Protection des indications géographiques: Les capacités des membres du Comité national renforcées

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Protection des indications géographiques: Les capacités des membres du Comité national renforcées


Une cinquantaine de cadres et d’acteurs du secteur du commerce se réunissent, depuis jeudi 20 août à Bohicon, dans le cadre d’un séminaire de renforcement des capacités des membres du Comité national de mise en place des indications géographiques. L’ouverture de cette rencontre prévue pour durer trois jours a été présidée par le directeur de cabinet de la ministre de l’Industrie et du Commerce, Micaël Bassabi-Djara.

LIRE AUSSI:  Recensement national des artisans: 250000 personnes attendues

Cela fait 15 ans que la Conférence ministérielle des pays membres de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi) a fait une importante déclaration à Ouagadougou. Au chapitre des résolutions prises à cette occasion, les Etats se sont engagés à prendre en compte dans les politiques commerciales et de développement rural, la promotion et la protection des indications géographiques. Pour ce faire, les pays membres de l’Oapi ont convenu de mettre en place au plan national un cadre institutionnel et réglementaire approprié. L’efficacité de ce cadre institutionnel est tributaire du renforcement des capacités des principaux acteurs concernés.
C’est dans cette perspective que les acteurs des structures concernées au Bénin se réunissent depuis hier à Bohicon pour un séminaire de renforcement des capacités des membres du Comité national de mise en place des indications géographiques (Conamp-ig). Il s’agit d’une rencontre au cours de laquelle d’éminents conférenciers auront à entretenir les participants sur d’importantes thématiques dont les principes généraux d’une demande d’enregistrement d’indication géographique (Ig).
A l’ouverture des travaux, Mathias Agon, directeur général de l’Agence nationale de la propriété industrielle (Anapi), a fait savoir que, le 14 octobre dernier, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, président du comité national de mise en place des indications géographiques et la ministre de l’Industrie et du Commerce, vice-présidente dudit comité, en présence du directeur général adjoint de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi) et le représentant de l’Afd, ont procédé au lancement officiel du processus de reconnaissance de trois produits pilotes du Bénin en Indications géographiques. Il s’agit du gari Sohoui de Savalou, de l’huile d’arachide d’Agonlin et de l’ananas pain de sucre du plateau d’Allada.
Il poursuit en indiquant que le Bénin est accompagné dans ce processus par l’Oapi avec l’appui de l’Afd à travers la deuxième phase du Projet d’appui à la mise en place des indications géographiques. A cette occasion, dit-il, la partie béninoise a pris des engagements fermes quant à l’aboutissement heureux du processus concernant les trois produits avant septembre 2021. Ce séminaire, inscrit au Plan de travail annuel de l’Anapi, vient à point nommé pour outiller les membres de ce comité dans l’exercice de leurs missions.
Abondant dans le même sens, le directeur de cabinet, Micaël Bassabi-Djara, fera observer que l’importance que revêt ce séminaire pour l’économie du Bénin n’est plus à démontrer. Micaël Bassabi-Djara précise que notre pays possède de nombreux produits potentiellement éligibles en indications géographiques et que leur valorisation constitue un volet important du Programme d’action du gouvernement (Pag).

LIRE AUSSI:  Economie béninoise en 60 ans d’indépendance: Une avancée à petits pas