Protection et promotion de la femme : L’Inf salue la dynamique du chef de l’Etat

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Protection et promotion de la femme : L’Inf salue la dynamique du chef de l’Etat

Protection et promotion de la femme L’Inf salue la dynamique du chef de l’EtatL’engagement de Patrice Talon pour la cause de la femme salué

La protection et la promotion de la gent féminine ne se limitent pas aux mots. Le chef de l’Etat, Patrice Talon vient d’en donner la preuve en promulguant trois différentes lois le 20 décembre 2021 pour le bonheur des filles et des femmes au Bénin. L’Institut national de la femme (Inf), salue une démarche historique.

LIRE AUSSI:  Cinquièmes Journées béninoises de l’évaluation: Des réflexions en vue d’un rayonnement de l’évaluation au Bénin

La promotion et la protection de la femme sont des comportements que prônent les pouvoirs exécutif et législatif au Bénin. La promulgation, le 20 décembre 2021, de trois lois majeures sur la protection de la femme, de la fille et de la famille par le chef de l’Etat, Patrice Talon en est une preuve.
Il s‘agit de la loi N°2021-13 du 20 décembre 2021 modifiant et complétant la loi N°2002-07 du 24 août portant Code des personnes et de la famille ; de la loi 2021-12 du 20 décembre 2021 modifiant et complétant la loi N°2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction et de la loi N°2021-11 du 20 décembre 2021 portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du sexe des personnes et de protection de la femme en République du Bénin.
Selon Claudine Afiavi Prudencio, présidente de l’Institut national de la femme (Inf), le chef de l’Etat vient de poser un acte majeur en faveur de la gent féminine. « En promulguant ces trois différentes lois initiées par son gouvernement, le président de la République a posé l’acte ultime qui traduit la matérialisation de son engagement politique inégalé en faveur de la protection et de la promotion de la femme béninoise ».
L’Institut national de la femme « lui rend hommage pour sa détermination et sa clairvoyance à protéger et à promouvoir les femmes béninoises avec un discours empreint d’une farouche volonté politique et des actes concrets joints en son temps réel à la parole ».
Ces trois dispositifs législatifs au profit des femmes constituent un signal fort contre les violences basées sur le genre. Ils permettront de corriger les lacunes du passé. « Les lois qui entrent ainsi en vigueur consacrent d’une part le renforcement du dispositif législatif de répression des violences faites aux femmes et aux filles avec des sanctions pénales désormais à la hauteur de la souffrance des victimes et d’autre part, la restauration de l’égalité homme-femme là où des dispositions légales antérieures ont institué des inégalités basées sur le sexe », se réjouit Claudine Afiavi Prudencio.

LIRE AUSSI:  Découverte macabre à Natitingou: Un zémidjan tué, sa moto emportée

Les temps ont changé

Selon elle, les auteurs des violences basées sur le genre ont le choix entre protéger les femmes ou subir la rigueur de la loi. « A vous qui vous illustrez encore dans les pratiques de harcèlement sexuel, de viol, d’agression sexuelle, de mariage forcé, de mariage précoce, de mutilation génitale et de toute autre forme de violence aggravée à l’égard des femmes et des filles, c’est le moment de vous repentir et de changer. Il vous faut changer en vous abstenant de ces crimes, parce qu’au Bénin, les temps ont changé », avertit-elle.
Dans tous les cas, l’Inf et les juridictions compétentes veillent au grain. « Plus aucun crime contre la femme et la fille ne restera impuni, car ce n’est plus la victime seule qui décide d’assigner son bourreau en justice. L’Inf a désormais plein pouvoir pour porter plainte sur n’importe quel cas de violence faite aux femmes et aux filles sans que le défaut de qualité ou l’intérêt puisse lui être opposé ».
« Désormais, la Criet est compétente pour connaître des infractions commises à raison du sexe des personnes. Au lieu de se retrouver devant la Criet pour raison de violence faite aux femmes et aux filles, il faut les protéger pour devenir les alliés de l’Inf», préconise-t-elle.
Elle encourage par la même occasion, les hommes et autres acteurs qui portent le combat de l’émancipation des femmes. « A vous qui êtes déjà engagés dans la protection et la promotion de la femme béninoise et qui vous comportez en conséquence dans la société, l’Inf vous félicite et vous invite à maintenir le cap de votre engagement au profit de la construction d’une société égalitaire sans violences faites aux femmes et aux filles ».