Protection des enfants au Bénin: Le Consortium Fadec-Enfants plaide pour un financement durable

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Protection des enfants au Bénin: Le Consortium Fadec-Enfants plaide pour un financement durable


La mise en place d’un financement durable pour la protection des enfants au Bénin préoccupe le Consortium Fadec-Enfants. Il s’y est penché, hier jeudi 27 août, avec les cadres du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance (Masm) au cours d’un atelier à la Tour administrative à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale des enseignants 2018: Les défis d’un enseignant qualifié

« Dans les communes, il est fréquent de voir que des lignes budgétaires sont prévues pour la cause de l’enfant, mais elles sont très rarement engagées pour cette cause », a indiqué Elidja Zossou, directeur national Cipcre-Bénin, représentant le consortium Fadec-Enfants au cours de l’atelier d’échanges sur les mécanismes de financement durable de la protection de l’enfant au Bénin, ce jeudi 27 août.
L’atelier vise à mobiliser les acteurs autour de la mise en place d’un mécanisme de financement durable des actions de protection des enfants au niveau des communes du Bénin et du processus d’élaboration du plan de décentralisation et de déconcentration du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, a indiqué Pascal Wélé Idrissou, secrétaire général du Masm, représentant la ministre Véronique Tognifodé Mèwanou. Il est attendu que les échanges permettent de recueillir et d’harmoniser les grandes orientations relatives à l’initiative, d’identifier les principales étapes à suivre pour aboutir à l’élaboration d’un plan de plaidoyer et d’examiner la possibilité de prise en compte d’une ligne appelée protection de l’enfant dans l’ouverture d’un guichet Fadec affecté Affaires sociales à l’issue de la finalisation du Plan 2D du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, a-t-il poursuivi.
« La ministre se réjouit de la tenue ce jour de l’atelier d’échanges sur le financement durable de la protection de l’enfant dans les communes du Bénin et sur le plan de décentralisation et de déconcentration du ministère en charge des Affaires sociales », précise Pascal Wélé Idrissou.
« La ministre sait que c’est grâce aux efforts conjugués de tous que, chaque jour, les conditions de vie de nombreux enfants se trouvent améliorées et que de meilleures trajectoires de vie leur sont définies », a confié le secrétaire général du ministère. Soulignant l’importance et la pertinence de la question de protection de l’enfant, Pascal Wélé Idrissou a martelé que malgré les nombreuses interventions menées par les acteurs, diverses formes de violences continuent d’affecter la vie et le développement des enfants au Bénin. Il en conclut que la protection des enfants contre ces violences ne peut plus être l’affaire d’un nombre très restreint d’acteurs opérant de façon isolée, mais tous doivent se mobiliser autour de la question et apporter leur contribution en participant aux efforts nationaux.

LIRE AUSSI:  17e édition de la compétition internationale « Hanyu qiao »: Faccio Kpogbozan défendra les couleurs du Bénin en Chine

Un financement optimal

Cette option a été soutenue par Thierry Adoko, directeur de la Programmation et de la Prospective du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance. Selon lui, il faut être acteur actif du monde de la protection sociale pour réaliser l’immensité de la mission de toutes les parties prenantes. Thierry Adoko a souhaité que les travaux contribuent à l’atteinte des résultats utiles pour le financement optimal, soutenu et durable de la protection sociale et spécifiquement de la protection de l’enfant au Bénin.
Pour le représentant du Consortium Fadec-Enfants, Elidja Zossou, c’est un secret de polichinelle que malgré les efforts déployés et les résultats engrangés aussi bien par l’État central et les communes que par les Organisations de la société civile, la situation des enfants au Bénin reste toujours préoccupante. « Que l’on se situe au niveau central, départemental ou communal, les difficultés afférentes à la protection de l’enfant se résument généralement à la non disponibilité des ressources appropriées, aussi bien les ressources humaines que techniques et logistiques », informe-t-il, avant de saluer le leadership de la ministre qui est à l’écoute du Consortium. Il faut rappeler que le Consortium rassemble les porteurs d’initiatives, les alliés et des structures partenaires.

LIRE AUSSI:  Célébration de la fête du 1er mai: Le personnel de l’Onip sacrifie à la tradition