Protection de la couche d’ozone: Les députés autorisent la ratification de l’amendement de Kigali

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Protection de la couche d’ozone: Les députés autorisent la ratification de l’amendement de Kigali


Le Parlement a donné son quitus au gouvernement pour la ratification de l’amendement de Kigali au protocole de Montréal relatif aux substances appauvrissant la couche d’ozone signé à Kigali, au Rwanda le 15 octobre 2016. Le dossier a été adopté à la faveur de la séance plénière du vendredi 5 janvier dernier, tenue au palais des Gouverneurs à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Election présidentielle du 28 février prochain: Joseph Gnonlonfoun au Cos-Lépi et à la Haac

Le Bénin s’engage à réduire la consommation des hydrochlorofluorocarbones (Hfc), produits chimiques utilisés dans certains appareils de réfrigération, de climatisation et dans d’autres secteurs comme les mousses et les aérosols. L’utilisation de ces substances appauvrit la couche d’ozone. Le gouvernement fera désormais ce combat pour la réduction des Hfc aux côtés des autres Etats parties au protocole.
Cet engagement est l’une des obligations de l’amendement de Kigali au protocole de Montréal relatif aux substances appauvrissant la couche d’ozone signé à Kigali, au Rwanda le 15 octobre 2016 que l’Assemblée nationale a autorisé, vendredi 5 janvier dernier, le gouvernement à ratifier. Cet amendement vient, en réalité, renforcer le protocole de Montréal qui est un accord international qui fait suite à la convention de Vienne sur la protection de la couche d’ozone adoptée le 22 mars 1985 et ayant pour objectif de réduire et à terme d’éliminer complètement les substances qui érodent la couche d’ozone. En d’autres termes, le protocole de Montréal est un accord environnemental multilatéral, universel de protection contre les rayons ultraviolets du soleil néfastes à la santé humaine et à l’environnement, précise le rapport sur le projet de loi présenté à la plénière de la commission du plan, de l’équipement et de la production présidée par le député Jean-Michel Abimbola.
L’amendement de Kigali oblige les pays parties à réduire la production et la consommation des Hfc, en mettant en place un système pour réduire jusqu’à 0,5°C le réchauffement d’ici la fin du siècle.
La ratification de l’accord par le Bénin permettra à notre pays de participer aussi à ce combat mondial en vue d’atténuer les effets des changements climatiques et de protéger la couche d’ozone. La mise en œuvre des nouvelles technologies découlant de l’amendement de Kigali permettra au Bénin d’améliorer la qualité de la production énergétique, notamment l’efficacité énergétique. La ratification de l’amendement de Kigali permettra, par ailleurs, au Bénin de prendre les dispositions pour atténuer la consommation des Hfc, en mettant en place un système pour réduire jusqu’à 0,5°C le réchauffement global d’ici à 2050. Elle classe le Bénin parmi les pays qui ont mis en œuvre les engagements des 21e et 22e Conférences des parties (Cop 21 et 22), renforcera l’incorporation des mesures relatives aux changements climatiques dans les politiques, les stratégies et la planification nationale conformément aux directives du Plan d’action du gouvernement (Pag). Aussi, la ratification de cet amendement de Kigali se veut-elle la preuve de l’expression de la volonté du Bénin de réduire le nombre de cas de cancer de la peau et des yeux diagnostiqués chaque année, ainsi que les 135 milliards de tonnes équivalent de CO2 par an d’émission de gaz à effet de serre.
C’est donc au regard de l’intérêt que présente le projet pour le Bénin que les députés ont donné leur quitus au gouvernement en vue de la ratification de cet amendement international. Le dossier a été adopté, sans grand débat, à l’unanimité des députés présents et représentés aussi bien de la majorité que de la minorité. Et cela, à la grande satisfaction du gouvernement représenté aux travaux par le ministre chargé de la Justice, Me Joseph Djogbénou, représentant son collègue du Cadre de vie et du Développement durable?

LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul AMOUSSOU : Retraite politique ?