Ravip dans le Mono: Préfet et députés appellent les retardataires à se faire enrôler

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ravip dans le Mono: Préfet et députés appellent les retardataires à se faire enrôler


Une délégation de députés des 11e et 12e circonscriptions électorales, conduite par le préfet du Mono, Komlan Zinsou, a visité, dimanche 15 avril dernier, une dizaine de postes de l’opération de Recensement administratif initial à vocation d’identification de la population (Ravip). A l’occasion de cette tournée effectuée dans les six communes du département, en vue de constater le niveau d’affluence des populations, ces personnalités ont appelé les retardataires à venir s’acquitter du devoir civique.

LIRE AUSSI:  Politique de l’insertion professionnelle et de création d’emplois: Les solutions de Huawei Technologies au Gouvernement

A la Place Nonvitcha de Grand-Popo, une délégation de députés des 11e et 12e circonscriptions électorales, conduite par le préfet du Mono, Komlan Zinsou, a constaté, dimanche dernier, la présence de quelques rares citoyens venus se faire enrôler, contrastant avec l’affluence aux postes installés au complexe scolaire d’Agoué. A ce niveau, attendait le maire Anani Hlondji de Grand-Popo qui justifiera l’affluence observée par le fait que l’arrondissement d’Agoué abrite la plus forte démographie de sa commune, notamment des étrangers. Aux dires des élus de la localité et du relai communal pour le Ravip, tout se passe bien. Si au plan local, des statistiques ne peuvent confirmer cette appréciation, au niveau national, plus de 100 000 non Béninois ont été enrôlés à fin mars dernier, soit un pourcentage de moins de 2 % de l’effectif total des personnes recensées, indique le député Jérémie Adomahou, chargé de la supervision des opérations du Ravip dans le Mono et le Couffo.
Toutefois à Grand-Popo, fait-il remarquer, plus de 6500 personnes restaient à faire enrôler, depuis ce mois de mars, suivant un point à mi-parcours classant la ville au 25e rang des communes du Bénin. A noter que des besoins de ratissage ont été exprimés pour le compte des localités lacustres de la commune, notamment des villages de l’arrondissement d’Avlo.
De Grand-Popo, cap a été mis sur la commune de Comé où le poste d’enrôlement de Hongodoé a été visité par le préfet et les députés qui l’accompagnent à savoir Dakpè Sossou, Mathurin Nago, Alexis Agbélessessi. Comé a été classée 8e commune par rapport aux taux d’enrôlement par commune à fin mars dernier, selon Gustave Agbodjogbé. Toutefois, les élus communaux et locaux ont été invités à plus d’implication notamment pour inverser la baisse de la mobilisation dans les arrondissements d’Agatogbo et d’Akodéha.
Pour le compte de Bopa, c’est au niveau du poste d’enrôlement du marché de Lobogo, que la situation a été appréciée. La délégation étant consciente que si Lobogo, arrondissement à gros effectif, fait fort, cela impactera toute la commune. Au regard de cette réalité, quelques-uns des membres de la délégation, en l’occurrence le préfet et le député Mathurin Nago, n’ont pas manqué d’aller en langue Sahouè pour revenir sur les avantages du Ravip et en appeler à la remobilisation de tous. A fin mars dernier, 10 000 personnes restaient encore à enrôler, selon le point fait à mi-parcours. La plupart d’elles, indique le relai communal, seraient des populations des terres noires qui sont des zones d’agriculteurs et difficiles d’accès.

Autres étapes

Le prochain arrêt sera marqué à la gare routière de Doutou, arrondissement de Houéyogbé. 92 021 personnes ne s’étaient pas encore fait enrôler dans cette commune classée, à fin mars dernier, 34e au plan national. Et même si, comme un peu partout la situation a déjà évolué, les dispositions devant permettre le dépassement des prévisions ont fait l’objet des échanges entre la délégation et des élus ainsi que des agents recenseurs du poste avec à leur tête le relai communal.
Ensuite, ce fut au tour d’Athiémé, classée 24e commune par rapport à son taux d’enrôlement au 31 mars 2018, d’accueillir les visiteurs. C’était au poste d’enrôlement installé au siège de l’arrondissement d’Atchannou où le maire, à la tête des élus, et le relai communal ont, tour à tour, témoigné de la mobilisation à leurs côtés des personnalités politiques et des cadres de la localité, dont Urbain Amègbédji, directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe). Ils ont rassuré de leur engagement à faire du Ravip une réussite en enrôlant au-delà des 3000 personnes signalées en rade, le 31 mars dernier.
A la commune de Lokossa, dernière étape de la tournée, le choix a été porté sur le poste d’enrôlement d’Agonvè. Il y régnait presque le même niveau d’affluence des populations comme ce qui a été observé à Athiémé. 30e commune par rapport au taux d’enrôlement à fin mars, la commune tutoie déjà un taux de 100 % d’enrôlement, selon les récentes statistiques avancées par le relai communal, Simon Sovissi. A l’en croire, aux côtés des arrondissements qui ont dépassé le taux de 100% d’enrôlement, Houin, Koudo et Lokossa centre présentent encore des poches de retardataires que les kits envoyés en renfort permettent de râtisser. A la suite de la tournée, le préfet et les députés se sont dits convaincus que les actions de sensibilisation vont suivre afin que l’objectif de 100 % d’enrôlement soit atteint.

LIRE AUSSI:  Poursuivis pour assassinat et non dénonciation de crime :15 ans de travaux forcés pour Zinsou Ezinnayé et 3 ans fermes pour Guillaume Ahouandjinou (21e dossier)