Qualité de la connexion internet au Bénin: Rafiatou Monrou met les fournisseurs devant leurs responsabilités

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Qualité de la connexion internet au Bénin: Rafiatou Monrou met les fournisseurs devant leurs responsabilités


Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication (Menc), Rafiatou Monrou, a tenu une séance d’échanges, ce mardi 3 octobre, avec les fournisseurs d’accès internet. Objectif: faire un diagnostic des problèmes liés à la fiabilité de la connexion internet et mettre les acteurs devant leurs responsabilités.

LIRE AUSSI:  L’Opposition annonce une journée de salubrité pour samedi prochain

La rencontre de ce mardi entre le ministre de l’Economie numérique et de la Communication (Menc), Rafiatou Monrou, et les fournisseurs d’accès internet, se veut une séance de vérités et d’engagements au profit de la qualité de la connexion internet au Bénin. L’autorité l’a organisée pour permettre aux acteurs du domaine de s’entendre sur un minimum avec elle en ce qui concerne la disponibilité, la stabilité et la qualité de l’internet.
« Je souhaiterais qu’on ne parle plus jamais d’arrêt de la connexion internet au Bénin. Je voudrais que vous preniez la mesure de l’enjeu pour qu’on puisse garantir aux populations la connexion internet à plein temps », insiste-t-elle.
Faisant le point des incohérences notées ces derniers jours, elle relève que les trois quarts des prestataires de services internet ne sont pas connectés aux deux câbles sous-marins. Elle évalue le taux d’utilisation du premier câble à 10 % et le second à 50 %. Aussi, déplore-t-elle les perturbations relevées la semaine dernière quant à la stabilité de la connexion internet dans les rangs des Gsm.
Toute situation qu’elle qualifie d’inadmissible au regard des efforts du Gouvernement au profit du secteur. Pour elle, la fiabilité de l’internet n’est plus un luxe, mais une nécessité. Il est extrêmement important que le Bénin prenne les mesures nécessaires pour atteindre cet objectif. « Il est hors de question que les fournisseurs d’accès internet traînent les pas au regard des efforts du Gouvernement au profit du secteur. Je sais qu’il n’y a pas d’équipement panne zéro, mais avec ses deux câbles sous-marins, le Bénin s’est donné tous les moyens pour combler les attentes des populations », souligne-t-elle.
Le minimum, c’est que tous les acteurs puissent se mettre en règle, insiste Rafiatou Monrou. « Je ne vais pas tolérer qu’un opérateur exerçant au Bénin puisse être seulement sur le câble Sat 3 ou le câble Ace », prévient le ministre de l’Economie numérique et de la Communication.
Après ces mises au point, elle a permis à ses interlocuteurs de s’expliquer sur les points évoqués. Tour à tour, les fournisseurs d’accès internet présents à la rencontre lui ont exposé leurs difficultés et les diligences envisagées pour combler les attentes des populations. Ils plaident en général pour la baisse de la tarification en ce qui concerne l’internet et la poursuite des réformes au profit du secteur.

LIRE AUSSI:  Reprise des classes en période de Covid-19: Offrir de meilleurs systèmes éducatifs

Attentes et engagements

« La fibre optique est le principal moyen pour nous d’avoir une qualité de service supérieure à celle que nous offrons aujourd’hui à nos abonnés », plaide le directeur général de canal +, Adrien Bourreau. Même doléance de la part des responsables du réseau de téléphonie mobile Mtn qui affirment poursuivre les efforts en faveur de la qualité des prestations.
En ce qui concerne Bénin Télécom service, son représentant, César Dégbé, explique les démarches effectuées par la structure : « Nous travaillons actuellement avec Bénin Télécom infrastructures sur la redondance des deux câbles. Notre principal handicap, c’est de n’être pas à la table Ace. Nous attendons les réformes envisagées à ce niveau pour être pleinement membre du Gie et au même niveau que nos concurrents ».
A son tour, le directeur général de Moov-Bénin, Ahmed El Attat, apaise : « Au niveau de Etisalat, nous sommes très conscients de la situation, nous en avons tiré les leçons nécessaires ; nous œuvrons à avoir une visibilité sur l’avenir et à améliorer nos prestations ».
Des éléments de réponse aux préoccupations de l’autorité ministérielle, des promesses aussi, mais elle attend plus des acteurs pour relever le niveau de la connexion internet au Bénin. Par rapport aux points soulevés, elle en appelle à la vigilance de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep-Bénin) pour procéder dans un délai de deux semaines aux vérifications en termes de capacité internet auprès des fournisseurs. Elle a également instruit Bénin Télécom de « revenir sur les tarifs afin de permettre au pays de profiter de l’internet ».
Pour elle, la rencontre doit ouvrir de nouvelles perspectives en faveur de la qualité de la connexion internet au Bénin. Tout fournisseur d’accès à internet qui s’exclurait de ce processus en ferait les frais, a-t-elle averti.

LIRE AUSSI:  L’Opposition annonce une journée de salubrité pour samedi prochain