Protection de l’environnement et exploitation durable de la biodiversité: Le Prix Equator 2019 du Pnud décerné à Credi Ong

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Protection de l’environnement et exploitation durable de la biodiversité: Le Prix Equator 2019 du Pnud décerné à Credi Ong


Les mérites du Centre régional de recherche et d’éducation pour un développement intégré (Credi) viennent d’être reconnus au plan international. Cette Ong a gagné le Prix Equator 2019 du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) qui lui a été remis, vendredi 13 décembre dernier, à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Elle poignarde sa voisine au cours d’une dispute et mort s’ensuit :Jeanne Vitofodji écope de 5 ans de travaux forcés

A l’occasion de la 74e assemblée générale des
Nations Unies, le 24 septembre dernier à New-York, le Centre régional de recherche et d’éducation pour un développement intégré (Credi) a été distingué pour la préservation de la biodiversité.
Depuis sa création, cette organisation non gouvernementale déploie des efforts dans les communes d’Abomey-Calavi,
Sô-Ava et Zè pour préserver la biodiversité en général, et la Vallée du Sitatunga en particulier. L’objectif est de concilier les exigences de la conservation avec les besoins des populations riveraines. Ce prix lui permet désormais de rejoindre le prestigieux réseau des organisations locales reconnues pour leurs bonnes pratiques de promotion de la gestion durable de l’environnement.
En remettant le prix aux responsables de l’Ong, vendredi dernier, le représentant résident par intérim du Pnud, Ginette Mondongou Camara, a déclaré que la cérémonie est organisée pour honorer les efforts de Credi ong, afin de faire connaître ses réalisations,susciter et encourager les autres Organisations de la Société civile (Osc) à plus d’efforts pour la réduction de la pauvreté et la préservation des ressources naturelles. Car, de nos jours, estime-t-elle, la question de la gestion de l’environnement ne peut occulter le lien entre la pauvreté et la dégradation écologique.
Pour Ginette Mondongou Camara, les pauvres sont victimes de la dégradation environnementale, mais aussi en sont la cause. Les paysans pauvres manquent souvent de ressources pour éviter une dégradation de l’environnement. Les plus pauvres sont préoccupés par le problème de survie. Cela ne signifie pas, à son avis, qu’ils sont incapables de se projeter dans l’avenir. « Ce sont les difficultés d’accès aux ressources et leur positionnement à la périphérie des systèmes de propriété qui les empêchent d’investir suffisamment dans la conservation de l’environnement », pense-t-elle.
Le directeur technique de Credi ong, Damien Martin, s’est dit très honoré de recevoir le Prix Equator 2019 grâce à la Vallée du Sitatunga, un refuge de biodiversité, l’un des poumons verts du Sud-Bénin et de ses populations à majorité urbaine. « Cette distinction vient donner un coup d’éclairage international sur notre initiative de création du Parc naturel communautaire de la Vallée du Sitatunga.
Cette initiative implique aujourd’hui plus de 150 000 habitants des communes d’Abomey- Calavi, de Sô-Ava et Zè. Nous dédions ce prix aux maires des trois communes qui ont fait montre d’un engagement important pour l’initiative Vallée du Sitatunga »,
a laissé entendre le directeur technique.
En dehors de l’appui financier qui s’élève pour chaque lauréat à 10 000 dollars Us, soit 5 millions de francs Cfa, un certificat est remis pour marquer l’évènement et permettre de le reproduire dans le temps et dans l’espace.
Il faut rappeler que le Prix Equator est décerné tous les deux ans par le Pnud pour reconnaître et célébrer les organisations locales qui améliorent les moyens de subsistance des communautés rurales des pays en développement.
Depuis 2002 et tous les deux ans, l’initiative Equator sert à récompenser les efforts locaux exceptionnels de lutte contre la pauvreté par la protection de l’environnement et l’exploitation durable de la biodiversité. Cette année, ils sont au total 22 lauréats à être sélectionnés parmi 847 candidats de 127 pays.

LIRE AUSSI:  Conférence mondiale sur le Cyberespace:A La Haye, le monde réfléchit à la cybersécurité