateur de la République va tourner définitivement la page de Joseph Gnonlonfoun à la tête de cette institution. Ce dernier a bouclé son mandat de cinq ans non renouvelable depuis le 13 octobre 2018. Joseph Gnonlonfoun qui a succédé à Feu professeur Albert Tévoèdjrè devra lui-même passer le témoin à son successeur. Pascal Essou va prendre mercredi prochain le gouvernail pour poursuivre la mission de l’institution. Le médiateur de la République est chargé de recevoir les griefs des administrés relatifs au fonctionnement des administrations centrales de l’Etat, des collectivités décentralisées, des établissements publics et les étudier afin d’y apporter des solutions équitables. Le médiateur de la République a également pour mission de suggérer au chef de l’Etat des propositions tendant au fonctionnement normal et à l’efficience des services publics. Il contribue de façon générale à l’amélioration de l’Etat de droit et de la gouvernance administrative.

LIRE AUSSI:  Opérationnalisation des centres secondaires de l’état civil de l’Atacora : Du matériel technique pour cinq communes frontalières
Intercesseur gracieux

Aux termes de l’article 9 de la loi qui l’institue, « le médiateur de la République peut, à la demande du président de la République ou du gouvernement, des membres de toute autre institution de la République, participer à toute activité de conciliation entre l’administration publique et les forces sociales et/ou professionnelles. Il peut également être sollicité par le président de la République pour des missions particulières relatives aux questions de réconciliation et de paix aux niveaux national, régional ou international ».
Toutefois, les différends qui peuvent naître entre les personnes physiques ou morales privées et les procédures engagées devant la justice ou la dénonciation d’une décision judiciaire ne relèvent pas de sa compétence. Lorsque le médiateur de la République est saisi d’un recours relatif à l’un de ces domaines, la loi lui fait obligation d’adresser au requérant une suite en lui indiquant une démarche alternative.